Nancray-sur-Rimarde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nancray (homonymie).
Nancray-sur-Rimarde
Blason de Nancray-sur-Rimarde
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Loiret
Arrondissement Pithiviers
Canton Beaune-la-Rolande
Intercommunalité Communauté de communes du Beaunois
Maire
Mandat
Christian Barrier
2014-2020
Code postal 45340
Code commune 45220
Démographie
Gentilé Nancréens
Population
municipale
559 hab. (2011)
Densité 48 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 04′ 08″ N 2° 20′ 02″ E / 48.069, 2.334 ()48° 04′ 08″ Nord 2° 20′ 02″ Est / 48.069, 2.334 ()  
Superficie 11,58 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte administrative du Loiret
City locator 14.svg
Nancray-sur-Rimarde

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte topographique du Loiret
City locator 14.svg
Nancray-sur-Rimarde

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nancray-sur-Rimarde

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nancray-sur-Rimarde

Nancray-sur-Rimarde est une commune française, située dans le département du Loiret en région Centre.

Géographie[modifier | modifier le code]

Nancray est à la limite de deux régions naturelles, l'Orléanais sur la rive gauche de la petite Rimarde, et le Gâtinais (occidental) sur sa rive droite.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Bouilly-en-Gâtinais Courcelles Batilly-en-Gâtinais Rose des vents
Chambon-la-Forêt N Boiscommun
O    NANCRAY-SUR-RIMARDE    E
S
Chambon-la-Forêt Nibelle - Chemault

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Nancray-sur-Rimarde est parcourue par la Rimarde, qui traverse le territoire communal du sud au nord. Cette rivière est rejointe par la petite Rimarde au niveau de la ferme du Fort des eaux, sur le territoire de Bouilly-en-Gâtinais, après avoir serpenté sur la commune de Nancray-sur-Rimarde.

La Rimarde, qui faisait le bonheur des promeneurs avant la Seconde Guerre mondiale, a été redressée lors d'un remembrement dans les années 1956-1957. Elle n'est plus, depuis lors, qu'un fossé qui ne retient pas assez l'eau pour éviter les inondations en aval. Sa gestion est déléguée au syndicat de la Rimarde qui s'est lui-même associé aux syndicats des autres rivières, qui lui sont liées (l'Œuf et l'Essonne). Replantations d'arbres en 2010.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Sites moustérien et néolithiques.

Époque romaine[modifier | modifier le code]

Bourg situé sur la voie romaine de Sens à Orléans, dite "chemin de César".
Vers 1856, à environ 100 m du chemin de César, a été découverte une grande quantité de pièces de monnaie, presque toutes frappées à l'effigie de Postume (260 à 269). Cette trouvaille est à rapprocher du pot de terre grossière trouvé en 1866 à proximité de cet endroit quoique sur la commune de Chambon, pot qui contenait une trentaine de petites pièces de monnaie dont certaines à l'effigie de Postume ; et laisse supposer l'existence au moins d'une villa, voire d'une ville, et en tout cas un établissement gallo-romain dans les environs proches – les habitants auraient voulu cacher leurs pécules lors des invasions barbares[1].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Clocher-tour roman.

Temps modernes[modifier | modifier le code]

À l'endroit où la voie romaine change d'orientation rectiligne, se trouve la tombe d'un officier prussien mort en 1870 (bataille de Beaune-la-Rolande).

Entre le 29 janvier et le 8 février 1939, plus de 2 800 réfugiés espagnols fuyant l'effondrement de la république espagnole devant les troupes de Franco, arrivent dans le Loiret. Devant l'insuffisance des structures d'accueil d’Orléans, 46 centres d’accueil ruraux sont ouverts[2], dont un à Nancray[3]. Les réfugiés, essentiellement des femmes et des enfants (les hommes sont désarmés et retenus dans le Sud de la France), sont soumis à une quarantaine stricte, vaccinés, le courrier est limité, et le ravitaillement, s'il est peu varié et cuisiné à la française, est cependant assuré[4]. Une partie des réfugiés rentrent en Espagne, incités par le gouvernement français qui facilite les conditions du retour, ceux préférant rester sont regroupés au camp de la verrerie des Aydes, à Fleury-les-Aubrais[3].

Articles détaillés : Retirada et Histoire du Loiret.

Atelier du peintre Roger Chapelain-Midy.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2014 en cours Christian Barrier    

Jumelages[modifier | modifier le code]

  • Des relations se sont créées il y a quelques années avec la commune de Nancray dans le Doubs, sans que celles-ci aient été vraiment approfondies.
  • D'autre part on peut noter que des liens existent entre les pompiers volontaires de Nancray-sur-Rimarde et les pompiers de Fredersdorf-Vogelsdorf en Allemagne. Cet échange s'est fondé à l'origine par l'intermédiaire de la musique départementale des sapeurs pompiers du Loiret, dont quelques pompiers de Nancray-sur-Rimarde font partie. Depuis, les pompiers des deux villes se rencontrent hors de ces cadres, et les pompiers de Nancray-sur-Rimarde ont eu le souci d'y associer la caserne de Beaune-la-Rolande à laquelle ils sont rattachés depuis la départementalisation des casernes de pompiers, à l'origine municipales.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 559 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
896 863 967 985 986 926 905 905 943
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
991 997 1 027 945 915 850 838 808 731
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
794 805 755 614 630 605 537 515 486
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
435 408 361 362 424 430 465 474 545
2011 - - - - - - - -
559 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • L'école primaire de Nancray est intégrée au SIRIS, qui est une association entre communes, pour leur permettre de garder ce cœur d'un village qu'est son école, tout en assurant aux enfants un enseignement de qualité en ménageant des classes d'un niveau homogène (pas de classe unique où tous les âges sont mélangés et les instituteurs d'autant divisés) quoiqu'en dise le ministère de L'Education qui manifeste parfois sa volonté de regrouper les écoles primaires du canton, plus par souci de rentabilité que de cohérence et d'efficacité.
  • Les collégiens vont principalement à Beaune-la-Rolande.
  • Les lycéens vont principalement à Pithiviers ou à Montargis.
  • L'enseignement privé le plus proche à la disposition des Nancréens se situe à Pithiviers.

Économie[modifier | modifier le code]

Commune rurale, Nancray a été façonnée essentiellement par l'activité agricole.

Agriculture[modifier | modifier le code]

  • La viticulture qui marqua longtemps l'activité agricole du village, grâce à la proximité du grand marché parisien, n'existe plus aujourd'hui qu'à l'état résiduel, et sans aucune justification économique ;
  • La grande culture est l'activité largement dominante aujourd'hui, alliant cultures industrielles (colza, betterave à sucre avec les sucreries de Pithiviers et de Corbeilles-en-Gâtinais) et cultures alimentaires pour le bétail ou la consommation humaine (blé dur et tendre, orge de brasserie, tournesol, maïs-grain).

Industrie et artisanat[modifier | modifier le code]

  • Activités principalement artisanales, avec le travail sur le bois, sur la terre (faïencerie) ou sur le cuir ;
  • Nancray accueille aussi une usine travaillant le plastique.

Services[modifier | modifier le code]

Au-delà des restaurants, du coiffeur ou du garage automobile, la commune comprend aussi des activités touristiques liées au tourisme vert -gîtes et chambres d'hôtes- qui dénotent la dépendance du village vis-à-vis des métropoles régionales, Paris et Orléans, et un autocariste qui, en plus des transports scolaires, organise de nombreux voyages dans toute l'Europe.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

  • Nancray compte une harmonie municipale fondée vers 1890 à laquelle s'est officiellement rattachée la clique des pompiers depuis peu. Cette harmonie assure l'animation de la fête patronale et des rassemblements patriotiques.
  • Une école de musique située à Beaune-la-Rolande et financée par la Communauté de communes du Beaunois est à la disposition de la population de Nancray-sur-Rimarde pour l'apprentissage de la musique.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Nancray-sur-Rimarde

Les armes de Nancray-sur-Rimarde se blasonnent ainsi :

D'azur à la fasce ondée d'argent accompagnée de trois étriers d'or, 2 en chef, 1 en pointe

Adopté le 25 janvier 2000

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Abbé Cosson, Découverte de monnaies romaines sur la commune de Chambon, près du chemin de César, mémoire. Bulletin de la Société archéologique et historique de l'Orléanais, Volume 4, séance du 12 juillet, 1867. pp. 442-443.
  2. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées sodign.C3.A9-43.
  3. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées sodign.C3.A9-47.
  4. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées sodign.C3.A9-43-44.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011