Naucelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Naucelle
Image illustrative de l'article Naucelle
Blason de Naucelle
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Aveyron
Arrondissement Rodez
Canton Naucelle
Intercommunalité Communauté de communes du Naucellois
Maire
Mandat
Anne Blanc
2014-2020
Code postal 12800
Code commune 12169
Démographie
Gentilé Naucellois(e)
Population
municipale
1 985 hab. (2011)
Densité 85 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 11′ 56″ N 2° 20′ 33″ E / 44.1988888889, 2.3425 ()44° 11′ 56″ Nord 2° 20′ 33″ Est / 44.1988888889, 2.3425 ()  
Altitude Min. 333 m – Max. 560 m
Superficie 23,23 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte administrative d'Aveyron
City locator 14.svg
Naucelle

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte topographique d'Aveyron
City locator 14.svg
Naucelle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Naucelle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Naucelle
Liens
Site web naucelle.com

Naucelle en occitan Naucèla, est une commune française, située dans le département de l'Aveyron en région Midi-Pyrénées. La ville fait partie du canton de Naucelle et de la communauté de communes du Naucellois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Sauveterre-de-Rouergue Quins Camboulazet Rose des vents
Cabanès N
O    Naucelle    E
S
Crespin Tauriac-de-Naucelle Camjac

Site[modifier | modifier le code]

Naucelle est une commune du département de l'Aveyron, dans la région Midi-Pyrénées. C'est une ville de 2 000 habitants environ située à 500 mètres d'altitude, au cœur du Ségala, dans le Massif Central. Elle se situe à 30 kilomètres de Rodez, préfecture du département ; à 41 kilomètres d'Albi ; à 120 kilomètres de Toulouse, chef-lieu de la région et à 690 kilomètres de Paris.

La ville de Naucelle se compose de deux parties. La première est la ville de Naucelle elle-même, où l'on trouve la mairie, l'église, le collège, l'office de tourisme, ... La seconde partie de la ville s'appelle Naucelle-Gare. On y trouve la gare SNCF de Naucelle et elle est aussi traversée par la route nationale RN88. Elle sera également bientôt traversé par l'autoroute A68 (Toulouse-Lyon) où se situera l'échangeur de la sortie de Naucelle. De plus, Naucelle se compose de nombreux et multiples petits hameaux tels que Bonnefon, La Bécade, Le Masnau, Les Peyronies, ...

Transports[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Gare de Naucelle.

Pour se rendre à Naucelle, outre par la route, on peut venir par le train. La gare de Naucelle est desservie par les TER Midi-Pyrénées vers Toulouse et Rodez (8 à 10 allers-retours par jour).

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la commune de Naucelle

Les armes de la commune de Naucelle se blasonnent ainsi :
Parti, au premier, d'azur à deux crosses adossées d'or à la bordure de même ; au deuxième d'or au château à 3 tours de sable ouvert d'or, à la bordure crénelée de sable.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Naucelle, Nova Cella (son ancienne nomination), fut créée par les moines de l'abbaye cistercienne de Bonnecombe (Aveyron). Il s'installèrent dès le XIIe siècle à Bonnefon dont la grange rayonna sur le Bas Ségala pendant 6 siècles. L'essor de Naucelle fut longtemps freiné par la proximité de la Bastide Royale de Sauveterre de Rouergue qui concentrait tous les pouvoirs.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

L'arrivée de la voie de chemin de fer laissa Sauveterre de côté, pour établir une gare à 2 kilomètres du centre de Naucelle au lieu-dit la baraque de Merlin aujourd'hui Naucelle-Gare.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1965 Philippe Crozes    
1965 1971 Paul Cousty DVD  
1971 1983 Jean Lacombe DVD  
1983 1989 Paul Cousty DVD  
1989 2001 Edmond Issac    
2001 en cours Anne Blanc DVG  

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 985 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
881 867 978 881 1 043 1 150 1 220 1 287 1 290
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 234 1 282 1 281 1 272 1 347 1 337 1 522 1 494 1 467
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 532 1 619 1 605 1 536 1 415 1 590 1 468 1 755 2 050
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
1 785 1 989 2 157 2 076 1 929 1 796 1 944 1 960 1 985
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La foire de Naucelle est organisée tous les derniers mercredis du mois, et un marché tous les samedis matin. De plus, pendant la saison estivale, la ville organise de nombreuses manifestations comme des vide-greniers, un marché d'agriculteurs producteurs et d'artisans locaux, des bourses aux livres, et bien d'autres encore... Sans oublier la fête de Bonnefon (mi-août), au bord de l'étang de Bonnefon avec bal dansant, apéro concert et feu d'artifice.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Église Saint-Martin[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin fut construite en 1254 par les religieux de Bonnecombe et fut remaniée au cours du XVe siècle. L'édifice renferme un mobilier intéressant : crucifixion et statues anciennes en bois polychrome, tabernacle d'un retable du XVIIe siècle, et un grand orgue fabriqué dans l'atelier de Jean Daldosso, à Gimont dans le Gers. C'est un orgue italien de seize jeux et 945 tuyaux (1999).

Édifices civils[modifier | modifier le code]

Porte des Anglais[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Porte des Anglais (Naucelle).

 Inscrit MH (1978)[3]

Autour du bourg on peut encore admirer quelques vestiges des fortifications détruites au XVIIIe siècle avec la porte des Anglais (XVe siècle).

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Place du Ségala[modifier | modifier le code]

L'aspect médiéval du village demeure à travers la place aux arcades et des maisons à colombages (XVe siècle) dans la rue du four.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Depuis 2008, Naucelle s'est vue décerner le prix "1ère Fleur" au concours Villes et Villages Fleuris.

  • Étang de Bonnefon et dans la forêt communale de Naucelle.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Gastronomie[modifier | modifier le code]

La spécialité culinaire de Naucelle est bien sûr le tripous : il est composé d'estomac de veau ou de mouton, d'une farce faite de jambon, d'ail et de persil et certains y ajoutent des tripes de veau. L'estomac de mouton, ou de veau, est détaillé en longues lanières, coupées ensuite dans le sens de la longueur et dans lesquels morceaux on roule la farce. Une fois le tripou constitué, il est lié soit avec un boyau ou cousu et quelquefois attaché à l'aide d'une ficelle. Sa cuisson se fait dans un bon fond de veau aromatisé de vin blanc et, quelquefois, à la tomate, mais légèrement.

Mais aussi la soupe aux fromages (soupe 'solide' faite d'une mélange de choux, de pains et bien sûr de beaucoup de fromage); et les choux farcis aveyronnais ainsi que l'aligot de l'aubrac (mélange de pommes de terre et de tome).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (oc+fr) Christian-Pierre Bedel, Naucèla : Cabanés, Camjac, Centres, Maljac, Quins, Sent-Just, Tauriac / Christian-Pierre Bedel e los estatjants del canton de Naucèla, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton »,‎ 1992, ill., couv. ill. ; 28 cm, 231 p. (ISBN 2-907279-11-4, ISSN 1151-8375, notice BnF no FRBNF36678769)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]