Namkham

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Namkham
Administration
Pays Drapeau de la Birmanie Birmanie
État État Shan
Géographie
Coordonnées 23° 50′ N 97° 41′ E / 23.83, 97.683 ()23° 50′ Nord 97° 41′ Est / 23.83, 97.683 ()  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Myanmar

Voir sur la carte Birmanie administrative
City locator 14.svg
Namkham

Namkham, ou Namhkam, est une ville de Birmanie située dans le nord de l'État Shan, sur le coude de la rivière Shweli, qui marque à cet endroit la frontière avec la province chinoise du Yunnan. Elle se trouve sur l'ancienne route de Birmanie entre Bhamo, au nord-ouest, et Muse au nord-est.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'administration coloniale britannique construisit en 1897 une piste muletière entre Bhamo, sur l'Irrawaddy, et la frontière chinoise, à 90 km[1].

Durant la Seconde Guerre mondiale, la route de Birmanie entre Lashio et Kunming (au Yunnan) fut coupée par les japonais, privant de ravitaillement l'armée nationale révolutionnaire du Kuomintang, engagée depuis 1937 dans la Guerre sino-japonaise. Pour y remédier, les alliés construisirent une route depuis Ledo en Assam (Inde) à travers le nord de la Birmanie. Cette route (Ledo Road) atteignit fin 1944 Bhamo, où elle rejoignit le vieux tronçon aboutissant à la frontière chinoise par Namkham et Muse[2],[3]. Le premier convoi à atteindre Kunming, parti de Ledo le 12 janvier 1945, arriva le 4 février 1945. Le docteur Gordon Seagrave, dit le Chirurgien birman, dirigeait l'hôpital missionnaire américain au-dessus de Namkham[3],[4]. On pense qu'il pratiquait le renseignement en même temps que la médecine[4].

Agriculture[modifier | modifier le code]

La culture du pavot dans la région durant l'occupation britannique a causé à l'Est de la ligne Lashio-Namkham une déforestation considérable, déjà constatée en 1920[5]. Un rapport de 2005 produit par l'Armée de l'État Shan recense 1800 toxicomanes dans la seule ville de Namkham, et des centres de désintoxication communautaires ont été mis en place pour traiter un problème croissant. Le premier, ouvert en 1998, fut déclaré illégal et fermé en 2000 par les autorités[6]. Des moines bouddhistes et des enseignants participent aussi à la lutte contre l'expansion du virus VIH parmi les toxicomanes[7].

La culture de la variété de riz hybride à haut rendement Hsinshweli a été récemment encouragée par les autorités dans la région[8].

Hydroélectricité[modifier | modifier le code]

La Birmanie et la Chine ont signé en août 2003 un contrat pour un projet hydroélectrique. Un barrage est en construction sur la Shweli près de Namkham, pour fournir de l'électricité à Kyaukme, Hsipaw, Lashio et Namtu[9]. Nommé Shweli 1, il produira 600 MW[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. John Nisbet, Burma Under British Rule and Before, Adamant Media Corporation, 2005,‎ 1901 (lire en ligne), p. 36–40
  2. (en) Carl Warren Weidenburner, « The Ledo Road- MILEPOSTS », University of Oklahoma Press (consulté le 2 mars 2009)
  3. a et b (en) Win Nyunt Lwin, « Historic road links wilderness and culture », Myanmar Times,‎ 4-10 octobre 2004 (lire en ligne)
  4. a et b (en) « World War II Timeline:Chinese struggles to provide medical care », HowStuffWorks (consulté le 2 mars 2009)
  5. (en) « Replacing Opium in Kokang and Wa Special Regions, Shan State, Myanmar », UNODC,‎ 2003 (consulté le 2 mars 2009), p. 6
  6. (en) « Community-run rehab centers in the north », sur Shan Herald Agency for News (S.H.A.N.) (consulté le 4 mars 2009)
  7. (en) « HIV/AIDS education and training in Yunnan, China and the Shan State, Burma - By The [[Sangha]] Metta Project, November 2000 », buddhanet.net (consulté le 4 mars 2009)
  8. (en) « Lt-Gen Aung Htwe inspects harvesting, cultivation tasks in Namhkham », New Light of Myanmar,‎ 12 juin 2004 (lire en ligne)
  9. (en) « Shweli Hydel Power Project », Ministry of Foreign Affairs,‎ September 1, 2003 (consulté le 3 mars 2009)
  10. (en) « Myanmar to implement some six hydropower projects », People's Daily online,‎ 21 avril 2007 (lire en ligne)