Néottie nid d'oiseau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Neottia nidus-avis

La Néottie nid d'oiseau (Neottia nidus-avis) est une plante herbacée vivace de la famille des Orchidaceae. C'est un géophyte à rhizomes, dépourvu de chlorophylle.

Description[modifier | modifier le code]

Sa taille peut varier de 15 à 40 cm. Elle est de couleur brun jaunâtre et ses fleurs, roussâtres, sont disposées en épi. Les feuilles sont brunes et transformées en écailles engainantes le long de la tige. La tige desséchée avec les capsules vides persiste d'une année à l'autre. Sur l'appareil végétatif, en partie souterrain, la disposition et l'enchevêtrement des rhizomes et racines font penser aux brindilles d'un nid d'oiseau. La comparaison est attribuée au médecin et botaniste Jacques Daléchamps en 1586.

Biologie[modifier | modifier le code]

Floraison[modifier | modifier le code]

La floraison s'étale de mai à juillet. Elle peut se faire sous terre. La pollinisation est assurée par les insectes, en particulier des coléoptères et des thysanoures. L'autofécondation peut avoir lieu à défaut de visite d'insecte: les pollinies enflent, puis s'effritent et le pollen se dépose sur le stigmate[1].

Nutrition: mycohétérotrophie[modifier | modifier le code]

Neottia nidus-avis

La Néottie nid d'oiseau est souvent considérée à tort comme un parasite car elle est dépourvue de chlorophylle et donc incapable de réaliser la photosynthèse. Comme la plupart des orchidées, la Néottie a développé des caractéristiques la rendant extrêmement économe en ressources: les besoins en eau et en azote sont nettement réduits par rapport aux plantes vertes, la chlorophylle, en permettant la photosynthèse, étant grande consommatrice. La Néottie s'associe à un champignon qui vit en symbiose avec les racines d'un feuillu. Des métabolites (sucres, acides aminés, ...) de l'arbre lui sont transmis par le champignon (l'association racine-champignon est une mycorhize). Toutefois le déséquilibre entre les partenaires penche en faveur de la plante au détriment du champignon[2].

Neottia, Limodorum, Corallorhiza et Epipogium seraient les seuls genres d'orchidées saprophytes des pays tempérés. On ne peut cependant pas les considérer comme des saprophytes au sens strict, mais plutôt comme mycohétérotrophes car c'est le champignon qui fournit les matières organiques qui nourrit ces orchidées[3].

Les racines sont colonisées par les hyphes de champignons, mais contrairement aux autres Orchidaceae, il s’agit de champignons ectomycorhiziens, de la famille des Sebacinaceae, habituellement associés aux arbres. Les matières organiques (sucres…) utilisées par la néottie proviennent de ces champignons. Elles ont été produites par l’arbre auquel ces champignons sont inféodés[4].

« Il y a un volé (l'arbre), un voleur (le champignon) et un receleur (l'orchidée) ». Cependant le premier et le dernier reçoivent l'eau et les ions minéraux du champignon. La Néottie est dite hétérotrophe[5],[6].

« En forêt de Fontainebleau, Noël Bernard découvrit en 1899 le rôle déterminant joué lors de la germination des graines par des filaments mycéliens présents à l'intérieur des racines de Neottia. Plus tard, on observa que ce phénomène était général chez toutes les orchidées, dont les graines minuscules ne peuvent germer que si elles sont aidées dans cette tâche par les filaments du champignon qui leur servent de pseudo-racines et aspirent dans le sol les éléments nutritifs dont elles ont besoin. Un équilibre s'instaure alors entre le champignon et la racine de la plante herbacée; équilibre toujours fragile. C'est en sécrétant des substances chimiques particulières: l'orchinol et l'hircynol, que les racines tubérisées des plantes adultes maintiennent le champignon à leur périphérie et lui interdisent de pénétrer trop en avant dans leur tissu. »[7].

Biotopes[modifier | modifier le code]

Neottia nidus-avis (Néottie nid d'oiseau) - France
Neottia nidus-avis (Néottie nid d'oiseau)

C'est une espèce d'ombre. Elle est mésophile et apprécie des sols riches au pH basique à neutre. Ses biotopes préférés sont les hêtraies, chênaies ou pineraies.

En phytosociologie, elle est typique dans les peuplements forestiers de type Carpino-Fagenelia ou Cephalanthera-Fagion.

Répartition[modifier | modifier le code]

On la retrouve à l'étage collinéen et montagnard (jusqu'à 1 500 m d'altitude) sur le contient eurasiatique.

C'est une espèce commune à assez rare dans presque toute la France[8]. Elle est considérée comme totalement absente des départements du Morbihan, de la Loire-Atlantique, du Pas-de-Calais et de Paris-même. Sa présence en Finistère est incertaine[9]. Elle est présente en Suisse, en Belgique et au Luxembourg.

Protection[modifier | modifier le code]

En France, elle est protégée en Bretagne et en Limousin[10].

Elle est protégée en Belgique et en Algérie.

Vulnérabilité[modifier | modifier le code]

L'espèce est classée "LC" : Préoccupation mineure[11]

Synonymes[modifier | modifier le code]

  • Ophrys nidus-avis L. (1753) - Basionyme
  • Epipactis nidus-avis (L.) Crantz (1769)
  • Listera nidus-avis (L.) Curtis (1778)
  • Helleborine nidus-avis (L.) F.W. Schmidt (1793)
  • Helleborine succulenta F.W.Schmidt (1793)
  • Malaxis nidus-avis (L.) Bernh. (1800)
  • Serapias nidus-avis (L.) Steud. (1821)
  • Neottidium nidus-avis (L.) Schltdl. (1823)
  • Distomaea nidus-avis (L.) Spenn. (1825)
  • Neottia abortiva Gray (1821)
  • Neottia macrostelis Peterm. (1844)
  • Neottia squamosa Dulac (1867)
  • Neottia orobanchoidea St.-Lag. (1880)

Étymologie[modifier | modifier le code]

  • Le nom générique, « Neottia » vient du grec et signifie « nid »
  • Le nom spécifique, « nidus-avis », signifie « nid d'oiseau » en latin. En effet, la disposition et l'enchevêtrement des rhizomes et racines font penser aux brindilles d'un nid.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les orchidées sauvages de Suisse et d'Europe. Jacobus Landwehr, Piantanida, 1983.
  2. Jean-Marie Pelt & Franck Steffan, Cessons de tuer la terre pour nourrir l'homme ! Pour en finir avec les pesticides, Fayard, 2012; p.134.
  3. Le courrier de la Nature, n° 189, Spécial Orchidées, Orchidées et champignons par Hubert Lagrange, janvier 2001.
  4. Bulletin de la Société Française d'Orchidophilie du Languedoc, n° 5, janvier 2008.
  5. Bernard Boullard, Guerre et paix dans le règne végétal, Ellipses, 1990.
  6. Le génie des végétaux. Des conquérants fragiles, Marcel Bournérias et Christian Bock, Belin 2006.
  7. Jean-Marie Pelt, La vie sociale des plantes, 2e édition, 1984.
  8. Jean-Claude Rameau, Dominique Mansion et Gérard Dumé, Flore forestière française : guide écologique illustré, t. 2 : Montagnes, Paris, Institut pour le développement forestier,‎ juillet 1993, 2434 p. (ISBN 2 904740 41 4)
  9. Référence Tela Botanica (France métro) : Neottia nidus-avis (fr)
  10. Une Répartition des Orchidées Sauvages de France, P. Jacquet, SFO, 1995.
  11. La Liste rouge des espèces menacées en France. Orchidées de France métropolitaine. MNHN, Dossier de presse - 6 octobre 2009.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :