Nansō Satomi Hakkenden

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Illustration d'Utagawa Kuniyoshi

Nansō Satomi Hakkenden (Kyūjitai: 南總里見八犬傳?, Shinjitai: 南総里見八犬伝) est un roman épique japonais en 106 volumes de Kyokutei Bakin. Il a été écrit et publié sur une période de près de trente ans (1814 à 1842). Bakin devenu aveugle avant de finir l'histoire, a dicté les parties finales à sa belle-fille, Michi. Il est traduit Les Chroniques Huit chiens[1], Conte des huit chiens[2] ou Biographies de huit chiens[3].

Résumé[modifier | modifier le code]

Situé au cours de la tumultueuse période Sengoku (350 ans avant l'époque de Bakin), Hakkenden raconte l'histoire de huit samouraï demi-frères - tous descendants d'un chien et portant le mot « chien » dans leur prénom - et leurs aventures imprégnéees des thèmes de loyauté et d'honneur familial, ainsi que de confucianisme, du bushido et de philosophie bouddhiste. Une des sources d'inspirations directes du roman est le récit chinois épique Au bord de l'eau des XIVe au XVIIIe siècles.

Une précédente série romanesque de Bakin, Chinsetsu Yumiharizuki (椿説弓張月) (« Étranges contes du croissant de Lune ») avait été illustrée par le célèbre artiste ukiyo-e Katsushika Hokusai mais les deux ne s'accordaient pas bien. Pourr Hakkenden, Yanagawa Shigenobu, gendre de Hokusai, a été recruté comme illustrateur à la place.

Une réimpression complète en dix volumes est disponible, ainsi que diverses traductions japonaises modernes, la plupart d'entre elles abrégées.

Adaptations théâtrales, cinématographiques et télévisées[modifier | modifier le code]

Bien que très populaire au moment de la publication et au début du XXe siècle, l’œuvre de Bacon est un peu délaissée après la restauration de Meiji mais revient à la mode plus tard au cours du XXe siècle. .

Il existe des versions manga de l'histoire par Pink Aomata, Natsuki Yoshimura et Ikuo Miyazoe, et des éléments et thèmes de Hakkenden se retrouvent dans beaucoup d'autres oeuvres.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Le mont Tomi qui sert de décor au roman et où le mont, appelé Toyama, est le refuge de la princesse Fuse.

Références[modifier | modifier le code]

  • Kyokutei Bakin (1819) "Shino and Hamaji". (en) Donald Keene, Anthology of Japanese literature : from the earliest era to the mid-nineteenth century, New York, Grove Press,‎ (réimpr. 1960) (ISBN 0-8021-5058-6, lire en ligne), p. 423–428
  • Kyokutei Bakin (1819) Fusehime at Toyama Cave, Fusehime's Decision, Shino in Otsuka Village, Hamaji and Shino. (en) Haruo Shirane (trad. Chris Drake), Early modern Japanese literature : an anthology, 1600-1900, New York, Columbia University Press,‎ (ISBN 0-231-10991-1), p. 885-909

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Haruo Shirane, Early Modern Japanese Literature: an Anthology, 1600-1900, Columbia University Press,‎ (ISBN 0-231-10990-3), p. 886
  2. (en) J. Thomas Rimer, The Columbia Anthology of Modern Japanese Literature: From Restoration to Occupation, 1868-1945, Coughlan Publishing,‎ (ISBN 0-231-11861-9), p. 196
  3. (en) Donald Keene, Anthology of Japanese Literature, From the Earliest Era to the Mid-Nineteenth Century, Grove Press,‎ (ISBN 0-8021-5058-6), p. 423