Namané

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Namané est une localité de l'ouest de la Côte d'Ivoire et appartenant au département d'Issia, dans la Région du Haut-Sassandra. La localité de Namané est un chef-lieu de commune[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Décret n° 2005-314 du 6 octobre 2005 portant création de cinq cent vingt (520) communes.

proposé par Daleba René, médecin, fils du village

Le village créé en 1962 est le regroupement de trois sites habités : guguha, laguha, Gbizraguhé,initialement situés en pleine forêt. Le premier chef du village intellectuel fut nommé en 1970 en la personne du gendarme à la rettraite AHISSEBA Guigui Jules,né en 1915, mort en 2008, alors qu'il était encore en fonction. À sa mort, des élections tenues en 2010 ont porté à la tête du village TEBILY Koré Pierre, 45 ans environ, qui est un cadre vivant à Abidjan, mais qui a des assises solides au village, maisons, plantations... Namané a été érigé en chef-lieu de sous-préfecture debut 2010. Cependant, le développement n'y est pas encore réellement amorcé. L'électrification reste encore un projet. Bien que les poteaux électriques aient été plantés, ils ne sont pas encore raccordés au réseau. C'est pourtant le chef-lieu d'une région qui avoisine les cinquante mille (50 000) habitants. Peuplé aujourd'hui de burkinabés, de baoulés, de sénoufos, de lobis, de béninois, de togolais, de maliens, le site voit les populations bétés d'origine mises en minorité numérique. L'exode des jeunes bétés vers Abidjan y est pour quelquechose, eux qui réchignent au travail de la terre, du type autrefois exercé par leurs pères à la daba et à la matchette, alors que leurs homologues étrangers n'y voient pas d'inconvénient, habitués étaient-ils aux sols rèches de la savane et du sahel. La région est riche, très riche même. Les terres sont particulièrement fertiles, les essences de bois précieux y poussent en grand nombre, les cours d'eau sont nombreux, il y a de l'or dans le sous-sol. Le paradis terrestre, apparemment, y est. La région a pourtant du mal à décoller ! Les obstacles sont nombreux qui ont pour dénominateur commun la pesanteur humaine. les activités socio culturelles sont animées par les jeunes autochtones et se résument aux sports, aux danses ... C'est le samedi 15 février 1902 au soir que Georges THOMANN,administrateur de Sassandra, a rencontré GOGOUA, le chef du canton LOBRE de l'époque. Le pays Lobré, peuplé des Lobouo a été abondamment décrit par cet explorateur qui s'avère être le premier blanc à avoir mis les pieds dans cette région. Malheureusement, et il est difficile de savoir pour quelle raison, cet administrateur n'est jamais cité dans les écrits qui parlent de la Côte d'Ivoire de l'époque coloniale! Il n'en demeure pas moins que son ouvrage, édité par la maison CEDA d'abidjan recèle des trésors de renseignements pour celui qui veut apprendre des choses vécues en temps réel à cette époque de l'histoire de la Côte d'Ivoire.