Natalia Nikolaïevna Gontcharova

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Natalia Gontcharova.
Portrait de Natalia Gontcharova, lorsqu'elle était l'épouse de Pouchkine

Natalia Nikolaïevna Gontcharova (en russe : Наталья Николаевна Гончарова) (8 septembre 1812 - 26 novembre 1863) est l'épouse du poète et écrivain Alexandre Pouchkine de 1831 à 1837, et la mère des enfants du poète.

Origines[modifier | modifier le code]

Par son père, Nathalie Nikolaïevna provient d'une très riche famille bourgeoise[1], à la noblesse (de service) toute fraîche: son grand-père, le célèbre manufacturier de papier et de tissu Athanase Abramovitch (1693-1784), originaire de Kalouga, fournisseur de la Cour, est intégré en 1742 dans la jeune administration impériale, au rang d'assesseur de collège, par l'impératrice Elisabeth Pétrovna. Catherine II confirme définitivement les Gontcharoff dans la noblesse héréditaire en élevant le père de Nathalie, Nicolas Afanassiévitch (17871861) à la dignité de chevalier de Saint-Vladimir (2 octobre 1789).
La naissance de sa mère, Nathalie Ivanovna Zagryajskaïa (1785-1848), est entourée de mystère : elle serait vraisemblablement[2] la fille illégitime d'Ivan Alexandrovitch Zagryajsky (remontant à une antique famille princière tatare et beau-frère de la comtesse Nathalie Kirillovna Razoumovsky, dame d'honneur de l'impératrice et parente d'Elisabeth Pétrovna par les Narychkine) et de la baronne Posse, née Ulrike von Liphardt, d'une ancienne famille balte.

Pouchkine[modifier | modifier le code]

Nathalie Nikolaïevna est (lointaine) parente de son futur époux par sa grand-mère maternelle ; son père Nicolas Afanassiévitch a d'ailleurs eu comme répétiteur de français le suisse David (Marat) de Boudry (frère du célèbre révolutionnaire Jean Paul Marat) qui sera ensuite le professeur très apprécié du poète au Lycée impérial.

Les enfants du ménage Pouchkine-Gontcharova : Grégoire, Marie, Natalie et Alexandre (dessin de la baronne Nathalie Friesenhof, amie de Nathalie Nikolaïevna (1839)).

Natalia Gontcharova donne naissance à quatre enfants pendant son mariage avec Alexandre Pouchkine : Marie[3] (1832-1919) épouse Léonide N. Hartung, Alexandre (1833-1914), Grégoire (1835-1905) et Nathalie (1836-1913) qui épouse en premières noces M. L. Dubelt, homme violente et instable dont elle divorce en 1862, et, en secondes noces, (titrée comtesse von Merenberg) morganatiquement le prince Nicolas-Guillaume de Nassau.

L'affaire d'Anthès[modifier | modifier le code]

Coquette, Nathalie Nikolaïevna laisse un officier français, Georges d'Anthès, lui faire la cour. Pour donner le change, d'Anthès épouse en 1837 la sœur aînée de Natalia, Ekaterina (1809-1843). Mais il semble que l'idylle entre d'Anthès et Natalia ne s'arrête pas pour autant et des lettres anonymes prétendant Pouchkine « cocu » circulent. Cela provoque la jalousie de l'écrivain, qui défie bientôt son beau-frère séducteur en combat singulier. Pouchkine est mortellement blessé lors de ce duel. Fuyant la Russie, D'Anthès emmène Ekaterina sur ses terres en Alsace, où elle meurt en 1843, à l'âge de 34 ans. D'Anthès, comblé d'honneurs durant le Second Empire, meurt en 1895.

Remariage[modifier | modifier le code]

La comtesse Nathalie Nikolaïevna Lanskaïa, en 1843 (peinture de W. Hau).

Natalia se remarie en 1841 avec le comte Pierre Lanskoï (1799-1877) à qui elle donne trois filles, Alexandra (épouse Arapov) 1845-1919, Sophie 1846-vers 1915, Élisabeth (épouse Arapov en premières noces et Bibikov en secondes) 1848-vers 1917.

Sa tombe se trouve au cimetière Saint-Lazare de Saint-Pétersbourg.

Ekaterina et Natalia sont des aïeux de la peintre du XXe siècle, Natalia Gontcharova.

Tombe de Natalia Gontcharova-Lanskaïa

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le patronyme familial signifie potier.
  2. Il y a d'autres hypothèses, dont l'une du mariage de son père avec une aristocrate française, mariage contracté en France. Il n'existe aucune preuve de la présence du prince Ivan Zagryajsky en France, et encore moins d'un acte de mariage… Cette hypothèse provient peut-être de la relation compliquée et étroite qu'a eue le célèbre couple Pouchkine-Gontcharova avec la patrie des Lumières : Pouchkine bilingue (on l'appelait couramment le Français), influence du frère de Marat (tuteur du père de Nathalie et professeur du poète), amant (et beau-frère) français… à une période — brève — de détestation de la France, conséquence, non de l'esprit de la révolution, mais des guerres sanglantes de Napoléon.
  3. Qui inspira à Tolstoï le personnage d'Anna Karénine.