Mya arenaria

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le puissant siphon de Mya arenaria lui permet de se nourrir en restant enfoncé dans la vase, mais le trou ou le bouillonnement de vase qu'il produit permettent aux pêcheurs à pied de le repérer

Mya arenaria, la mye commune ou mye des sables, est une espèce de grand bivalve de la famille des Myidae.

Caractéristiques et mode de vie[modifier | modifier le code]

Mya arenaria
Mya arenaria
Mya arenaria ; la cuticule externe disparait rapidement après la mort du coquillage, laissant nettement apparaître les stries de croissance

Ce mollusque vit dans les sédiments en filtrant l'eau au moyen d'un siphon.
Comme de nombreux autres bivalves, dont les moules et huîtres, il peut se « désintoxiquer » en stockant une grande partie des métaux lourds qu'il a filtrés dans sa coquille (le plomb en particulier)[1]. Sa coquille est cependant fragile. Elle se délite assez rapidement, relarguant ensuite les toxiques qu'elle contenait.

On le trouve enfoncé dans le sable vaseux ou la vase jusqu'à 90 cm de profondeur. Il est abrité par une coquille de carbonate de calcium, relativement cassante (plus fragile que celles d'autres espèces lui ressemblant), d'où la dénomination anglophone de "soft-shells".

Cet animal peut accumuler de nombreux toxiques, ce qui en fait un biointégrateur intéressant pour le suivi de la pollution chronique de sédiments et évaluer la contamination du réseau trophique (sa coquille pouvant, même après sa mort, conserver la trace de certaines pollutions antérieures).
Il a été proposé d'utiliser son « temps d'enfouissement » comme indicateur de son degré d'intoxication, mais d'autres facteurs peuvent intervenir[2].

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

En Amérique du Nord, on appelle ces bivalves "steamers", "softshells", "longnecks" ou "Ipswich clams". En Bretagne, on l'appelle "kouilhou quezeg" ou "couillou kezec"

Aire de répartition[modifier | modifier le code]

Cette espèce vit dans les sédiments sableux des littoraux exposés aux marées, des côtes sud des États-Unis, jusqu'au Canada, et le long de certains littoraux européens, notamment la mer des Wadden.
On en trouve aussi au Royaume-Uni, par exemple dans les bancs de sable de Llanrhidian dans l'ouest du Pays de Galles.

Il s'agit probablement d'une des premières espèces marines transportées : disparue au Pléistocène, les Vikings ont rapporté la palourde avec eux de leurs voyages sur la côte est-américaine et l'ont réintroduite sur les côtes du Danemark vers 1245 (datation de coquilles fossiles)[3].

Menaces[modifier | modifier le code]

Comme tous les mollusques filtrants, il peut être victime du chalutage des fonds, des biocides utilisés dans les antifoolings ou des polluants accumulés dans la vase, dont métaux lourds, engrais et pesticides amenés par les fleuves ou les pluies. Les marées noires et pollutions pétrolières peuvent aussi l'affecter[4].

Alimentation[modifier | modifier le code]

Ce coquillage est fréquemment collecté par les pêcheurs à pied ou professionnels en Amérique du nord ; il est ensuite frit, cuit à l'eau, au beurre ou à la vapeur ou au four, après dégorgement dans de l'eau de mer propre.

Risque de toxicité alimentaire[modifier | modifier le code]

Les autorités nord américaines alertent régulièrement les consommateurs sur les risques liés à la consommation de mollusques filtreurs.
Cette espèce peut fortement bio-accumuler des métaux lourds et diverses toxines produites par les bactéries ou espèces de plancton dont elle se nourrit, notamment dans les estuaires, souvent eutrophisés, dystrophisés ou recueillant la pollution des bassins versants.
Elle est pour cette raison une source d'intoxications alimentaires pouvant induire des troubles digestifs (diarrhées, maux de ventre et vomissements), des urticaires, et plus exceptionnellement des paralysies par exemple lorsque la concentration de l'eau en Alexandrium tamarense ou Alexandrium ostenfeldii atteint 1 000 cellules par litre d'eau de mer, la chair du coquillage devient toxique pour l'homme, les mya seraient cependant 5 fois moins toxiques que les moules, dans le même environnement, selon une étude canadienne[5].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lead deposition in the shell of the bivalve, Mya arenaria: an indicator of dissolved lead in seawater, PITTS L. C. ; WALLACE G. T. ; Univ. Massachusetts/Boston, environmental sci. program, Boston MA 02125, États-Unis, in Estuarine, coastal and shelf science (Estuar. coast. shelf sci.), 1994, vol. 39, no1, pages 93 à 104 (ISSN 0272-7714) (Fiche INIST/CNRS
  2. Influence de variables physiques et biologiques sur le temps d'enfouissement de la mye commune (Mya arenaria), Pariseau, Julie - MSc Océanographie, UQAR (juin 2004), Dir.: G. Desrosiers, Codir. : B. Myrand et G. Cliche
  3. (en) Petersen K.S., Rasmussen K.L., Heinemeier J., Rud N, « Clams before Columbus ? », Nature, no 359,‎ 1992, p. 679
  4. La pollution marine par les Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques : effets physiologiques et immunologiques chez la mye, Mya arenaria. Frouin H., Pellerin J., Fournier M., Rouleau C., Pelletier E.
  5. Pêche et Océan Canada, "Qualité de l'environnement - Santé publique, médecine et organismes dangereux"