Naucelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Naucelles
Tour de Naucelles.
Tour de Naucelles.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Cantal
Arrondissement Arrondissement d'Aurillac
Canton Canton de Jussac
Intercommunalité Communauté d'agglomération du bassin d'Aurillac
Maire
Mandat
Christian Poulhes
2014-2020
Code postal 15000 et 15250
Code commune 15140
Démographie
Population
municipale
1 914 hab. (2011)
Densité 164 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 57′ 35″ N 2° 25′ 11″ E / 44.9597, 2.4197 ()44° 57′ 35″ Nord 2° 25′ 11″ Est / 44.9597, 2.4197 ()  
Altitude Min. 579 m – Max. 842 m
Superficie 11,69 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Naucelles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Naucelles

Naucelles est une commune française située dans le département du Cantal, en région Auvergne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XVIIIe et au début du XIXe siècles, de nombreux habitants de Naucelles étaient marchands chaudronniers forains, proposant des articles de cuisine et de confort ménager aux habitants des "bas pays". Ils partaient à la fin de l'été pour des campagnes de dix-huit à vingt-quatre mois en moyenne. Ils déballaient dans les foires et marchés et faisaient du porte à porte. La Bretagne les attirait particulièrement. Parmi eux, plusieurs, célibataires - des Aldebert, Baptistat, Cuelhe, Delolm, etc - se sont mariés à une Bretonne et ont fait souche dans leur province d'adoption.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
août 2003 réélu mars 2014 Christian Poulhes[1] PS  

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 914 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
548 546 556 611 645 615 622 591 593
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
522 519 561 587 520 518 524 532 470
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
472 425 423 414 363 388 402 371 386
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
431 658 1 910 1 211 1 651 1 782 1 909 1 941 1 914
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église paroissiale Saint-Christophe qui a donné son nom à la paroisse (Nova cella) et qui dépendait de l'abbaye Saint-Géraud d'Aurillac. De style ogival, clocher à peigne, avec des chapelles collatérales, un retable d'autel et une pietà en bois doré.
  • Tour de Naucelles du XIe siècle, qui faisait partie du système de défense de l'abbaye d'Aurillac, et lui servait de prison. Actuellement la mairie.
  • Château de Cologne. Appartenait à la famille Bruni, ou de Brun au XIVe siècle. Passe par succession dans les familles de Mazerolles, de Saint-Martial, de Sartiges, puis de Montsalvy. Acheté en 1548 par François de Scorailles, pour sa fille Françoise qui l'apporte en dot à François de Robert de Lignerac. qui le donne à sa fille Jeanne qui épouse vers 1620 Annet de Plas de Curemonte. Il est ensuite acheté par le collège des Jésuites d'Aurillac qui le gardera jusqu'à la Révolution.
  • Château de Monthely. Appartenait à la famille de ce nom, puis aux familles de la Salle d'Ytac et de Conquans. Il est ensuite possédé au XIXe siècle par la famille Majonenc qui le reconstruit dans le style du Consulat, puis par successions dans les famille Delzons et Lapeyre.
  • Château du Claux. Appartenait depuis le XVe siècle à la famille de Veyre dont une branche possédait la Réginie. Il passe ensuite à Jeanne Delsol, mariée à Joseph Grasset, officier, maire de Mauriac, qui le reconstruit, et dont les fils le vendent vers 1850 à la famille Grognier.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des maires du Cantal, site de la préfecture du Cantal (consulté le 19 juillet 2014).
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :