Naoko Takeuchi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Takeuchi.

Naoko Takeuchi (武内 直子, Takeuchi Naoko?) est une mangaka japonaise née le 15 mars 1967 à Kōfu, dans la préfecture de Yamanashi au Japon. Elle est diplômée en pharmacologie de la Kyōritsu Yakka Daigaku (共立薬科大学?), et a écrit son mémoire sur les ultrasons dans les appareillages médicaux. Son université est située près de Shibakōen, dans l'arrondissement de Minato-ku à Tōkyō, ce qui l'influencera lors de l'écriture de Sailor Moon et Sailor V : ces deux histoires se déroulent à Minato-ku dans le quartier d'Azabu Jūban.

Biographie[modifier | modifier le code]

Encore à l'université, elle fait ses débuts de mangaka en 1986 lorsqu'elle gagne le prix Kōdansha New Manga Artist avec Love Call. Durant l'été 1991, elle publie ce qui devait être une histoire courte, Sailor V (un mélange de sentai et de magical girl). Un succès inattendu auprès des jeunes lectrices pousse la Toei à contacter son éditeur afin de remanier le concept en le déclinant sous la forme d'une équipe de 5 filles : c'est ainsi que Sailor Moon (son plus grand succès) voit le jour. Le premier chapitre paraît dans le numéro de Février 1992 de Nakayoshi et son adaptation animée apparait quelques semaines plus tard. Elle obtint pour ce manga en 1993 le prix du manga de son éditeur, Kōdansha, dans la catégorie Shōjo.

Elle est, depuis 1999, l'épouse d'un autre mangaka, Yoshihiro Togashi, dont elle a eu un fils, affectueusement nommé petit Ōji par ses parents.

Naoko Takeuchi à Paris[modifier | modifier le code]

Le 24 février 1999, soit moins de 2 mois après son mariage, Naoko Takeuchi vient à la rencontre de son public français[1]. L'événement se passe à la Maison de la Culture du Japon, à Paris, à l'occasion de la semaine "Manga et animation japonaise en France". L'information reste confidentielle jusqu'au dernier moment, seul le magazine AnimeLand[2] le mentionne dans le numéro du mois même. Toutefois, plus de 350 fans sont présents à l'appel, des fans aussi bien français que belges et même japonais. La mangaka a assuré une grande rencontre publique, suivie par une projection du film SailorMoon R, pour finir par une séance de dédicaces. La séance est prévue pour 30 min, mais devant le nombre de fans, Naoko Takeuchi annonce qu'elle offrira une signature jusqu'à la dernière personne. Le lendemain, la mangaka se rend dans les locaux des éditions Glénat[3], maison d'édition publiant l'adaptation française de SailorMoon. Elle réalise une illustration dédicacée pour le club SailorMoon de la maison d'édition. Un tirage limité de cette dédicace est offert aux animateurs du club, puis l'illustration est plus largement diffusée en étant publiée dans le fanzine Usa-usa produit par une partie de ces animateurs.

Le saviez-vous?[modifier | modifier le code]

  • Elle est autodidacte : étant de santé fragile enfant, elle passait ses heures à recopier des shōjo manga.
  • La bijouterie OSA-P (des parents du personnage Naru Osaka) est nommée d'après son éditeur Osano Fumio.
  • Elle collectionne les antiquités.
  • Elle a fait partie du club d'astronomie au lycée.
  • Elle a aidé son mari sur le premier volume de Hunter × Hunter.
  • Elle nomme ses personnages d'après des minéraux, des symboles mathématiques et composants chimiques.
  • Elle a longuement hésité entre une carrière de pharmacienne et celle de mangaka.
  • Elle a travaillé pendant un an à la pharmacie de l'hôpital universitaire Keiō.
  • Elle a écrit les paroles de la plupart des génériques de fin de Sailor Moon ainsi que Sailor Star song, chanson de la 5e série.

Liste non exhaustive des œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]