Mylène Freeman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mylène Freeman
Fonctions
Députée d'Argenteuil—Papineau—Mirabel à la Chambre des communes du Canada
30 mai 2011
Réélection Stouffville, Ontario
Législature 41e Parlement
Prédécesseur Mario Laframboise
Biographie
Date de naissance 7 mars 1989
Lieu de naissance Stouffville, Drapeau de l'Ontario Ontario,
Canada
Nationalité Drapeau du Canada Canadienne
Parti politique Nouveau Parti démocratique
Diplômé de Université McGill
Profession Étudiante chercheuse
Résidence Mirabel


Mylène Freeman est une femme politique canadienne. Lors de l'élection fédérale du 2 mai 2011, elle est élue députée à la Chambre des communes du Canada pour la circonscription Argenteuil—Papineau—Mirabel sous la bannière du Nouveau Parti démocratique, défaisant le bloquiste Mario Laframboise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est originaire de Stouffville, en Ontario, et réside à Mirabel. Détentrice d'un baccalauréat en science politique et philosophie de de l’Université McGill elle était étudiante chercheuse pour le Groupe de recherche sur les études constitutionnelles de l'université avant son élection. Aupparavant, elle avait été emplyé comme assistante de recherche en Philosophie politique.

Militante associative, elle a été coordonnatrice du programme « Femmes au Parlement », porté par McGill. Le programme visait à pousser les jeunes femmes à s'impliquer en politique canadienne[1].

Engagement politique[modifier | modifier le code]

Mylène Freeman rejoint le Nouveau Parti démocratique en 2007, et s'engage comme bénévole dans les campagnes électorales et les relations communautaires. Elle a été présidente de l’association NPD McGill, une organisatrice pour la région de Montréal pour les Jeunes néo-démodrates du Québec et la représentante jeunesse de l’association de circonscription d’Outremont.

À l'occasion des élections municipales de 2009, elle rejoint Projet Montréal et est candidate dans le district Claude-Ryan d'Outremont.

Elle se présente, au niveau fédéral cette fois, pour le NPD dans lors des élections de 2011. De son propre aveu, elle ne fait pas campagne et préfère aider le NPD à Montréal, la circonscription où elle se présente semblant imprenable - le NPD y avait terminé quatrième lors des précédentes élections. Suite à la « vague orange » elle obtient 44,24% des suffrages et bat le député bloquiste sortant de plus de 9000 voix. Première surprise de cette victoire, elle admet « un choc » face aux résultats mais assume rapidement son rôle[2].

Avec Charmaine Borg, Laurin Liu, Matthew Dubé et Jamie Nicholls, elle fait partie des cinq étudiants de l'université McGill élus pour le NPD lors des élections fédérales de 2011. Conséquemment, elle est un des plus jeunes élus de la Chambre des communes, le poste étant tenu par Pierre-Luc Dusseault, sixième élu étudiant du NPD[3].

Lors de son arrivée dans le caucus du NPD elle siège dans le comité permanent de la Condition féminine et dans le comité permanent Citoyenneté et Immigration. Très engagé sur les questions environnementales, elle quitte ces commissions pour rejoindre le comité permanent de l’Environnement et du développement durable, où elle siège actuellement.

Elle est élue présidente du Caucus des femmes du NPD en mai 2013, Sadia Groguhé assurant la vice présidence [4]. le binôme est réélu l'année suivante[5]. Elle occupe par ailleurs la vice-présidence de l’Association canadienne des parlementaires pour la population et le développement.

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élection fédérale de 2011
Candidat Parti # de voix  % des voix
     Yvan Patry Conservateur 6 497 11,15 %
     Mario Laframboise Bloc québécois 16 880 28,96 %
     Daniel Fox Libéral 7 135 12,24 %
     (x)Mylène Freeman NPD 25 802 44,27 %
     Stephen Matthews Vert 1 506 2,58 %
     Christian-Simon Ferlatte Marxiste-léniniste 117 0,2 %
     Michel Daniel Guibord Indépendant 342 0,59 %
Total 58 279 100 %

Références[modifier | modifier le code]

  1. Pour le paragraphe voir sa biographie officielle.
  2. Josianne Haspeck, « Le choc de Mylène Freeman », article publié dans L'Éveil et La Concorde le 6 mai 2011.
  3. « Six étudiants sont élus au Parlement pour le NPD », sur le site Affaires universitaires, avril 2011.
  4. Communiqué de Mylène Freeman, mai 2013.
  5. Communiqué de Mylène Freeman, mai 2014.

Liens externes[modifier | modifier le code]