National Clandestine Service

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir NCS.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Defense Clandestine Service.

Le National Clandestine Service (NCS), fondé le 14 octobre 2005, est un service de renseignements de la Central Intelligence Agency (CIA) spécialisé dans les activités de renseignement humain et les opérations clandestines.

Succédant à la Direction des Opérations de la CIA, il coordonne « l'ensemble des activités humaines de renseignement à l'étranger, y compris celles du FBI et du Département de la Défense »[1]. Sa création est justifiée par un besoin de mieux coordonner les services de renseignements américains en ce qui concerne les activités de renseignement humain.

Le NCS était fort de 5 000 personnes en 2009[2]. Le nombre d'officiers traitants est incertain ; en 2004, il était de moins de 1 100 officiers traitants en opération dans le monde[3], dont environ 160 opérant sous non-official cover (NOC) et 100 diversified cover officers (DCO, contractuels travaillant outre-mer)[4].

En 2009 son personnel opérait depuis 250 ambassades et consulats dans 170 pays[2].

Direction[modifier | modifier le code]

Directeurs[modifier | modifier le code]

Le Director of the National Clandestine Service (DNCS) dirige le National Clandestine Service. Ce poste a été créé le 1er décembre 1950, et du 4 janvier 1951 au 1er mars 1973, il s'appelait Deputy Director for Plans (DD-P). Il a ensuite été renommé Deputy Director for Operations (DD-O) puis, en 2004, DNCS. La politique de la CIA est habituellement de ne pas divulguer le nom du DD-O, mais l'identité du DNCS Michael Sulick était dévoilée sur le site internet de la CIA en 2010[5]

Organisation[modifier | modifier le code]

  • Counterterrorism Center (CTC)
  • Counterintelligence Center (CIC)
  • Counterproliferation Center (CPC)
  • Information Operations Center
  • National Resettlement Operations Center (NROC)
  • Regional and Transnational Issues Divisions :
    • Latin America (LA) Division
    • Europe (EUR) Division
    • Central Eurasia (CE) Division
    • Near East (NE) Division
    • Iran Operations Division[11]
    • East Asia (EA) Division
    • Africa (AF) Division
    • Special Activities (SA) Division
    • National Resources (NR) Division
      • National Collection Branch (NCB)
      • Foreign Resources Branch (FRB)
  • Technology Support Divisions[12]

Source[modifier | modifier le code]

  1. Un nouveau service secret américain
  2. a et b (en) Matthew M. Aid, Intel Wars : The Secret History of the Fight Against Terror, New York, Bloomsbury Press,‎ 2012 (ISBN 978-1-60819-481-0), p. 45
  3. (en) Douglas Jehl, « Abundance of Caution And Years of Budget Cuts Are Seen to Limit C.I.A. », The New York Times,‎ 11 mai 2004, A18 (lire en ligne)
  4. (en) Loch K. Johnson, « Evaluating “Humint”: The Role of Foreign Agents in U.S. Security », papier présenté à la 50th Annual Convention « Exploring the Past, Anticipating the Future » de l'International Studies Association (ISA), New York, février 2009 [lire en ligne]. Un article du même titre a par la suite été publié : (en) Loch Johnson, « Evaluating “Humint”: The Role of Foreign Agents in U.S. Security », dans Comparative Strategy, vol. 29, n° 4, 2010, p. 308-332
  5. Leadership, consulté le 3 avril 2010
  6. Director Leon E. Panetta Announces New National Clandestine Service Chief, communiqué de la CIA, 21 juillet 2010
  7. Tribute to John D. Bennett
  8. CIA director faces a quandary over clandestine service appointment
  9. (en) Gina Cheri Haspel, ex-Acting CIA Covert Head, Cryptome.org, 9 mai 2013
  10. (en) « CIA's new top clandestine spy outed on Twitter hours after being chosen despite still being undercover », Daily Mail,‎ 9 mai 2013 (lire en ligne)
  11. (en) Joby Warrick et Greg Miller, « U.S. intelligence gains in Iran seen as boost to confidence », Washington Post,‎ 8 avril 2012 (lire en ligne)
  12. sauf autre référence, l'organisation du NCS vient de (en) Jeffrey T. Richelson, The US Intelligence Community, Boulder, Colorado, Westview Press,‎ 2011, 6e éd. (1re éd. 1985) (ISBN 978-0-8133-4511-6)