Naufrage de l'Austria

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L’Austria avant l'incendie à Hambourg sur l'Elbe.

Le naufrage de l’Austria est une catastrophe maritime qui s'est déroulée le 13 septembre 1858.

L’Austria, un navire à passagers parti de Hambourg à destination de New York avec à son bord plus de cinq cents émigrants et quelques passagers plus fortunés, fait naufrage à la suite d’un terrible incendie au large de Terre-Neuve.

Le navire[modifier | modifier le code]

Pour l’époque, l’Austria est un navire moderne et véloce, construit un an auparavant par les chantiers Caird & Company à Greenock en Écosse (lancé le 23 juin 1857), pour le compte de la Hamburg America Line qui devait l'affecter à la ligne transatlantique Hambourg/New York.

Le gouvernement britannique le loue à ses armateurs allemands afin de servir comme transport de troupes pour la Compagnie britannique des Indes orientales lors de la révolte des cipayes en Inde.

Ayant été gravement endommagé par une tempête dans le golfe de Gascogne le 5 octobre 1857 (lors de laquelle un membre d'équipage trouva la mort), il rejoint Plymouth pour y être réparé. Après une seconde avarie due à l'explosion des machines, les Britanniques annulent la charte-partie, le 1er mai 1858, et le navire est repris par la Hamburg America Line.

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

D’une longueur totale de 97,5 mètres pour une largeur de 12,2 mètres, et une hauteur de 5,3 mètres de la quille au pont, il est également propulsé à la voile pour augmenter son rendement lorsque sa route le lui permet. Extérieurement, seule sa cheminée centrale permet de voir en lui un vapeur. Sa vitesse « technique » est en moyenne de dix nœuds dans des conditions de navigation favorables, et peut atteindre douze ou treize nœuds en vitesse de pointe (23 km/h). Sa coque est entièrement rivetée avec des plaques d’acier de trois à quatre centimètres d’épaisseur suivant les zones et la plupart des autres éléments du navire sont également en métal, notamment toute la superstructure des ponts.

Le départ[modifier | modifier le code]

Le 1er septembre 1858, l’Austria quitte son quai sur le terminal Jonas Hafen, qui comprend déjà à cette époque des entrepôts et des installations à terre pour l’enregistrement des candidats au départ. Le début du voyage le long des côtes de la mer du Nord est sans encombre, jusqu’à l’escale à Southampton le 3 septembre.

Le bateau est reparti de Southampton le 4 septembre vers 5 heures de l’après-midi, prenant à son bord quelques passagers supplémentaires.

L'origine du naufrage[modifier | modifier le code]

Le 13 septembre 1858, vers midi : le capitaine et le médecin ayant jugé nécessaire de fumiger l’entrepont avec de la vapeur de goudron chargèrent, sous la surveillance du quatrième lieutenant, le maître d’équipage, de la besogne. Ce dernier voulut se servir d’une chaîne rougie au feu pour faire évaporer le goudron. Alors qu’il tenait l’extrémité de la chaîne dans sa main, l’autre bout s’échauffa tellement qu'il laissa tomber du fer rouge sur le pont. Immédiatement, le bois s’enflamma, et le goudron renversé prit feu.

« Les passagers venaient juste de prendre leur déjeuner quand le maître d’équipage et quatre matelots sont descendus et ont ordonné à tous les passagers de se rendre sur le pont, et ils ont dit qu’ils allaient faire des fumigations dans le navire […]. Il y avait là des femmes et des jeunes enfants et quelques personnes fragiles […]. Ils furent amenés sur le pont et alors que j’étais parmi eux un cri fut poussé : « Il y a le feu en bas ! » Il est environ 14 h 30, c’est alors le début d’une bousculade indescriptible. Quelques minutes plus tard une explosion retentit au niveau des machines. »

Il fut impossible de mettre à l’eau tous les canots de sauvetage, d’autres, trop chargés, chavirèrent.

Le sauvetage[modifier | modifier le code]

Le même jour, le trois-mâts terre-neuvier français « Maurice », des armateurs Leboterf et Greslé, commandé par le capitaine Ernest Renaud, parti le 3 juillet de Saint-Nazaire pour Terre-Neuve, revenait de cette colonie pour se diriger vers l’île de la Réunion. Il croise dans les parages, aperçoit le drame et se précipite sur les lieux de la catastrophe. Il recueille 59 survivants et 10 membres de l'équipage.

Le lendemain le trois-mâts norvégien « Catarina », commandé par le capitaine Funnemark, parti de Fowey en Cornouailles à destination Québec, retrouve 22 autres survivants, 15 passagers et 7 membres d'équipage. Il les débarque à Québec le 3 octobre 1858.

Le 14 septembre, le « Maurice » transfère 12 des passagers survivants (notamment des citoyens américains et les sujets britanniques) sur le trois-mâts barque canadien « Lotus » de Yarmouth en Nouvelle-Écosse, commandé par le capitaine Trefy, en provenance de Liverpool à destination de Halifax. Puis il débarque les 57 autres passagers et membres d'équipage à Faial aux Açores, où il arrive le 19 septembre.

Le drame fera donc en tout : 443 victimes.

Parmi les disparus ont comptera Henriette Wulff, une amie et correspondante de Hans Christian Andersen[1].

Au sein des survivants on recensera :

Tableaux du naufrage[modifier | modifier le code]

The shipwreck of SS « Austria », Odense, Danemark

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Henriette Wulff 1804 -1858 », H. C. Andersen Society (consulté le 2010-09-23)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Chotard et Gaëlle David, L'« Austria », une tragédie dans l'Atlantique, Éditions Chateau des ducs de Bretagne,‎ 2012 (ISBN 2-7234-2453-7)
  • Arnold Kludas & Herbert Bischoff, Die Schiffe der Hamburg-Amerika Linie, Koehlers Verlagsgesellschaft, 1986; ISBN 3-782-20220-1
  • Joan M. Dixon, National Intelligencer Newspaper Abstracts, Heritage Books, 2009; ISBN 0-788-44793-9

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]