Nationalpolitische Erziehungsanstalt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Entrée d'une des 2 Napolas de Vienne photographiée en 1940, un an après son installation dans les locaux du Theresianum (l'autre Napola était située dans le quartier de Breitensee, à l'ouest de Vienne)

Les Nationalpolitischen Erziehungsanstalten (officiellement NPEA, désignées également sous l’abréviation Napola pour Nationalpolitische Lehranstalt) étaient des internats de l'enseignement secondaire sous le Troisième Reich. Elles étaient destinées à devenir les écoles de l'élite du Reich.

Histoire et fonctionnement[modifier | modifier le code]

Les Napola dont le but était de produire une nouvelle génération de dirigeants politiques, militaires et administratifs de l’État nazi formaient des adolescents entre 11 et 18 ans dans des écoles à discipline militaire en violation du traité de Versailles qui interdisait les écoles de cadets à l'Allemagne. Le critère de base était la pureté de la race (il fallait être considéré comme « aryen », sans critère social), venaient ensuite les aptitudes physiques et la personnalité engagée avec le sens de la camaraderie et le goût du commandement, et enfin les aptitudes intellectuelles qui pouvaient être moyennes[1].

Trois écoles ont été créées dès 1933 par le ministre de l'Éducation du Reich Bernhard Rust, à Plön, Potsdam, et Köslin. Elles étaient rattachées directement au ministère central de Berlin contrairement aux autres écoles gérées par les États locaux et en 1936 elles sont passées sous le contrôle de la SS. En 1941 existaient 30 napolas recevant 6000 élèves, en 1942, il y avait 33 écoles, 30 pour les garçons et trois pour les filles, et à la fin de la guerre il y en avait 43 pour la plupart en Allemagne même mais aussi en Autriche à Vienne, en Slovénie et en Alsace annexée. Une Napola pour filles a été créée en 1938/39 à Hubertendorf-Türnitz en Autriche et une au Luxembourg à Colmar-Berg en 1941 et en Allemagne à Achern[2]. Ces écoles fonctionnaient en internat, parfois gratuit pour les cas méritants, et les élèves devaient participer aux activités des mouvements de jeunesse pendant leur vacances, ou travailler dans les fermes qui avaient besoin de main d’œuvre pendant la guerre. Les élèves portaient l'uniforme des Hitler-Jugend (Jeunesses hitlériennes) à partir de 14 ans et les plus jeunes l'uniforme des Deutschen Jungvolks.

L'embrigadement idéologique nazi dans l'élaboration d'un homme nouveau y était total dans une exaltation de la violence et un entraînement physique impitoyable. Beaucoup de garçons entreront à la SS à leur sortie de l'école et de nombreux autres seront utilisés comme enfants-soldats dans les derniers mois de la guerre.

Au total, les napolas n'ont formé qu'un nombre très limité d'élèves mais elles constituent un signe emblématique de l'ambition nazie de créer un homme nouveau en même temps qu'ils tuaient ceux qu'ils considéraient comme des sous-hommes. Elles seraient ainsi à considérer comme l'opposé des camps d'extermination[3].

Les napolas dans les œuvres de fiction[modifier | modifier le code]

Ex-libris de la bibliothèque de la Napola de Vienne (Theresianum Nationalpolitischen Erziehungsanstalt).

Compléments[modifier | modifier le code]

La page de Wikipedia en allemand[5] donne la liste des Napolas de garçons et le nom de certains anciens élèves devenus connus en Allemagne après la guerre comme Hardy Krüger entré en 1941 à la Napola de Sonthofen en Bavière.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Napola - Les écoles d'élite du Troisième Reich, de H. Bouvier, C. Geraud

L'Harmattan (1er mars 2000), ISBN 2738488501

  • L'ombre de la Napola, de Reiner Sowa, Janine Bourlois (Traduction)

Alvik Éditions (5 novembre 2004), ISBN 2914833245

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Education in Nazi Germany, Lisa Pine, page 76 http://books.google.fr/books?id=1jfW28Uq3_QC&pg=PA76&lpg=PA76&dq=napolas+education&source=bl&ots=xj2R_fa1T9&sig=8kzzM40t92FsxJI8JWhPhgtIJ0s&hl=fr&ei=6ceBTqKDBc_1sgaw2YyBDg&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=4&ved=0CDYQ6AEwAw#v=onepage&q=napolas%20education&f=false
  2. Education in Nazi Germany, Lisa Pine, page 79 [1]
  3. Christian Schneider, historien : « Disons qu'il y a deux institutions qui sont plus ou moins les piliers du régime nazi : les camps de concentration d'une part, les Napola d'autre part. Les camps, c'est l'élimination, l'extermination de tout ce qui ne correspond pas à leur vision du monde, à leur conception des races. Et les NAPOLA c'est le contraire. Il s'agit de fabriquer des gens qui aient exactement le comportement qu'ils attendent. » Cité par http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-napola-les-ecoles-d-elite-du-iiie-reich-82518266.html
  4. http://www.arte.tv/fr/2151606,CmC=755186.html
  5. http://de.wikipedia.org/wiki/Nationalpolitische_Erziehungsanstalt

Article connexe[modifier | modifier le code]