Naja melanoleuca

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Naja melanoleuca

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Naja melanoleuca

Classification selon ReptileDB
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Reptilia
Sous-classe Lepidosauria
Ordre Squamata
Sous-ordre Serpentes
Infra-ordre Alethinophidia
Famille Elapidae
Genre Naja

Nom binominal

Naja melanoleuca
Hallowell, 1857

Synonymes

  • Naja haje var. melanoleuca Hallowell, 1857
  • Aspidelaps bocagii Sauvage, 1884
  • Naja haje var. leucosticta Fischer, 1885
  • Naja melanoleuca subfulva Laurent, 1955
  • Naja melanoleuca aurata Stucki-Stirn, 1979

Naja melanoleuca, appelé en français cobra des forêts ou cobra noir et blanc [1] est une espèce de serpents de la famille des Elapidae[2].

Description[modifier | modifier le code]

Le cobra des forêts est le plus grand des cobras d’Afrique, et des cobras en général (du genre Naja). La longueur moyenne se situe entre 1,50 et 2,20 m ; les plus grands individus peuvent atteindre et dépasser 2,70 m. Les écailles dorsales sont lisses et très brillantes.

Distribution[modifier | modifier le code]

Cette espèce se rencontre au Sénégal, en Gambie, en Guinée-Bissau, en Guinée, au Sierra Leone, au Liberia, au Mali, au Burkina, en Côte d'Ivoire, au Ghana, au Togo, au Bénin, au Nigeria, au Niger, au Tchad, au Cameroun, au Gabon, à São Tomé, au Congo-Brazzaville, en Centrafrique, au Soudan, en Éthiopie, en Somalie, au Kenya, en Ouganda, en Tanzanie, au Congo-Kinshasa, en Angola, en Zambie, au Mozambique, au Malawi, au Zimbabwe et en Afrique du Sud[2].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Son nom scientifique Naja melanoleuca signifie « cobra noir et blanc » (melano – noir ; leuca – blanc ).

Publication originale[modifier | modifier le code]

  • Hallowell, 1857 : Notes of a collection of reptiles from the Gaboon country, West Africa, recently presented to the Academy of Natural Sciences of Philadelphia, by Dr Herny A. Ford. Proceedings of the Academy of Natural Sciences of Philadelphia, vol. 9, p. 48-72 (texte intégral).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :