Namps-Maisnil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Namps-Maisnil
Image illustrative de l'article Namps-Maisnil
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Conty
Intercommunalité Communauté de communes du canton de Conty
Maire
Mandat
Catherine d'Hoine
2014-2020
Code postal 80290
Code commune 80582
Démographie
Population
municipale
1 001 hab. (2011)
Densité 46 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 48′ 13″ N 2° 06′ 28″ E / 49.8036111111, 2.1077777777849° 48′ 13″ Nord 2° 06′ 28″ Est / 49.8036111111, 2.10777777778  
Altitude Min. 55 m – Max. 149 m
Superficie 21,96 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Namps-Maisnil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Namps-Maisnil

Namps-Maisnil est une commune française, située dans le département de la Somme en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Namps-Maisnil est une commune rurale du plateau picard, située au sud d'Amiens et au nord de Conty.

Elle est desservie par la gare de Namps-Quevauvillers, sur la ligne Amiens - Rouen (desserte TER Haute-Normandie et TER Picardie), et est accessible par l'ancienne nationale 29 (actuelle RD 1029).

Quartiers, hameaux, lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Les anciennes communes de Namps-au-Mont, Namps-au-Val, Rumaisnil et Taisnil sont regroupées, le 28 décembre 1972, formant la commune de Namps-Maisnil.

Histoire[modifier | modifier le code]

Des vestiges de villa gallo-romaine ont été retrouvés sur la commune[1].

Les villages dépendirent de plusieurs seigneuries d'Ancien Régime : Namps-au-Mont relevant de Famechon, Namps-au-Val de Rumaisnil (relevant elle-même de Picquigny), et Taisnil était une pairie de la châtellenie de Picquigny[1].

Namps-au-Val eut une activité industrieuse forte, puisque les trois frères Fouré acquirent en 1876 une machine à vapeur permettant de créer une fabrique de chaises. Cette entreprise fut connue sous le nom de Retourné-Mille en 1897, puis Retourné et Cie en 1912. Cette entreprise, qui fabriqua jusqu'à 600 pièces par jour, ferma en 1972[2].

En 1972, les 4 villages se regroupent administrativement pour constituer la commune de Namps-Maisnil.

Par décision de l'évêque d'Amiens, depuis le 1er janvier 2003, la commune de Namps-Maisnil dépend de la paroisse Saint-Simon du Molliénois.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1977 mars 2008 Michel Delamare   agriculteur retraité
mars 2008[3] 2014 Patrice Letalle    
mars 2014 en cours
(au 9 avril 2014)
Catherine D'Hoine[4]    

Pour le mandat 2014-2020, ont été élus maires délégués des anciennes communes :

  • Bruno Bézot, pour Taisnil
  • Pierre Conté, pour Rumaisnil
  • Didier Bouthors, pour Namps-au-Val[4]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 001 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
376 395 509 502 506 460 457 430 454
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
449 435 654 420 379 363 362 344 336
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
356 354 320 293 276 276 295 293 290
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
311 306 836 890 970 1 002 1 016 1 018 1 010
2011 - - - - - - - -
1 001 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Porte de l'église Saint-Martin de Namps-au-Val, levé par Viollet-le-Duc.
A Taisnil, le Monument aux morts se dresse face à l'église.
  • Monument aux morts de Taisnil ;
  • Église Saint-Martin de Namps-au-Val, du XIIe siècle (restaurée au XIXe siècle et classée monument historique dès 1846), avec un clocher carré, une nef couverte en charpente, et le chœur voûté d'ogives[1] ;
  • Château de Namps-au-Mont, construit par Meneslée-Hiacinthe de Bonnaire vers 1760-1765, en pierres, couvert d'ardoises et entouré d'un parc[7] ;
  • Château de Taisnil en briques et pierres : corps de logis flanqué de 2 ailes terminées par des pavillons[1] ;
  • Ancienne usine de meubles Retourné-Mille[8] ;
  • Cimetière militaire de Namps-au-Val, où se trouvent 424 soldats, pour la plupart tués en mars-avril 1918, durant la Première Guerre mondiale : 326 soldats britanniques, 24 canadiens, 57 australiens, 1 sud-africain, 16 français y reposent ainsi qu'un militaire français de la Seconde Guerre mondiale[2],[9].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « Namps-Maisnil » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site du Quid. Consulté le 9 août 2008
  2. a et b Sylvie Godin, « Si les Namps m'étaient contés », Le bonhomme picard,‎ 23 juillet 2008
  3. Le courrier picard édition Région d'Amiens du 5 avril 2008
  4. a et b « Les maires déjà en place », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3284,‎ 9 avril 2014, p. 34 (ISSN 1144-5092)
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  7. « Château de Namps-au-Mont à Namps-Maisnil (80) », sur le site de Patrimoine de France (consulté le 9 août 2008)
  8. « Usine de sièges dite usine de meubles Retourne Mille, puis Retourne et Cie à Namps-Maisnil (80) », sur le site de Patrimoine de France,‎ 1987 (consulté le 9 août 2008)
  9. « Relevé biographique de soldats inhumés au cimetière militaire de Namps au Val », sur sur le site de franceGenWeb (consulté le 9 août 2008)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Debrie, Toponymie de Namps-au-Val, Amiens, Eklitra,‎ 1980, 31 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :