Nartes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Une représentation du héros narte Sosrouko

Les Nartes (on parle souvent d'épopée narte, en ossète : Нарты кадджытæ ; Narty kaddžytæ, karatchaï-balkar : Нарт таурухла, adyguéen: Нартхэр Адыгэ Эпос) sont une race de héros mythiques retrouvés dans les légendes du Caucase, tout particulièrement chez les Ossètes, mais aussi à différents degrés dans l'aire d'influence de ces derniers ; les Tatars, Tcherkesses, Tchétchènes et Ingouches[1]. Leurs légendes ont survécu grâce aux traditions orales malgré l'influence du christianisme et de l'islam dans la région. Ces histoires ont alors été retranscrites à l'écrit depuis la deuxième moitié du XVIIIe siècle et des comparaisons avec d'autres mythologies indo-européennes ont alors été entreprises.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le terme Nartes est d'origine incertaine. Compte tenu de l'affiliation des Ossètes avec les peuples antiques des Alains et des Scythes, une origine iranienne du terme est fort probable. On retrouve le radical indo-iranien nar, le grec anēr, et l'irlandais nert signifiant "force" ou "héros" ce qui est très pertinent à cette race[1].

Historique de la recherche[modifier | modifier le code]

Les Nartes forment la part la plus importante des traditions orales chez les Ossètes. Julius Von Klaproth est le premier à évoquer l'épopée Narte en 1812, dans son livre Voyage en Géorgie et au Mont Caucase. Pendant la deuxième moitié du XIXe siècle, l'intérêt pour les légendes nartes apparaît chez les intellectuels ossètes (Vasiliï Tsoraïev, Dzantemir Chanaïev et Gatsyr Chanaïev recueillent plusieurs légendes à l'écrit) et aussi chez les russes qui avaient commencé l'étude des peuples du Caucase. En 1868 apparaissent des études et traductions russes de légendes nartes dans les Notes de l'Académie des Sciences puis en 1870 dans le Recueil de données sur les montagnards du Caucase, vol. 111. Mais c'est à partir des années 1880 que les véritables études scientifiques sur l'épopée narte apparaissent avec le linguiste et folkloriste Vsevolod Miller qui publie ses Études ossètes[2].

En Europe occidentale, les textes sur les Nartes n'apparaitront qu'en 1887 grâce à Johann Heinrich Hubschmann qui traduit Miller en allemand dans un journal. S'ensuivront de nombreux autres publications et études dans les pays du Caucase et en Europe. Georges Dumézil, philologue et comparatiste français à qui l'on doit la majorité de la littérature francophone sur la mythologie ossète, a publié en 1930 Légendes sur les Nartes, ce qui a énormément influencé l'étude de la mythologie ossète grâce à son travail sur la mythologie comparée. Il continuera à étudier les légendes ossètes dans d'autres publications. Harold Walter Bailey et V. Abaïev suivront dans l'analyse des épopées[3].

Personnages principaux[modifier | modifier le code]

  • Satana (Сатана)
  • Soslan / Sosrouko (Сослан / Сосруко)
  • Syrdon (Сырдон)
  • Batraz (Батырадз)

Mythologie[modifier | modifier le code]

Georges Dumézil a pu appuyer sa théorie de la division tripartite des sociétés indo-européennes en prenant l'exemple des Nartes qui se divisent en trois familles :

  • les Alægatæ qui sont l'intelligence;
  • les Æxsærtægkatæ qui sont forts, ils sont les guerriers;
  • et les Boratæ qui sont les agriculteurs, riches[1].

Il existe de très nombreuses variantes des différentes légendes nartes selon les régions et même des mythes contradictoires. C'est la tradition orale qui a empêché la normalisation de l'épopée narte, et elle s'est au contraire diversifiée jusqu'à ne plus avoir de cohérence chronologique.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Auteurs anonymes (trad. Georges Dumézil), Le Livre des héros. Légendes sur les Nartes, Paris, Éditions Gallimard, coll. « Connaissance de l'Orient »,‎ 2011 (1e édition 1965), 266 p. (ISBN 978-2-07-071646-3)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c DUMEZIL Georges, 1986 - Loki, Flammarion, p. 132. ISBN 2-08-081342-0
  2. Lora Arys-Djanaïéva, 2004 - Parlons ossète, L'Harmattan, p. 173. ISBN 2-7475-6235-2
  3. Lora Arys-Djanaïéva, 2004, p. 174