Nécrophilie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Nécrophile)
Aller à : navigation, rechercher

La nécrophilie (également nommée thanatophilie ou nécrolagnie) est une attirance sexuelle pour les cadavres. Elle est classifiée en tant que paraphilie dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-IV). Le terme est dérivé du mot grec : νεκρός (nekros ; « mort ») et φιλία (philie ; « amour »). Le terme semblerait être illustré pour la première fois de l'œuvre de Krafft-Ebing (1886) intitulée Psychopathia Sexualis[1].

Le terme nécrophilie est parfois employé par extension aux perversions sexuelles sur personnes inconscientes, endormies, droguées ou feignant d'être mortes[2],[3][réf. insuffisante].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les cas de nécrophilie restent flous à travers l'histoire, bien que certains écrits aient affirmé l'existence de cette pratique depuis l'époque de l'Égypte antique. Hérodote écrit dans ses Histoires que, pour décourager toute pratique sur un cadavre, les Égyptiens, à l'époque des pharaons, embaumaient les belles femmes trois à quatre jours après leur mort[4],[5].

Société[modifier | modifier le code]

Perception morale[modifier | modifier le code]

Un acte sexuel avec un cadavre est généralement considéré comme socialement inacceptable. Le fait que la victime n'aurait pas consenti à l'acte de son vivant l'apparente au viol d'un individu décédé. Pratiquement toutes les sociétés humaines condamnent l'abus des morts comme une forme d'irrespect symbolique.

La nécrophilie est, notamment, la motivation de quelques tueurs en série comme Ed Gein ou Jeffrey Dahmer qui ont mangé leurs victimes après les avoir tuées (voir anthropophagie). Certains meurtriers ont déclaré avoir ressenti une excitation sexuelle pendant qu'ils tuaient, comme Karla Faye Tucker, qui a prétendu avoir eu un orgasme en tuant Jerry Lynn Dean à la hache.

Dans de très rares cas, cependant, les actes de nécrophilie peuvent être consentis : par exemple, dans le cas d'Armin Meiwes en 2001, la victime, Bernd Jürgen Armando Brandes, avait donné son consentement à la mutilation et à la mort qui lui furent infligées[6]. Un film, basé sur cette histoire, intitulé Butterfly: A Grimm love Story, a été diffusé en Allemagne le 9 mars 2006[6].

Plus récemment, en Russie, Anatoly Moskvine, chercheur et scientifique spécialiste des cimetières (taphophile), auteur de nombreux ouvrages, fut interpellé en 2011. La police russe a retrouvé chez lui, à Nijni-Novgorod, les restes de vingt-neuf jeunes filles, décédées entre les âges de quatorze à vingt-cinq ans. Pour son cas, il n'y eut pas de meurtre, mais les corps des jeunes filles exhumées étaient décédées depuis de nombreuses années, souvent plusieurs décennies. Les corps étaient reconstitués avec des vêtements volés dans les cimetières, les têtes étaient recouvertes de masques de cires ou de têtes de jouets en peluche.

Statut juridique[modifier | modifier le code]

Les relations sexuelles avec une personne décédée sont interdites dans la plupart des pays (et socialement admises pratiquement nulle part). En France, l'article L225-17 du Code pénal punit de deux ans d'emprisonnement et de 30 000 euros d'amende toute atteinte à l'intégrité du cadavre, par quelque moyen que ce soit. Le Royaume-Uni a rendu la pénétration sexuelle d'un cadavre illégale par la loi dite Sexual Offenses Act 2003 et passible de deux ans de prison.

Aux États-Unis, la plupart des États proscrivent cette pratique. Jusqu'en 2004, la Californie possédait des lois contre la mutilation de cadavres et la profanation de tombes, mais rien de spécifique concernant l'acte sexuel avec un cadavre. Le 10 septembre 2004, le gouverneur Arnold Schwarzenegger signa un projet de loi rendant criminel de tels actes, avec une peine maximale de huit ans de prison.

Chez les animaux[modifier | modifier le code]

La nécrophilie est également connue chez les animaux avec un nombre d'observations confirmées[7]. Kees Moeliker, scientifique et biologiste hollandais, en a constaté l'existence lorsqu'il était assis à son bureau au Natuurmuseum Rotterdam (muséum d'histoire naturelle de Rotterdam), lorsqu'il a entendu le bruit sourd d'un oiseau qui s'était cogné contre la vitre. Après inspection, il découvre un canard colvert mort proche du bâtiment. À côté du canard décédé, un autre tournait autour. Tandis que Moeliker observe les deux oiseaux, le second canard pique le cadavre du premier canard avec son bec pendant quelques minutes et décide par la suite de copuler avec. L'acte de nécrophilie a duré pas moins de 75 minutes, minutes durant lesquelles, selon Moeliker, le second canard avait fait deux pauses de courte durée avant de conclure. Moeliker ajoute, qu'avant la collision avec la fenêtre, les deux canards étaient engagés dans un comportement de séduction[8],[9]. C'est le tout premier cas observé de nécrophilie chez les canards colverts.

Média[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Les relations entre l'amour et la mort sont fréquemment utilisées comme expressions artistiques, notamment chez les romantiques. La tragédie Roméo et Juliette de Shakespeare se termine avec les deux jeunes amants unis dans la mort. Edgar Allan Poe a décrit la mort d'une jolie jeune femme comme l'une des plus belles images qui soit (il n'approuvait pas la mort de cette jeune femme, mais pour lui, la mélancolie et la souffrance étaient des sources de beauté). Baudelaire compare son amante Jeanne Duval à un cadavre en putréfaction dans son poème Une charogne. Dans le Frankenstein ou le Prométhée moderne de Mary Shelley, la créature est confectionnée à partir de morceaux de cadavres.

Georges Bataille, écrivain dont l'œuvre s'attachait essentiellement à explorer l'érotisme et la transgression sous toutes ses formes, relate dans un récit autobiographique, Le Bleu du ciel, les frustrations d'un jeune homme que seules sont capables d'exciter les femmes mortes, et les mises en scène macabres de sa compagne (qui resteront infructueuses) désespérant d'exciter son amant malade. Le héros de ce roman à la première personne est totalement impuissant devant une femme vivante, seul un corps mort l'excite : même feignant d'être un cadavre, jouant le corps assassiné depuis plusieurs jours, s'aspergeant elle-même d'odeurs putrides, elle ne parvient pas à exciter l'amant qui ne réagit que devant la réalité du cadavre en putréfaction.

Une référence plus récente en matière littéraire sur le sujet est le roman Le Nécrophile, de Gabrielle Wittkop, paru en 1972, où l'auteur décrit de façon minutieuse et réaliste l'univers du nécrophile, ses sentiments, et relate de nombreux détails sur ses méthodes, ses habitudes, ses sensations.

En 1996, Poppy Z. Brite publie Le Corps Exquis qui décrit la relation amoureuse de deux tueurs en série, le roman aborde largement les thèmes de la nécrophile et du cannibalisme.

Le héros du roman Un enfant de Dieu de Cormac McCarthy a des relations sexuelles avec les cadavres de ses victimes qu'il conserve à cette fin.

Musique[modifier | modifier le code]

De nombreux artistes se sont penchés sur la connexion romantique entre la mort et l'amour. Dans les années 1970, le chanteur de heavy metal Alice Cooper a enregistré quelques chansons à propos de la nécrophilie (I Love the Dead, Cold Ethyl), de même que le chanteur français Jean Guidoni en 1980 (Chanson pour le Cadavre Exquis : « je ne viole personne, je ne pollue qu'une ombre »). Ainsi que le groupe Odeur, dans la chanson Astrid, sur l'album no sex, en 1980. En 1985, Le groupe de Thrash Metal Californien Slayer publie Necrophiliac sur l'album Hell Awaits[10]. En 1993, le vidéo-clip de la chanson Last Dance with Mary-Jane de Tom Petty montrait le chanteur simulant diverses poses romantiques avec une femme morte (jouée par Kim Basinger).

Dans la chanson Where the wild roses grow, Nick Cave et Kylie Minogue chantent en duo l'histoire du meurtre d'une jeune femme motivé par le fait que « toute beauté doit mourir ». Au début des années 2000, le groupe finlandais HIM a connu le succès en Europe avec le titre Join Me in Death. En règle générale, ce thème est régulièrement abordé par les groupes de musique gothique, de death metal, de grindcore et autres sous-genres[réf. nécessaire]. Par exemple, le chanteur du groupe Murderdolls, Wednesday 13, a, dans son premier album solo, écrit et interprété une chanson appelée I Want You... Dead. Ce titre est à prendre dans le sens nécrophile[réf. nécessaire]. Le morceau Night shift de Siouxsie and the Banshees raconte l'histoire d'un nécrophile dont la passion est de violer des femmes mortes dans des cimetières, comme le sergent Bertrand. On peut également noter la chanson au titre très équivoque du groupe Éros Nécropsique, Le nécrophile, dans laquelle est racontée la relation sexuelle d'un vivant avec une femme morte, une « charogne ».

Le groupe Tom Petty And The Heartbreakers aborde ce thème dans la chanson Mary Jane's Last Dance qui est d'ailleurs visibles dans le clip. Le groupe de métal parodique français Ultra Vomit aborde le thème dans son morceau Je ne t'ai jamais autant aimé.

Le groupe de métal allemand Rammstein parle du crime de Armin Meiwes dans sa chanson Mein Teil (mon membre) extrait de l'album Reise, Reise (2005). Rammstein aborde également le thème de la nécrophile dans le chanson "Heirate mich"" (Épouse-moi) extrait de l'album Herzeleid (1994) : "Avec mes mains je creuse profondément / Pour trouver ce qui me manquait tant / Comme la lune dans sa plus belle robe / J'ai embrassé ta bouche froide / Je te prends tendrement dans mes bras/ Mais ta peau se déchire comme du papier / Et des morceaux tombent de toi / Une seconde fois, tu m'échappes"

Le groupe Odeur chante Astrid, sur le thème de la nécrophilie. Le groupe Avenged Sevenfold présente d'ailleurs dans le clip de A Little Piece of Heaven une scène nécrophile. Le groupe de Brutal Death Metal Cannibal Corpse est le plus intéressé par la question dans l'univers de la musique. Leurs pochettes d'album et beaucoup de leurs chansons mettent explicitement en scène des meurtres brutaux et de violents actes nécrophiles. Parmi leurs titres les plus célèbres dans le genre, on compte I Cum Blood et Necropedophile[réf. nécessaire].

Le rappeur français Orelsan fait aussi allusion à la nécrophilie dans sa chanson Jimmy Punchline.

Dans l'art lyrique, le compositeur Richard Strauss pousse à son paroxysme l'acte nécrophile sublimé de Salomé dans son opéra du même nom.

Le groupe de metal Slipknot a composé une chanson intitulée Iowa qui relate une relation sexuelle avec un cadavre.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Le cinéma a également traité de la nécrophilie. Dans la pièce de théâtre Francis Flebi chez Satanas (1996) celui-ci administre une fellation au cadavre de François Mitterrand, ce qui suscita une importante polémique après la récente mort de ce dernier.

Le très controversé film allemand Nekromantik offre une représentation graphique de nécrophilie sexuelle et le film canadien Kissed raconte l'histoire d'une femme qui travaille dans une morgue et qui se découvre une attirance érotique pour les corps dont elle s'occupe. En France, le film de Patrick Bouchitey Lune froide, sélectionné au festival de Cannes en 1991, raconte les errances et les amours nécrophiles de deux marginaux. Ce film fut à l'origine un court métrage tiré d'une nouvelle de Bukowski, qui reçut le César du meilleur court métrage de fiction en 1990.

En 1994 est produit par Nacho Cerdà un court métrage intitulé Aftermath, qualifié par beaucoup comme "le court métrage le plus choquant de l'histoire du cinéma". Inséré dans La Trilogie de la mort(2007), ce court métrage tourné et se déroulant dans une morgue représente un médecin violant le cadavre d'une jeune fille tout en l'éviscérant. Dans J'aimerais pas crever un dimanche sorti en 1998, le personnage interprété par Jean-Marc Barr ramène à la vie par accident le cadavre d'une femme en lui faisant l'amour. Dans les films danois et américain d'Ole Bordejnal Le veilleur de nuit, le gardien d'une morgue est accusé de nécrophilie (Ewan McGregor, Nick Nolte...)

Le japonais Takashi Miike aborda le sujet dans Visitor Q, sorti en 2001. En ce début de XXIe siècle, on peut aussi citer le réalisateur espagnol Pedro Almodóvar, qui traite de ce sujet dans Parle avec elle (Hable con ella) où un homme tombe amoureux d'une femme dans le coma. Un cas similaire se trouve dans Kill Bill, où un infirmier fait le commerce du corps de l'héroïne (Uma Thurman) alors que celle-ci se trouve dans le coma.

Dans Jeanne d'Arc, le scénariste a voulu mettre un peu plus de tragique avec le viol nécrophile de Catherine (sans preuve historique, la famille d'Arc s'étant réfugié à Neufchateau durant le pillage de Domrémy). L'héroïne des Noces funèbres de Tim Burton est morte au long du film. Dans le thriller Pathology, réalisé en 2007 par Marc Schoelermann, un groupe d'étudiants en médecine légale oublient tout respect et limites face aux cadavres, confondant ainsi sado-masochisme et relation au cadavre. Une autre évocation de la connexion émotionnelle entre l'amour et la mort existe lorsque l'amour survit après le décès d'une personne. Certaines « histoires de fantômes » utilisent ce thème de l'amour éternel et décrivent la manifestation de l'amour de personnes décédées pour un individu vivant, la plupart du temps sous forme de fantômes ou de poltergeists.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Krafft-Ebing, Richard von (1886). Psychopathia Sexualis. Traduction anglophone : ISBN 1-55970-425-X.
  2. Livre "La belle époque des femmes 1889-1914" de François Le Guennec et Nicolas-Henri Zmelty "C'est donc bien le caractère assoupi, cadavérique de la femme qui semble être un véritable critère de sélection. La belle au bois dormant, parce qu'elle est passive devient l'amante idéale de l'esthète nécrophile"
  3. La belle au bois dormant, oeuvre appréciée des plus jeunes, est un exemple de nécrophilie dans la littérature puisque le prince est attiré par la princesse endormie selon le livre "Figure du pire, logique d'un choix, éthique d'un pari" de Michel Bousseyroux datant de 1992
  4. Hérodote (c. 440 av. J-C). Histoires, Book II, 89
  5. (en) Brill Abraham A., Necrophilia, vol. 2,‎ 1941, 433–443 p.
  6. a et b « Un cannibale dans la tourmente.... »,‎ 11 janvier 2006 (consulté le 1er janvier 2012)
  7. (en) « Randy rock doves join party with the dead », sur The Guardian, Londres,‎ 14 mars 2005 (consulté le 17 juillet 2007)
  8. (en) C.W. Moeliker, The first case of homosexual necrophilia in the Anas platyrhynchos (Aves:Anatidae), vol. 8,‎ 2001, 243–247 p.
  9. (en) Donald MacLeod, « Necrophilia among ducks ruffles research feathers », sur Guardian Unlimited, Londres,‎ 8 mars 2005 (consulté le 17 juillet 2007)
  10. (en) « Slayer – Hell Awaits (1985) », sur Discogs (consulté le 1er janvier 2012)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Benjamin Ball, La folie érotique, Librairie J.-B. Baillière et fils, Paris, 1888, réédition : L'Harmattan, 2001 lire
  • Patrick Bergeron, Nécrophilie : un tombeau nommé désir, Éd. du Murmure, Neuilly-lès-Dijon, 2013

Articles connexes[modifier | modifier le code]