Nadejda Tolokonnikova

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Nadejda Tolokonnikova

alt=Description de l'image Nadezhda Tolokonnikova (2012-02-04; Denis Bochkarev).jpg.
Naissance 7 novembre 1989 (25 ans)
Norilsk (kraï de Krasnoïarsk)
Nationalité Drapeau de Russie Russe
Pays de résidence Russie
Profession
Artiste, étudiante en philosophie
Activité principale
Formation
Conjoint
Piotr Verzilov
Descendants
1 fille, Gera[1]

Nadejda Andreyevna Tolokonnikova (en russe Надeжда Андрeевна Толокoнникова), née le 7 novembre 1989 à Norilsk dans le kraï de Krasnoïarsk, est une étudiante en philosophie, artiste et activiste politique russe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Étudiante en philosophie à l'université d'État de Moscou, elle réalise de nombreuses performances artistiques parfois engagées politiquement avec son mari Piotr Verzilov et avec le groupe de Punk rock féministe russe Pussy Riot[2]. En 2008, elle fait scandale pour avoir réalisé une performance dans un musée moscovite en organisant des relations sexuelles à plusieurs afin de protester contre l'élection de Dmitri Medvedev[3].

En mars 2012, elle est placée en détention provisoire pour « hooliganisme »[4] à la suite d'une « prière punk » dans la cathédrale du Christ-Sauveur de Moscou le 21 février 2012. Cette « prière punk », intitulée Marie mère de Dieu — chasse Poutine ![5], contient entre autres les paroles « Sainte Marie mère de Dieu, deviens féministe », « merde, merde, merde du Seigneur », « la Gay Pride est envoyée en Sibérie » et « chasse Poutine »[6]. Elle est finalement condamnée à deux ans de camp de travail[7].

Fin septembre 2013, Nadejda Tolokonnikova annonce le début d’une grève de la faim dans la colonie IK-14, en Mordovie, où elle purge sa peine. Certains médias russes publient sa lettre ouverte dénonçant les conditions de détention et de travail des femmes dans la colonie[8].

En novembre 2013, elle est envoyée par l'administration pénitentiaire dans un camp à Krasnoïarsk en Sibérie orientale, d'où elle est libérée le 23 décembre suivant en vertu d'une loi d'amnistie[9].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Mariée avec Piotr Verzilov, elle est mère d'une fille, née le 4 mars 2008[10] et prénommée Hera (également retranscrit Gera) en référence à la déesse Héra[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :