Néo-fonctionnalisme (relations internationales)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le néo-fonctionnalisme est une théorie des relations internationales développée pour décrire les processus d'intégration régionale. Des auteurs tels que Ernst B. Haas (en), Leon Lindberg, Stuart Scheingold ou Alec Stone Sweet participent de ce courant.

Fonctionnalisme et néo-fonctionnalisme[modifier | modifier le code]

Les critiques ont accusé la théorie fonctionnaliste d'être trop déterministe et d'ignorer le politique, étant ainsi excessivement technocratique. Tous les problèmes sont en effet considérés par celle-ci comme des problèmes techniques, qu'il s'agisse de l'éducation, du bien-être social, de la santé. Représenté par Ernst B. Haas (en) (The Uniting of Europe, 1958, et The Rule of Law in European Integration and Beyond the Nation State [1]), Leon Lindberg ou Stuart Scheingold (The Political Dynamics of European Economic Integration), le néo-fonctionnalisme reprendra les idées fonctionnalistes en les modernisant et en intégrant l'élément politique dans la théorie. La plupart des néo-fonctionnalistes s'opposeront au fonctionnalisme, mais une minorité tentera d'améliorer son cadre de réflexion[2]. De plus, le néo-fonctionnalisme adoptera une approche top-down (du haut vers le bas) qui insiste sur le rôle des élites dans la mise en place de processus de coopération.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Voir Ruggie, John Gerard, Peter J. Katzenstein, Robert O. Keohane, Philippe C. Schmitter (2005), "Transformations IN World Politics: The Intellectual Contributions of Ernst B. Haas", in Annual Review of Political Science, vol. 8, p. 271–296, doi 10.1146/annurev.polisci.8.082103.104843
  2. Sabine Saurugger, Théories et concepts de l'intégration européenne, Presses de Sciences Po, 2009, chapitre II « Néofonctionnalisme »