Névrose de destinée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La névrose de destinée est un terme proposé par Freud pour caractériser certaines formes d'existence marquées par la répétition de scénarios généralement malheureux. Il liait cette entité à des considérations sur "l'échec lié au succès" qui avait été décrite par Helene Deutsch[1]. Le sujet s'y sent soumis, comme s'il s'agissait d'une fatalité extérieure, alors que selon Freud cela témoigne de conflits inconscients que la psychanalyse devrait contribuer à résoudre. Au départ et bien que Freud pensait qu'elle ne relevait pas d'un conflit névrotique, il pensait donc et néanmoins qu'elle était analysable. C'est un terme qui est de moins en moins utilisé si ce n'est sous forme anecdotique à propos de quelqu'un à qui il arriverait tous les malheurs possibles dans sa destinée. Sur le plan psychanalytique, on évoque maintenant plutôt les problématiques "cas-limites" et leur spécificité, tant du point de vue théorique que du point de de la technique de la cure psychanalytique[2]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Documentation externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Helene Deutsch: Neurose and Character Types, 1930
  2. Jean Bergeret : La Dépression et les états-limites, Paris, Payot, 1975, rééd. 1992, (ISBN 2228885975).