Nathalie Paley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Paley (homonymie).

Nathalie Paley

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

La princesse Natalia Pavlovna Paley, sœur cadette de la princesse Irina Pavlovna Paley.

Naissance 15 décembre 1905
Paris, (France)
Nationalité Russe
Décès 27 décembre 1981
New York, New York (États-Unis)
Profession Actrice, mannequin
Films notables

Natalia Pavlovna (russe:Наτалья Павловна Палей), princesse Paley, comtesse von Hohenfelsen connue en français sous le nom de Nathalie Paley, et aussi Natacha Paley, Natalie de Hohenfelsen[1] née le 5 décembre 1905 à Paris, décédée le 27 décembre 1981 à New York. Son acte de mariage est enregistré sous le nom de Nathalie Paley. Son pseudonyme à l'écran aux États-Unis était Natalia Paley.

Famille[modifier | modifier le code]

Fille du grand-duc de Russie Paul Alexandrovitch de Russie et d'Olga Karnovitch (titrée comtesse de Hohenfelsen, puis princesse Paley).

Mariages[modifier | modifier le code]

En 1927, Nathalie Paley épousa Lucien Lelong (1899-1959).

Vers la fin des années 1930, elle se remaria avec John Chapman Wilson (1899-1961).

Biographie[modifier | modifier le code]

Nathalie Pavlovna, à l'époque Nathalie de Hohenfelsen, son frère le prince Vladimir Pavlovitch de Hohenfelsen (futur Paley) et sa sœur, la princesse Irène Pavlovna de Hohenfelsen (future Paley) et ses parents (1911)

Issue d'un mariage morganatique refusé par le tsar Nicolas II. Exilés, les parents de Nathalie Pavlovna s'établirent à Boulogne près de Paris.

Enfance[modifier | modifier le code]

La jeune princesse naquit à Paris le 5 décembre 1905 et fut élevée à la française, le russe étant parlé à la maison. Il en était ainsi pour son frère à l'époque comte Vladimir de Hohenfelsen et sa sœur Irène. Elle grandit dans le bel hôtel particulier de Boulogne que leur mère décora avec soin. Pendant l'été, elle passait ses vacances à Biarritz, ville balnéaire fréquentée par la bonne société européenne et aimée des grands-ducs de Russie[2]. Loin de la Russie, son enfance sera malgré tout heureuse. Petite fille, la jeune comtesse de Hohenfelsen fut une enfant secrète, ne dévoilant aucune de ses pensées, ne laissant apparaître aucune de ses émotions. Adulte, elle gardera le souvenir de l'amour fraternel qu'elle portait à son frère aîné.

En 1913, à la veille de la déclaration de la Première Guerre mondiale, le tsar rappela le grand-duc Paul et sa famille à Saint-Pétersbourg et lui pardonna. Le grand-duc fit construire un Palais à Tsarskoïe Selo, et y emménagea en 1914[3]. En 1914, le jeune prince Vladimir Pavlovitch Paley, tel était son nouveau nom désormais, est appelé à servir sous le commandement de son père dans un régiment de cavalerie[4].

La Révolution d'Octobre[modifier | modifier le code]

Le prince Vladimir Pavlovich Paley, frère de la princesse Nathalie Paley

Après la Révolution de février 1917, Nathalie, sa sœur et ses parents sont assignés à résidence par les Bolcheviks, ils sont pris au piège et aucune fuite n'est possible. Les voitures du grand-duc Paul sont confisquées. L'une d'entre elles sera utilisée par Lénine. Les passants pouvaient apercevoir dans les rues de Petrograd Lénine assis dans la voiture personnelle du grand-duc, les armoiries des Romanov encore présentes sur les portières[5].

Au cours de leur mise à résidence par les Bolcheviks à Petrograd, les deux princesses avaient été victimes de graves chocs émotionnels, victimes de la brutalité des Bolcheviks. En outre, Nathalie fut très certainement violée par des révolutionnaires. Au cours de sa vie, la princesse n'eut à ce sujet que des propos allusifs. Certains membres de la famille impériale témoignèrent de ce terrible traumatisme, vécu par une très jeune fille âgée de douze ans, et étaient convaincus de la véracité de ses dires[6]. Plus tard, son comportement de femme adulte sera révélateur des souffrances endurées par elle au cours de cette année 1918. Elle fut perturbée tout au long de sa vie, ce qui explique son dégoût de la chair[7].

Grâce au soutien de la grande-duchesse Maria Pavlovna, la princesse et sa sœur quitteront la Russie pour la Finlande. Accompagnée d'un officier de l'Armée impériale Russe, les deux jeunes princesses traversent à pied le lac Ladoga pris par les glaces, et pour passer inaperçues dans cet univers enneigé, elles sont enveloppées dans un grand tissu blanc. Après trente-six heures d'une marche épuisante dans la neige et le froid glacial, les deux fillettes (elles n'ont pas 15 ans) atteindront la capitale finlandaise mortes de fatigue.

En mars 1918, son frère, le prince Vladimir Pavlovitch Paley est arrêté, exilé en Oural puis assassiné le 18 juillet 1918. En août 1918, son père, le grand-duc Paul est arrêté et emprisonné à la forteresse de Saint-Pétersbourg. Malgré les tentatives de son épouse pour obtenir sa libération, il sera exécuté le 29 janvier 1919.

L'exil[modifier | modifier le code]

Princesse Irina Pavlovna Paley et Hohenfels-Dame; princesse Romanovskaya et comtesse de Monbrison, sœur de la princesse Natalia Pavlovna Paley

Après l'annonce du décès de son époux, la princesse Olga Paley rejoint ses filles en Finlande. La princesse Nathalie, sa sœur et sa mère quittent la Finlande et s'installent dans leur maison de Boulogne. Mais les factures de cet hôtel particulier était impossibles à régler et ne furent pas toutes honorées, de même que celles de Tsarkoïe Selo. Les créanciers exigeant le règlement des dettes, la princesse Paley se vit dans l'obligation de vendre sa maison de Boulogne. Nathalie et sa sœur résidèrent dès lors rue de la Faisanderie, dans une maison achetée par leur mère. Avec le produit de la vente de la propriété de Boulogne, leur mère fit aussi l'acquisition d'une jolie petite villa à Biarritz. Devenues femmes, les deux sœurs vivront une vie différente.

Au cours des étés passés à Biarritz, qui devient un lieu choisi de l'émigration russe (à cause des années d'autrefois et de la présence de l'église russe) la princesse Nathalie établit aussi des liens avec des représentants de célèbres maisons de couture de Paris, dont un certain Lucien Lelong qui l'engagea comme mannequin.

Après quelques hésitations, en août 1927, Nathalie épousa Lucien Lelong, mais son mariage ne fut pas consommé[8],[a 1]. Après son viol supposé, la princesse n'eut sans doute jamais de relation sexuelle consentie avec aucun homme. Après son mariage avec Lucien Lelong, la jeune princesse devint une personnalité à la mode, et son style fut imité par certaines femmes du monde de ces année-là[9]. Son visage apparaîtra souvent sur les couvertures du magazine Vogue. À Paris, elle fut une des reines de la Café-Society, la Jet-Set de cette époque et du Tout-Paris artistique. Natacha côtoya Jean Cocteau qui l'initia à la prise d'opium, Marie-Laure de Noailles, Charles de Noailles, Hoyningen-Huene et Serge Lifar, Charles Boyer[a 2] avec qui elle eut une liaison assez ambiguë. Jean Cocteau se vanta dans tout Paris, d'une liaison amoureuse avec la princesse et fit courir le bruit qu'elle attendait un enfant de lui[a 3].

Excédée, au début des années 1930, Natalia Pavlovna Paley quitta Paris pour le midi de la France, puis se rendit en Italie où elle fit la connaissance de Madina Visconti née Arrivabene et de son beau-frère Guido Visconti qui tombèrent amoureux de la princesse. Lors de son séjour à Milan dans la propriété des Visconti, Natalia Pavlovna rencontra le futur metteur en scène Luchino Visconti. Celui-ci tourna un film amateur plutôt ambigu : dans ce film, Madina Visconti et la princesse sont allongées dans un lit[a 4]. Lucchino Visconti conseilla à Natalia Pavlovna de faire du cinéma. Fuyant les avances de Madina Visconti[a 3], la jeune princesse revint à Paris où elle fit des essais cinématographiques. Remarquée par Marcel L'Herbier, elle obtint un rôle dans L'Épervier[a 5]. Dès 1933, la princesse obtient de grands succès auprès du public

Suivant les conseils de son amie Marlène Dietrich, la princesse Paley se rendit aux États-Unis et s'installa à Hollywood. Dans cette capitale du cinéma, elle fit la connaissance de personnalités artistiques émigrées aux États-Unis. Autour d'elle, elle rassemblera différentes figures du monde artistique : le metteur en scène George Cukor, Marlène Dietrich, le compositeur Cole Porter, l'acteur Everett Sloane, l'écrivain Klaus Mann et Greta Garbo[10]. Aux États-Unis, sa carrière cinématographique restera modeste. Par son élégance, sa grâce et son humour elle s'attirera la sympathie de l'actrice Katherine Hepburn, cette amitié qui débuta lors du tournage du film Sylvia Scarlett durera jusqu'au décès de la princesse[11].

Katherine Hepburn, amie proche de la princesse Natalia Pavlovna Paley

Avec Greta Garbo ce fut tout autre chose. L'actrice suédoise surnommée la Divine, qui naquit dans une famille très modeste, éprouva sans doute de la jalousie pour cette belle et mystérieuse princesse russe sans talent, à l'éducation très raffinée comme toutes les princesses impériales. Greta Garbo se défia de Natalia Pavlovna Paley ; elle suspecta la princesse de l'imiter dans ses gestes et sa façon de se mouvoir incognito. La jalousie lui fit dire des paroles très dures à l'encontre de sa rivale. Elle déclara que Natalia est vide, qu'aucune idée ne germe dans sa tête, qu'aucun désir n'existe en elle. Le peintre d'origine russe Pavel Tchelitchev exposant ses œuvres ne cache son intérêt pour Natalia Pavlovna, Greta Garbo exaspérée quitte l'exposition, en questionnant les personnes présentes : « Mais pourquoi cette fille fascine t-elle donc tant des gens ? »[11] Dans leur vie sentimentale il en fut de même, une solide amitié lie la princesse à Valentina, une styliste d'origine russe, l'époux de cette dernière était le chevalier servant de l'actrice suédoise. Cette antipathie entre les deux actrices prendra fin le jour où chacune d'elle quittera la vie publique.

En 1936, après un bref séjour en France pour le tournage du film Les Hommes nouveaux de Marcel L'Herbier, film qui rencontrera un franc succès auprès du public, sa carrière cinématographique européenne prendra fin. La princesse Natalia Pavlovna Paley retournera aux États-Unis, elle se fixe à New York où elle peut vivre incognito. Dans cette ville, elle fit la connaissance du producteur de théâtre John Chapman Wilson, ancien amant de Cole Porter, un homme bon, gai, doté d'une grande intelligence. À trente-cinq ans, il est l'une de personnalités les plus puissantes de Broadway, en outre, il est l'ami de l'auteur de Comment épouser un milliardaire, la scénariste Anita Loos. John Chapman Wilson possède des qualités qui plaisent à Natalia Pavlovna Paley : il est homosexuel et riche. En 1937, le divorce entre Lucien Lelong et la princesse est prononcé. La même année, elle épousa John Chapman Wilson, le couple s'établit dans un appartement de Central Park. préférant l'emploi de chargée des relations publiques pour le grand couturier Mainbocher, la princesse mettra un terme à sa carrière d'actrice. Mais le vent tourne pour John Chapman Wilson, le succès n'est plus au rendez-vous, il se met à boire, sa dépendance à l'alcool s'accentuera au fils des années entraînant Natalia Pavlovna Paley dans son éthylisme. Dans l'incapacité de retrouver les succès d'antan, rongé par l'anxiété et l'alcool, John Chapman Wilson s'éteint en 1961. Il sera inhumé dans le cimetière presbytérien de l'église Ewing dans le New Jersey.

Marlène Dietrich en 1933, une des amies de Natalia Pavlovna Paley 1933

La déchéance[modifier | modifier le code]

Après le décès de son époux, Natalia Pavlovna Paley s'isole du monde, ne reçoit plus personne, vit entourée de rares compagnons, un domestique prenant soin de sa personne, un chorégraphe et un jeune danseur vivant en couple, et son chien, dans son appartement de Manhattan. Ses seuls loisirs sont la télévision, devant laquelle elle reste assise des heures entières, et les mots croisés. Malgré les conseils avisés de ses médecins, Natalia Pavlovna continuera à ingurgiter des Bloody Mary et autres alcools. Ses excès réguliers génèreront des crises de diabète et une perte de la vue. Elle n'entrevoit plus que des images floues, l'isolant encore plus. L'angoisse l'étreint un peu plus chaque jour. Les précieux bibelots acquis par son défunt époux se brisent sur le sol. Se mouvant dans un monde de ténèbres, elle ne peut éviter les murs et se cogne contre les meubles. Ainsi, lentement elle se détache du monde, les lettres adressées à sa sœur deviennent rares. Dans les années 1970, son neveu le prince Mikhaïl Fiodorovitch de Russie se rendit à l'appartement new-yorkais où il trouva porte close, sa tante refusa de le recevoir. Sa beauté d'antan n'est plus qu'un lointain souvenir, ses traits se sont alourdis, ses beaux yeux bleus se sont éteints, les traces du passé ont laissé de profondes cicatrices, la princesse voulut éviter ce triste spectacle à son jeune neveu.

Peu avant sa mort, elle aurait joué un petit rôle dans la série télévisée Amicalement vôtre[réf. nécessaire].

Décès et inhumation[modifier | modifier le code]

En décembre 1981, Natalia Pavlvona Paley victime d'une chute dans sa salle de bains, les médecins diagnostiquèrent une fracture du col du fémur. Transportée à l'hôpital Roosevelt malgré l'avis défavorable de ses deux derniers amis craignant une issue fatale, les chirurgiens décidèrent de l'opérer la nuit même.

La princesse Natalia Pavlvovna Paley décéda à l'aube du 27 décembre 1981 à l'hôpital Roosevelt de New-York. Elle fut inhumée dans le cimetière presbytérien de Ewing dans le New Jersey[12].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Natalia Pavlovna », sur /www.imdb.com (consulté le 4 septembre 2010)
  2. Frédéric Mitterrand Mémoires d'exil page 41 -42
  3. Frédéric Mitterrand Mémoires d'exil page 44
  4. Frédéric Mitterrand Mémoires d'exil page 45
  5. Frédéric Mitterrand Mémoires d'exil page 47
  6. Frédéric Mitterrand Mémoires d'exil page 50
  7. Interview télévisée de son neveu Michel Romanoff à Frédéric Mitterrand, où il décrit son entourage souvent composé d'homosexuels mondains
  8. Lucien Lelong était homosexuel
  9. dellamoda.it
  10. Frédéric Mitterrand Mémoires d'exil page 244
  11. a et b Frédéric Mitterrand Mémoires d'exil page 246
  12. Natalia Pavlovna Paley

Frédéric Mitterrand, Mémoires d'exil, Paris, Robert Laffont,‎ 1999, 333 p. (ISBN 2-221-09023-3):

  1. p. 141
  2. p. 142
  3. a et b p. 242
  4. p. 242-243
  5. p. 243

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie et Filmographie[modifier | modifier le code]