Névet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Névet (homonymie).

Névet est le nom d'une famille illustre de Cornouaille. C'est aussi le nom d'un bois du Finistère situé entre Douarnenez et Locronan, sur le territoire des communes de Plogonnec et Locronan dans lequel coule le petit fleuve côtier Névet, qui porte donc le même nom.

Un nemeton devenu ermitage de saint Ronan[modifier | modifier le code]

C'est à l'origine un sanctuaire druidique : un nemeton, espace sacré des Celtes. Il accueillit Saint Ronan au VIe siècle, qui y installa son ermitage. Chaque matin, il faisait 5 km à jeun et pieds nus. Tous les 6 jours il parcourait les 12 km du Nemeton dans les mêmes conditions. À Locronan, ce rituel « fonctionne » encore : il s'agit du Pardon de la Troménie qui, tous les 6 ans (1995, 2001...), le 2e dimanche de Juillet, reprend les limites exactes du Nemeton christianisé, en marquant par douze stations où est proclamé l'évangile, les emplacements des douze mois lunaires du calendrier druidique.

Article détaillé : Locronan.

La seigneurie du Névet[modifier | modifier le code]

La famille de Névet serait l'une des plus anciennes de Cornouaille[1] et serait même issue d'un chef de clan écossais[2] qui serait venu s'établir en Bretagne au VIIIe siècle. Si l'on en croit Jean de Névet, dans son aveu à l'évêque de Quimper de 1644, la famille serait même antérieure à l'arrivée du christianisme en Bretagne[3] et ce serait les seigneurs de Névet qui auraient accueilli sur leurs terres saint Ronan, saint Corentin et saint Guénolé.

Les seigneurs du Névet[3], qui étaient aussi initialement seigneurs de Kerdaoulas dans la trève de Saint-Urbain[4], construisirent leur château au XIIIe siècle sur une terre qu'ils tenaient de l'évêque de Quimper, mais en raison des conflits de juridiction liés à cette dépendance (un procès qui dura 27 ans les opposa à l'évêque de Quimper entre 1350 et 1377[3]), ils démontèrent leur château et en utilisèrent les pierres pour construire un autre château, « à deux portées de mousquet plus loin», celui de Lézargant, en Kerlaz. Désormais, seules les fondations de l'ancien château sont encore visibles dans le bois du Névet.

La chapelle de Saint-Pierre Coat-Névet en Plogonnec fut à l'origine la chapelle seigneuriale des sires de Névet[5].

Actifs durant la guerre de Succession de Bretagne, les Névet sont hésitants entre les partis de Charles de Blois et de Jean de Montfort, mais servirent ensuite loyalement le duc de Bretagne après le pardon ducal de 1364 et des responsabilités leur sont confiées comme la capitainerie de Quimper.

Vers 1597, le domaine de Névet est pillé par Guy Eder de La Fontenelle, brigand ligueur comme le raconte Sourdéac : « La Fontenelle fit main basse sur quantité de villages des domaines de Névet, en fit couper et emporter tous les arbres, (...), s'empara du château de Lézargant, dispersant tous les titres et garants, pillant la ville de Pouldavid, dépendant de ce fief, en exila les habitants, la démolit entièrement jusqu'aux halles, moulins, prisons et patibulaires et se servit des pierres pour construire et fortifier les bâtiments de son île »[6].

Les seigneurs de Névet se mirent ensuite au service des rois de France, conservant la capitainerie de Quimper au XVIe siècle et obtenant celle de Douarnenez pendant les guerres de la Ligue au XVIIe siècle[7].

Un aveu de 1778 ditque la famille de Névet (qui semble-t-il avait un droit de haute justice, de moyenne justice et de basse justice) possédait un auditoire de justice et des fourches patibulaires à quatre piliers à Kernevet (entre Plogonnec et Quimper)[8]. Leur fief très vaste s'étendait sur 70 paroisses au XVIIIe siècle[1].

Lors de la Révolution française, Lézargant, le dernier château des Névet, tombait déjà en ruines. Guillaume Louis de Leissègues-Rosaven l'acheta en l'an VII, acheva de le démanteler et en vendit les matériaux. Trois chariots emplis d'archives en provenance de l'ancienne demeure seigneuriale furent brûlées sur la place de Locronan pendant la Terreur. La tombe de marbre noir des marquis de Névet, élevée dans le chœur de l'église fut détruite et les armes martelées[9].

Liste des seigneurs de Névet[modifier | modifier le code]

La liste des seigneurs de Névet[10] est connue :

  • 1. Hervé Ier de Névet (<1270- >1309) seigneur de Nevet. Attesté en 1270, il épouse en 1309 Béatrice de La Roche-Bernard.
  • 2. Hervé II de Névet (<1338- >1343), seigneur de Nevet. Épouse d'abord en 1338 Perronelle de Rostrenen puis Bertrande Briquellec (1341-1343).
  • 3. Hervé III de Névet (<1343-1371), seigneur de Nevet. Il épouse Théophania de Kaër. Son frère, Jean de Névet est tuteur d'Hervé IV de Névet.
  • 4. Hervé IV de Névet (1371- ?), seigneur de Nevet. Il épouse Jehanne de Pont-l'Abbé.
  • 5. Hervé V de Névet (?- 1424), seigneur de Nevet. Il épouse Jehanne du Juc'h, +1424.
  • 6. Hervé VI de Névet (1424-1444), seigneur de Nevet. Il épouse en 1428 Jehanne de Lespervez, veuve de Guillaume de Rosmadec, seigneur de Tyvarlen, Pont-Croix et autre lieux. C'est lui qui détruisit son chateau de Coat Nevet en Plogonnec pour le reconstruire à Lezargant en Kerlaz, trève de Plonévez-Porzay.
  • 7. Jean Ier de Névet (1444-1462), seigneur de Nevet. Il meurt sans postérité. Son frère Henri lui succède.
  • 8. Henri Ier de Névet (1462- >1480), seigneur de Nevet. C'est le frère de Jean Ier de Nevet. il épouse en 1452 Isabelle de Kerhoent, ce mariage est annulé en cours de Rome par le pape Eugène IV. Il épouse ensuite en 1454 : Jeanne du Chastel, répudiée rapidement et réépouse en 1454 sa première femme Isabelle de Kerhoent.
  • 9. Jean II de Névet (>1480-1493), seigneur de Nevet. Il meurt sans postérité. Son frère Hervé lui succède.
  • 10. Hervé VII de Névet (1493-1494), seigneur de Nevet. C'est le frère de Jean II de Nevet. Il épouse Jeanne Labbé de la Rouxelière.
  • 11. Jacques Ier de Névet (1494-1555), seigneur puis baron de Nevet. Il épouse Claudine de Guengat. Premier baron de Nevet, et de religion réformée.
  • 12. René de Névet (1555-1585), baron de Nevet. Il meurt sans descendance masculine en 1585. Son frère Claude lui succède.
  • 13. Claude Ier de Névet (1585-1597), baron de Nevet. C'est le frère de René Ier de Nevet. Il épouse Elisabeth d'Acigné. Il reconstruit la chapelle de Saint Pierre à Coat-Nevet en Plogonnec.
  • 14. Jacques II de Nevet (1597-1616), baron de Nevet, « seigneur de Névet, de Lézargan, de Pouldavid, de Kerdaoulas, gouverneur du Faou, chevalier de l'Ordre de Saint-Michel ». De religion protestante, il est nommé gouverneur de l'île Tristan par Henri IV[11]. Il épouse en 1610 Françoise de Tréal, Dame de Beaubois en Bourseul, diocèse de Saint-Malo. Il est assassiné le jour de la Saint-Simon et Saint-Jude 1616 () à Rennes à la sortie des États de Bretagne par son cousin Thomas de Guémadeuc, gouverneur de Fougères[12].
  • 15. Jean III de Névet (1616-1647), baron de Nevet. Il épouse en octobre 1629 Bonaventure de Liscoët. Auteur de l'aveu du .
  • 16. François Ier de Névet (1647-1647), baron de Nevet. Il meurt à l'âge de dix-sept ans sans descendance. Son frère René lui succède.
  • 17. René II de Névet (1647-1676), baron puis marquis de Nevet. C'est le frère de François Ier de Nevet. Il épouse Anne de Guyon de Matignon. (voir la généalogie des princes de Monaco).
  • 18. Henry-Anne Ier de Névet (1676-1699), marquis de Nevet. Il meurt sans postérité en 1699. Son oncle Malo, frère de René II lui succède.
  • 19. Malo Ier de Névet (1699-1721), marquis de Nevet. C'est le frère de René II de Nevet, et l'oncle de Henry-Anne de Nevet. Il épouse Marie-Corentine de Gouzillon. Il fut longtemps ermite à la Motte/ ar Vouden en Plogonnec. Malo de Névet fut le dernier marquis issu de la branche directe des Névet. Le titre passa à la famille de Breil de Pontbriand dont la dernière descendante mourut en février 1866 à Orgères, près de Rennes.

Les "de Névet" avaient pour blason "D'or au léopard morné de gueules", et pour devise "Perak ?" (Pourquoi ?). On trouve cet écu dans l'église paroissialle de Plogonnec placé au sommet du vitrail du Jugement dernier. Il constitue aussi le thème de la fasce du nouveau blason communal de Plogonnec.

Le Bois du Névet, espace naturel[modifier | modifier le code]

Le Bois du Névet est de nos jours une propriété du Conseil général du Finistère acquise au titre des espaces naturels sensibles et aménageé pour le tourisme vert[13]. Un chemin de randonnée circulaire de 12 km fait le tour du site[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Gérard Le Moigne, "La seigneurie de Névet", Bulletin de la Société archéologique du Finistère, tome CXXVIII, année 1999
  2. Paul du Breil de Pontbriand, "Histoire généalogique de la maison Du Breil..;", 1889, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55649718/f254.image.r=Lezargant.langFR
  3. a, b et c http://ns203268.ovh.net/yeurch/histoirebretonne/famille/de_Nevet/index.htm
  4. Jusqu'au mariage en 1455 de Jeanne de Névet avec Alain Buzic, consultable http://fr.topic-topos.com/manoir-de-kerdaoulas-saint-urbain
  5. http://www.mairie-plogonnec.fr/histoire-des-chapelles.htm
  6. J. Baudry, "La Fontenelle le ligueur et le brigandage en Basse-Bretagne pendant la Ligue : 1574-1602", L. Durance, Nantes, 1920, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5038234/f326.image.r=Rusquec.langFR
  7. Élicio Colin, "Le château de Névet en 1748", Bulletin de la Société archéologique du Finistère", tome LXXV, année 1949
  8. http://www.infobretagne.com/plogonnec.htm
  9. http://ns203268.ovh.net/yeurch/histoirebretonne/famille/de_Nevet/Nevet.htm
  10. synthèse d'après l'ouvrage de l'abbé Germain Horellou, Kerlaz, son histoire, ses légendes, ses familles nobles, Brest, 1920 et le chanoine Paul Peyron, "Les derniers seigneurs de Névet, 1602-1721", Bulletin diocésain d'histoire et d'archéologie, 1919, consultable http://catholique-quimper.cef.fr/opac/doc_num.php?explnum_id=40
  11. Henri Bourde de La Rogerie, Le prieuré de Saint-Tutuarn ou de l'Île Tristan, "Bulletin de la Société archéologique du Finistère", 1905, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207673q/f277.image
  12. Paul du Breil de Pontbriand, "Histoire généalogique de la maison Du Breil..;", 1889, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55649718/f231.image.r=Lezargant.langFR
  13. http://www.cg29.fr/Le-Conseil-general-et-vous/Environnement/Le-patrimoine-naturel-et-paysager/Espaces-naturels-sensibles/Le-Bois-du-Nevet
  14. http://www.balado.fr/loisirs-balades/29180-plogonnec/en-for%C3%AAt/67335-bois-du-n%C3%A9vet