Néant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le néant est un concept d'absence absolue, ou de nullité absolue. Il est directement et indissociablement lié à la notion d'existence.

Étymologie[modifier | modifier le code]

L'origine du mot Néant n'est pas certifiée mais est attesté dès 1050. Il pourrait provenir du latin tardif ne gentem qui signifie « pas un être vivant », de gens.

Il pourrait aussi provenir d'un mot sino-oriental  涅槃 nehan qui signifie "extinction".

Différence entre le néant et le vide[modifier | modifier le code]

Il ne faut pas confondre néant et vide qui sont deux notions différentes. La seconde est relative à la notion d'espace (le vide s'inscrit dans un espace), elle-même incompatible avec la notion de néant (au sens de rien absolu).

Le néant n'est pas le vide et réciproquement.

Le vide est l'absence de matière dans un espace défini. Le néant étant l'absence d'existence, la conception même d'espace devient obsolète (ex. avec une pompe à vide, vous pouvez retirer la matière — y compris l'air — d'un bocal). Le vide décrira alors cette absence. Le néant étant à l'existence ce qu'est le vide à la matière, il faudrait que l'espace même que « contient » le bocal n'existe pas, il serait donc impossible au bocal d'exister.)

Modélisation dimensionnelle du néant[modifier | modifier le code]

Penser le néant repose sur une capacité d'abstraction certaine.[réf. nécessaire]

Le néant et l'être[modifier | modifier le code]

Analyse nihiliste et « négativité du néant »[modifier | modifier le code]

Le néant est si proche du rien qu'il affecte aisément les conceptions humaines d'être et de sens luttant ainsi contre toute pensée ordonnée. Cela étant certains philosophes[Qui ?] eurent recours à la problématique de la « négativité du néant » pour tenter d'appréhender, par la pensée, la notion de néant.

Le néant est ainsi mis en scène, il est pour une chose la négation des champs d’applications de cette chose dans le réel. Il s’agit d’un point de vue négationniste qui repousse chaque chose dans les retranchements du « presque-rien ». C’est-à-dire que la « négativité du néant » induit un mouvement, une évolution ou un devenir au sein du réel.

Selon Bergson le néant ne serait qu'un pseudo-concept sans essence ou une simple contre-possibilité de l'être affirmé. Cette prise de position conteste radicalement l'identité affirmée, par l'être humain, de toutes choses y compris lui-même et engendre ainsi un mouvement d'évolution amenant à un devenir. Par cette négation qui est opérée sur les champs d'applications dans le réel de toutes choses Bergson met en évidence, au sein de l'être la présence polymorphe de la mort ; au sein d'un discours l'hypothèse contraire ; au sein de l'action l'exigence de limitation. Ceci relativise toute chose directement d’après son fondement d’être et semble amener à la modélisation d’un double état des choses, à la fois existantes telles quelles et à la fois négations d’elles-mêmes, inexistantes ou étant en devenir d’existence.

Hegel suggère que la « négativité du néant » se manifeste de façons multiples relativement aux plans de la réalité où elle s'inscrit comme un mouvement d'évolution. Cette « néantification[réf. nécessaire] » stoppe toute évolution continue des identités, des certitudes et des engagements. L’œuvre de négation de Hegel ne repousse pas pour autant toutes choses dans un absolu vide, elle peut porter, au contraire jusqu'à un surcroît de vie, de sens ou de créativité par transformation. La perte radicale d'une chose ne pouvant survenir que par la suppression de la « négativité du néant » par elle-même.

Ce qui semble s'effacer par l'opération de « négativité du néant » se conserve par transformation et se redessine sous une autre forme, différente. La « négativité du néant » pousse les choses, elle défriche les sentiers du devenir et inaugure la voie du renouveau.

Le néant contenu dans cette opération de négativité reste relatif pour rester une force de négation sans s'évaporer dans l'absence d'existence, cette relativité est directement inhérente au fond de l’être qui ne peut être effacé, ce qui est là sous nos yeux est ardu à réfuter. En conclusion, le « néant de la négativité » n'est pas un néant radical d'impossibilité, en s'exerçant sur une chose il engendre une évolution qui amène la chose à son devenir qui, cependant, ne lui garantit nullement une protection contre un égarement décisif.

Ce « néant de la relativité » est un germe de non-être qui amène l'être à son devenir, c'est avec lui que la vie croît, que le discours s'enrichit et que l'action s'intensifie. La négativité ne néantifie[réf. nécessaire] que pour mieux recréer. Dans la toile dense du réel la « négativité du néant » instaure le procès de l’histoire dialectique.

En dépassant la négativité l’humain amène la notion de « travail du négatif » à parfois s‘égarer dans les dédales du nihilisme. Ce dernier est un mouvement de destruction mortelle contre toute expression du réel, rien ne réchappe à sa logique néantisante[réf. nécessaire] qui déstructure toute construction de notre planète.

Le nihilisme apparaît comme une volonté supérieure de néant pour l’homme qui s’affirme comme anéantissement devant la profusion et la richesse des choses. Des figures emblématiques de ce nihilisme furent évoquées au cours des temps notamment par Céline, Bakounine, Bataille, Gorgias et Netchaïev. Il est rassurant de savoir que même si, tel les Huns, l’herbe ne repousse jamais là où il passe, le nihilisme n’existe que par ce qu’il déstructure et anéantit révélant ainsi l’impossibilité d’existence d’un monde parfait.

De ce nihilisme décidé il est important de différencier le nihilisme du désespoir que Nietzsche a étudié et dont il a révélé le caractère perfide et décadent au cœur de la civilisation occidentale dépourvue de ses fondements théologiques. Tel est pour Nietzsche le nihilisme de la décadence et de la ruine des valeurs qui asphyxie l’énergie créatrice de l’humanité, tel est pour lui le pire des nihilismes, suicidaire qui laisse entr’apercevoir dans l’humanité le côté obscur du néant. Ce néant issu du désespoir collectif agit comme un vecteur eschatologique, communiquant aux choses un mouvement qui les amènent à leur fin sans volonté de devenir.

Analyse selon le « néant d'impossibilité »[modifier | modifier le code]

Le poème de Parménide texte précurseur d’une approche occidentale de la métaphysique, laisse entrevoir le « néant d’impossibilité», qui est une sorte de contre possibilité de l’être s’apparentant au rien dans son absolue négation de toute existence, sans niveau de non-être, sans appréhensions physiques réelles.

Ce néant se définit par une impossibilité, pour quiconque, de posséder quelques connaissances ou expériences sur lui (le néant d’impossibilité) car toutes études, pour qu'elle soit possible, devraient s’établir au cœur même du « néant d’impossibilité» qui inéluctablement les annihilerait.

« Le néant d’impossibilité » s’appréhende spirituellement comme un horizon composé des formes reconnues de néant, comme : le vide de l’atomiste, la matière indéterminée dans la philosophie antique, l’imperfection métaphysique de l’être selon Descartes, la limitation de l’être selon Heidegger et Jean-Paul Sartre ; sachant que la conception de ce néant s’établit toujours à partir de ce qui existe.

« Le néant d’impossibilité » s’opère ainsi au cœur de l’ontologie de l’être et non pas à partir de l’extérieur de l’être, ce néant est contingenté dans l’être. L’être n’est jamais, seul, dépourvu de ce néant qui le marque aussi bien dans l’échec que dans la solitude ou la mort.

Analyse néoplatonicienne ou le « néant de transcendance »[modifier | modifier le code]

Le « néant de transcendance » est une interprétation du néant fondée sur les intervalles humains d'existence, il s'établit sur les laps de temps ou l'humain est ou lorsqu'il existe.

Ce sont les néoplatoniciens grecs tels que Plotin, Proclos ou Damascius qui en développant leurs inspirations sur la théologie négative initiée en partie par les Mystiques Rhénans du XIVe siècle et Denys l'Aréopagite imaginèrent un « néant par excès » auquel ils attribuèrent la fonction de Principe absolu de l'être sur le modèle de la théorie de L'Un.

La théorie de L'Un ou L'Un-principe est définie comme le sans nom, l'inexprimable et l'indicible. L'Un-principe infirme tout énoncé qui prétend viser quelque objet de sa nature, il est cependant également l'impensée origine de tout.

Ce principe fondamental qu'est le néant de transcendance est cause de soi et principe de tout, il s'agit d'une énergie de création, il est l'origine de tout ce qui se retourne vers lui pour exister, il est le néant des philosophies de L'Un. Ce néant de transcendance ne peut pas s'appréhender par le langage et est irréductible à l'existant, il est une image divine ineffable. Stanislas Breton perçoit ce néant comme : Le néant divin incréé créateur, le néant virginal de l'âme intellectuelle.... Il s'agit, contrairement au néant d'impossibilité, horizon au-delà duquel rien n'existe, d'une origine temporelle, d'un mouvement d'énergie créatrice procédant au sein même des origines de l'être.

Quelques expressions françaises comportant le mot néant[modifier | modifier le code]

Attention, les significations fournies ici correspondent au sens commun, usuel par le néophyte, du mot néant. En aucun cas, ce paragraphe n'est une définition du mot néant ni même une définition du sens réel philosophique que comporte ces expressions.

  • Réduire quelque chose à néant : couramment utilisée pour signifier détruire totalement ;
  • Signes particuliers : néant. Couramment utilisée pour les cartes d'identités françaises afin de signifier que le titulaire n'a aucun signe particulier ; signes particuliers inexistants ;
  • Tenir quelque chose (ou quelqu'un) pour néant : considérer quelque chose (ou quelqu'un) comme rien ;
  • Tirer quelque chose du néant : couramment utilisée pour signifier créer.

Citations contenant le mot néant[modifier | modifier le code]

  • Que signifie la liberté, sinon le néant, quand elle n'est plus relative à autrui ? - Fatou Diome - Extrait de : Le ventre de l'Atlantique.
  • Il ne faut pas moins de capacité pour aller jusqu'au néant que jusqu'au tout. - Blaise Pascal - Extrait des : Pensées sur la religion.
  • Car enfin qu'est-ce que l'homme dans la nature ? Un néant à l'égard de l'infini, un tout à l'égard du néant, un milieu entre rien et tout. - Blaise Pascal - Extrait des : Pensées, Section II, paragraphe 72.
  • L'être ou le néant, voilà le problème. - Raymond Queneau - Extrait de : Zazie dans le métro.
  • Il faut regarder le néant en face pour savoir en triompher - Louis Aragon - Extrait de : Les poètes.
  • Une religion parle d'immortalité, mais entend par là quelque chose qui n'exclut pas le néant - Marcel Proust - Extrait de Sodome et Gomorrhe.
  • Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ? - Arthur Schopenhauer -
  • Le drame de l'homme se joue moins dans la certitude de son néant que dans son entêtement à ne point s'y résigner. - Roland Jaccard - Extrait de : La tentation nihiliste.
  • Le néant n'a point de centre et ses limites sont le néant. - Léonard de Vinci - Extrait des : Carnets.
  • Je suis comme un milieu entre Dieu et le néant. - René Descartes - Extrait de : Méditation quatrième.
  • L'assiette pleine cache une assiette vide, comme l'être cache le néant. - Raymond Queneau - Extrait de : Le chiendent.
  • On a toujours quelqu'un au-dessus de soi : par-delà Dieu même s'élève le Néant. - Émil Michel Cioran
  • Le Néant c'est un trou avec rien autour. - Raymond Devos

Mots de la langue française tirés du mot néant[modifier | modifier le code]

  • Le verbe anéantir qui signifie réduire à néant.
  • Le substantif fainéant qui vient de fait et de néant signifie paresseux, qui fait peu.
  • Le néologisme néantiser créé par Sartre pour représenter l'action de repousser dans le néant tout ce qui n'appartient pas à la conscience de son point de vue.

Littérature[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]