Nanni Cagnone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Nanni Cagnone

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Nanni Cagnone à Gênes (2001)
photographié par Pino Usicco

Activités poète, écrivain, essayiste, dramaturge
Naissance 10 avril 1939
Carcare, Italie
Genres poésie, essai, drame, roman

Nanni Cagnone[1] (né en 1939 à Carcare, Ligurie) est un poète et écrivain italien. Il a débuté comme poète en 1954, ensuite a écrit beaucoup de livres: poésies, romans, contes, essais, pièces de théâtre et aphorismes, de Les jeunes invalides (1967) à The Oslo Lecture[2] (2008). Il est marié avec Sandra Holt et actuellement vit à Bomarzo.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dans les années Soixante et Soixante-dix il a été rédacteur et directeur d’une collection chez Lerici Éditeur, rédacteur de Marcatré e rédacteur en chef de Design Italia. Ensuite, il créa et dirigea la maison d’édition Coliseum. Entre autres, il a été professeur d’esthétique et a collaboré à journaux et revues, comme Chelsea Review, Incognita, Alea, Or, Il Giornale, Il Messaggero, Bonniers Litterära Magasin, FMR, Il Verri. Parmi ses traductions, The Wreck of the Deutschland de Gerard Manley Hopkins, Agamemnon d’Eschyle[3], The Heads of the Town Up to the Aether de Jack Spicer et Intolerante superficie de Gabriel Magaña Merlo.

Les œuvres de Cagnone sont caractérisées par une dense et pure méditation, où mythologie et modernité, critique et sentiment sont comprimés dans une intensité ontologique particulière. Cagnone est considéré comme l’un des poètes les plus originaux et innovateurs de la littérature européenne contemporaine[4]. Sa poésie est une source d'inspiration pour la musique contemporaine. Le compositeur norvégien Harald Sæther a écrit un cycle de chansons sur un texte de Index vacuus, la cantate Obstupescit Venti Cinque sur un texte de What's Hecuba to Him or He to Hucuba? et A, in altre parole B, pour trois quatuors vocaux, sur le texte homonyme.

À propos de sa poésie, Cagnone écrit: «La poésie est cet intervalle entre nous et les choses, ce sentiment interrompu, l’objet perdu chez le désir. La poésie est une œuvre étrangère, quelque chose que le sommeil apprendrait au réveil. Elle requiert un sentiment passif, une pensée réceptive, et désirs appris en répondant. Il ne s'agit pas de recueillir le monde comme des secoureurs du sens ou des flatteurs du langage; il s'agit du culte sans but d’une figure excessive et de l’expérience d’une fidélité: celle d’un Dire qui ne voudrait jamais quitter son Taciturne amant. Poésie: agir au-delà, au-delà de ce qu’on peut penser»[5].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • A, in altre parole B, essai (Gênes 1970)
  • What’s Hecuba to Him or He to Hecuba?, poèmes et essais (New York 1975)
  • Andatura, poèmes (Milan 1979)
  • L’arto fantasma, essais (ed.) (Venice 1979)
  • Vaticinio, poème (Naples 1984)
  • Notturno sopra il giorno, poèmes (Milan 1985)
  • Armi senza insegne, poèmes (Milan 1988)
  • G.M. Hopkins: Il naufragio del Deutschland (ed.) (Milan 1988)
  • Comuni smarrimenti, roman (Milan 1990)
  • Anima del vuoto, poèmes (Bari 1993)
  • Avvento, poèmes (Bari 1995)
  • The Book of Giving Back[6], poème (New York 1998)
  • Il popolo delle cose, poème (Milan 1999)
  • Enter Balthâzar, conte (New York 2000)
  • Pacific Time, roman (Milan 2001)
  • Doveri dell’esilio, poèmes (Pavia 2002)
  • Questo posto va bene per guardare il tramonto, pièce de théâtre (Pavia 2002)
  • L’oro guarda l’argento[7], œuvres choisies (Verona 2003)
  • Index Vacuus[8], poèmes (New York 2004)
  • Ça mérite un détour, conte (Milan 2007)
  • Penombra, conte (Rome 2009)
  • Aeschylus: Agamemnon (ed.) (Modena 2010)
  • Le cose innegabili / Undeniable Things, poèmes (Modena 2010)
  • Penombra della lingua, poèmes (Rome 2012)
  • Perduta comodità del mondo del mondo, poèmes (Rome 2013)
  • Tacere fra gli alberi, poème (Turin 2014)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Italian poetry 1950 - 1990 « Nanni Cagnone »
  2. (en) The Oslo Lecture 2008, « Nanni Cagnone »
  3. (en) Il sole 24 ore, « Nanni Cagnone »
  4. (en) Nanni Cagnone in Oslo Poesifestival 2008 « Nanni Cagnone »
  5. (en) Edgewise Press, « Nanni Cagnone »
  6. (en) Il Corriere della Sera Archivio 1998, « Nanni Cagnone »
  7. (en) Anterem, « Nanni Cagnone »
  8. (en) Edgewise Press, « Index Vacuus »

Liens externes[modifier | modifier le code]