Névrose d'échec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dialog, photographie de Rudolf Bonvie (1977).


La névrose d'échec, ou conduite d'échec, désigne un comportement de nature inconsciente face à une situation de compétition angoissante, qui conduit le sujet à une mise en faillite de ses propres désirs. Ces derniers peuvent avoir trait au contexte scolaire, professionnel, relationnel ou sentimental.
Dans la névrose d'échec, le sujet organise sa vie de façon à ne pas parvenir à ses fins, en surestimant les risques ou s'imposant des conditions surnuméraires. Ses conséquences peuvent conduire à une intolérance totale et systématique au succès, dans le cas même de projets normalement réalisables.

Description[modifier | modifier le code]

La névrose d'échec met en jeu une forte culpabilité de l'individu. Ses causes seraient à rechercher dans une contrainte psychique de type "effet Pygmalion" (inexistence d'approche ascendante et descendante au cours de l'acquisition des savoirs, comme évoqué en psychologie cognitive), ou encore plus particulièrement dans les circonstances d'un incident de santé physique lié à une grande négligence de soi, impliquant parfois une participation pathologique à type de morbidité. Elle peut enfin être la manifestation d'un trouble plus profond et primaire de la personnalité. La conduite d'échec est décrite comme une forme du masochisme dans lequel l'évitement d'une réussite est source immédiate de soulagement.

Les symptômes pouvant l'accompagner sont divers (non exhaustif) :

  • Dépression
  • Affections psychosomatiques
  • Conduite de renonciation pouvant survenir à la suite d'opportunités dont le patient perçoit les potentialités concrètes
  • Rêves itératifs (se répétant) ayant pour thème l'entrave ou l'échec à un examen (individu se préparant à une épreuve dans une conduite d'échec de forme mineure)

Ce concept n'a plus cours actuellement mais a été inventé par le psychanalyste français René Laforgue[1] et qui avait alors été largement diffusé parmi les analystes au moment de la sortie du livre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. * René Laforgue : Psychopathologie de l'échec, Guy Trédaniel, coll. « Les Œuvres du Dr René Laforgue », 1990, (ISBN 2857076037) 1re publication en 1941 : (OCLC 53503110)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :