Nathaniel Branden

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Nathaniel Branden (né Nathan Blumenthal le à Brampton, Ontario, au Canada) est un psychothérapeute et écrivain américain connu pour sa psychologie dite de l'estime de soi (self-esteem). Associé pendant un temps avec la philosophe et romancière Ayn Rand, Branden a joué un rôle prédominant dans sa philosophie individualiste, appelée l'« Objectivisme ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Branden reçoit son BA en psychologie à l'université de Californie, à Los Angeles, puis il a le MA à celle de New York[1]. Il obtient enfin son Ph.D. en psychologie en 1973[2] au California Graduate Institute, une école privée dont les diplômes sont néanmoins validés et approuvés par les autorités d'État[3].

En 1950, après être devenu un admirateur des romans d'Ayn Rand et avoir échangé des lettres et des conversations téléphoniques avec elle, Branden, alors âgé de 19 ans, rencontre la philosophe. Rand et Branden débutent alors une relation professionnelle et intime de près de 18 années. En effet, Rand et son jeune admirateur entretiennent vite une relation amoureuse, alors que tous deux sont mariés. Les époux de Rand et Branden acceptent tous deux leur relation intime et ce dès ses débuts. Selon sa femme, Barbara Branden, leur relation tournait à la souffrance perpétuelle, pour elle et pour Frank O'Connor, le mari de Rand[4].

Branden est alors considéré et ce pendant de nombreuses années comme le leader du mouvement objectiviste, après Ayn Rand elle-même. Branden dirigea en effet le premier groupement de personnalités, autour de Rand, assemblées sous le nom de « The Collective », qui comprend sa femme Barbara Branden, Leonard Peikoff et Alan Greenspan. À cette époque, Rand le considère comme son âme sœur, et le désigne même comme étant son « héritier intellectuel ». En 1958 Branden fonde le Nathaniel Branden Institute (NBI) pour promouvoir l'Objectivisme à travers des conférences et des séminaires éducatifs menés à travers tous les États-Unis. Le NBI est alors l'objet d'un vif succès, et bientôt il comprend des succursales dans diverses villes américaines et même à l'étranger. C'est pendant sa relation avec Branden que Rand écrit son roman Atlas Shrugged, considéré comme son magnum opus. Un de ses personnages mineurs est d'ailleurs nommé Nathaniel. Il s'agit d'un constructeur héroïque de voies ferrées du XIXe siècle et ancêtre d'un des protagonistes de l'intrigue qui garde un portrait de son aïeul sur son mur.

En 1965, Branden se sépare de sa femme, et en 1968, sa relation avec Rand se clôt de manière brutale lorsqu'elle apprend que Branden entretient une troisième relation sexuelle avec l'actrice Patrecia Scott, et ce depuis 4 ans. Rand devient sceptique quant aux sentiments de Braden et même quant à ses capacités intellectuelles à représenter le mouvement objectiviste[5]. ««««rand finit par expulser Branden du cercle des objectivistes. Elle publie un texte dans The Objectivist où elle répudie Branden, arguant plusieurs raisons, dont la malhonnêteté, mais elle ne mentionne à aucun moment leur différend intime. Branden publie à son tour une réponse à Rand dans laquelle il accuse publiquement Rand d'avoir toujours désirée une relation adultérine avec lui. Il explique alors que pour lui leur différence d'âge était un « obstacle infranchissable » qui interdisait une telle relation. Rand et lui ne se réconcilièrent jamais et il demeura persona non grata au sein du mouvement objectiviste, et en particulier au sein du groupe qui donna ensuite naissance au Ayn Rand Institute.

Peu après cette histoire, Branden déménagea pour la Californie et se maria à Patrecia Scott. En 1977, Scott meurt d'une crise épileptique présumée déclenchée par la réverbération du soleil sur l'eau de sa piscine, alors qu'elle nourrissait son chien[6].

Branden se marie une troisième fois en 1978, avec la femme d'affaires Devers Israël, avec laquelle il divorcera également[7].

Branden entretint toujours une relation, mi-amicale mi-acrimonieuse avec son ex-femme Barbara, qui écrivit un ouvrage à succès, The Passion of Ayn Rand qui donne des détails sur la relation de Branden avec Rand, et notamment à propos de leur rupture. Le livre fut adapté au cinéma en 1999, avec les acteurs Helen Mirren dans le rôle de Rand et Eric Stoltz dans celui de Branden[8].

En 1989, Branden publie ses mémoires, intitulées Judgment Day, qui sont de nouveau éditées en 1999, avec des révisions, sous le titre My Years with Ayn Rand. Il y raconte sa rencontre avec la philosophe, ses années auprès d'elle, le développement de l'objectivisme, et enfin les relations tumultueuses entre Rand et ses collaborateurs.

Branden continue cependant de soutenir la pensée objectiviste. Il écrit ainsi un article en 1999, « Who Owns Objectivism? », où il défend l'idée développée par David Kelley selon laquelle le courant objectiviste est un « système ouvert »[9]. Depuis, Branden rejette certains éléments de la philosophie objectiviste et en particulier la vision cognitiviste de la psychologie prônée par Ayn Rand. Il condamne par ailleurs la suprématie de Rand, qui refuse certains éléments et, surtout, dénonce le culte de la personnalité autour de l'écrivain, culte qui nuit grandement selon lui à la diffusion de l'objectivisme.

Après l'Objectivisme[modifier | modifier le code]

Branden s'est ensuite intéressé à un domaine largement rejeté par Rand et l'Objectivisme, en raison de sa dimension mystique : les perceptions extra-sensorielles ou ESP. Il collabore avec Ken Wilber à propos duquel il dit : « l'un des esprits les plus brillants que je n'ai jamais rencontré ». Il ajoute : « si vous êtes familier des idées de Ken, alors vous savez que lui et moi avons des désaccords, mais j'admire beaucoup son travail. Ken est un mystique alors que je ne le suis pas ». Branden affirme par ailleurs sa vision du capitalisme et du laissez-faire, en dépit d'un changement minime d'attitude depuis sa rupture avec Rand. Par exemple, Branden pense que « bien entendu certaines situations comme les situations d'urgence (comme les catastrophes naturelles ou les épidémies) ne peuvent être résolues par le marché libre. Si elles peuvent l'être alors elles doivent l'être. Mais le fait de pallier une situation d'urgence ne peut être une justification pour violer les droits individuels, ce qui fait une petite différence ». Il perçoit dorénavant les objectivistes différemment : « les principes philosophiques ne sont pas un substitut à la réflexion, pourtant de nombreux objectivistes agissent comme s'ils l'étaient »[10]. De plus, Branden a conservé son soutien à la méta-éthique objectiviste ; dans son livre Honoring the Self (1983), il consacre le chapitre 12 à la défense de la théorie méta-éthique d'Ayn Rand. Il explique : je pense que la fondation de son éthique est une contribution non négligeable[11].

Ses travaux en psychologie ont été focalisés sur le rôle crucial de l'estime de soi, dans la thérapie. Il a mis en évidence l'importance de la volonté pour développer et maintenir une estime de soi durable. Comme thérapeute, il développa la méthode de complétion des phrases, un outil psychothérapeutique destiné à rendre conscients les pensées et les sentiments inconscients et de transformer les croyances et les attitudes du sujet. Branden utilise ainsi un mélange de tels exercices, dérivés par ailleurs de la thérapie énergétique (energy therapy), et mêlant l'humour et les discussions à bâtons rompus.

Nathaniel Branden continue d'écrire et de pratiquer la psychothérapie à Los Angeles en Californie, multipliant les conférences et séminaires sur sa notion d'estime de soi. Il est affilié au parti libertarien américain (United States Libertarian Party), bien qu'il en ait été déçu à la suite de l'échec aux élections de 2004[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Sciabarra, Chris Matthew. Introduction: Contributors Biographies. Présentation en ligne de Feminist Interpretations of Ayn Rand.
  2. (en) Branden, Nathaniel (1999). My Years with Ayn Rand. Jossey-Bass; 1999. ISBN 0787945137, p. 370. Voir aussi : Walker, Jeff (1998). The Ayn Rand Cult. Open Court, 1998. ISBN 0812693906, p. 156.
  3. Selon le State of California Board of Psychology, le California Graduate Institute est une institution non homologuée cependant, ce qu'approuve le California Bureau of Private Postsecondary and Vocational Education. Voir notamment : Unaccredited California Approved Schools: A History and Current Status Report.
  4. (en) Reedstrom, Karen, interview de Barbara Branden dans Full Context, d'octobre 19921992 Interview de Barbara Branden.
  5. (en) Rand, Ayn, « To Whom It May Concern », in The Objectivist, numéro de mai 1968 et Branden, Nathaniel, « In Answer to Ayn Rand: Part 1 of 2 », 16 octobre 1968. Voir aussi « Break Free: an Interview with Nathaniel Branden », in Reason, October, 1971, 4-9.
  6. .« […] le verdict du coroner était que la mort est due à une noyade accidentelle..the coroner's verdict was death by accidental drowning. Comme un médecin l'a expliqué, le résultat était vraisemblablement un phénomène d'éblouissement qui précipita la crise épileptique. » explique Nathaniel Branden dans My Years with Ayn Rand, 2001, p. 386.
  7. (en) Nathaniel Branden, Devers Branden and Ayn Rand, 2004.
  8. The Passion of Ayn Rand (1999) sur l'Internet Movie Data Base.
  9. (en) Branden, Nathaniel, 1999, « Who Owns Objectivism? », TDO 25 December 1999.
  10. a et b Mouhibian, Alec (2004). Free Radical Interview with Nathaniel Branden, The Free Radical, octobre et novembre 2004.
  11. Branden, Honoring the Self, 1983, p. 205.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Ouvrages de Nathaniel Branden[modifier | modifier le code]

Les ouvrages de Nathaniel Branden ont été traduits en 18 langues, leur diffusion est d'environ 4 millions de copies vendues.

  • Who Is Ayn Rand? (avec Barbara Branden) (1962)
  • The Virtue of Selfishness (en collaboration avec Ayn Rand) (1964)
  • Capitalism: The Unknown Ideal (avec Ayn Rand, Alan Greenspan, et Robert Hessen) (1966)
  • The Psychology of Self-Esteem (1969)
  • Breaking Free (1970)
  • The Disowned Self (1971)
  • The Psychology of Romantic Love (1980)
  • The Romantic Love Question & Answer Book (1982)
  • Honoring the Self (1983)
  • How To Raise Your Self Esteem (1987)
  • Judgement Day (1989)
  • The Power of Self-Esteem (1992)
  • The Art of Self Discovery (1993)
  • The Six Pillars of Self-Esteem (1994)
  • Taking Responsibility (1996)
  • The Art of Living Consciously (1997)
  • A Woman's Self-Esteem (1998)
  • Self-Esteem at Work (1998)
  • My Years with Ayn Rand (1999) (édition révisée de Judgement Day)
  • édition du 32e anniversaire de Psychology of Self-Esteem (2001)