NAF NAF

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Naf Naf)
Aller à : navigation, rechercher

NAF NAF est une marque de prêt-à-porter féminin fondée en 1973 à Paris par les frères Patrick et Gérard Pariente. Au départ, une simple boutique dans le Sentier portant le nom de « Naphtaline[1] ». C'est dans leur boutique Influence, ouverte en 1978, qu'ils sortirent la première collection griffée.

Cependant, NAF NAF rencontre le succès qu'en 1983[1], grâce à une invention qui consiste à tailler dans une toile de coton des combinaisons prêtes à teindre de toutes les couleurs, estampillées du fameux logo : un camion et le numéro de téléphone de l'entreprise. Trois millions d'articles furent vendus.

Depuis 1985, NAF NAF se diversifie avec des accessoires (lunettes, sacs, etc.).

Historique[modifier | modifier le code]

  • 1986 : NAF NAF s'ouvre au Japon avec la collection By NAFNAF, c'est également l'année où Stéphanie de Monaco apparaît dans la presse avec une chemise rayée de la marque.
  • 1987 : NAF NAF, la doudoune.
  • 1988 : NAF NAF se diversifie encore avec des maillots de bain et de la lingerie.
  • 1989 : Lancement du NAFNAF Magazine distribué en boutiques et en partenariat avec ELLE.
  • 1991 : Lancement du premier parfum touche de NAFNAF en association avec L'Oréal.
  • 1992 : Ouverture de la centième boutique avenue des Ternes, à Paris. Elle s'étend également en Europe.
  • 1993 : NAF NAF entre en bourse au second marché[1].
  • 1995 : la marque achète Chevignon, et lance son nouveau parfum Graffiti. La marque ouvre deux magasins phares : 52 avenue des Champs Elysées et dans l'ancien Café Costes des Halles, rue Berger.
  • 1997 : NAF NAF s'étend très fortement dans les pays de l'Est, notamment en Russie.
  • 1998 : pour ses 25 ans, la marque redéfinit sa cible, change de logo et crée un service client.
  • 2003 : pour ses 30 ans, Elle retrace ses plus belles années et une campagne presse et affichage est lancée.
  • 2006 : La société est vendue par les frères Pariente au groupe Vivarte.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Catherine Örmen, Modes XIXe et XXe siècles, Éditions Hazan,‎ 2000, 575 p. (ISBN 2 85025 730 3), « 1960 - 2000 », p. 475

Lien externe[modifier | modifier le code]