My Ladye Nevells Booke

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

My Ladye Nevells Booke est une compilation de pièces pour clavier, certaines parmi les plus connues, du compositeur anglais William Byrd, notamment Sellinger's Round et All in a Garden Green.

My Ladye Nevells Booke (f°13v) : début de The marche before the battell de William Byrd, calligraphié par John Baldwin (av. 1560–1615).

Manuscrit et histoire[modifier | modifier le code]

My Ladye Nevells Booke est composé de 42 pièces pour clavier de William Byrd, peut-être l'un des plus grands compositeurs anglais de l'époque. Bien que la musique ait été copiée par un collègue de Byrd à St George's Chapel de Windsor, et un des plus fameux copiste et calligraphe du temps, John Baldwin (avant 1560-28 août 1615) [1], les pièces ont sans doute été sélectionnées, organisées et même éditées et corrigées par Byrd lui-même.

Le manuscrit, l'un des plus beaux qui soit conservé de l'époque, se présente comme un lourd folio relié en maroquin rouge, illuminé par les armes de la famille Nevill sur la page de titre, avec les initiales "HN" [Henry Nevill] dans le coin inférieur gauche[2]. Il y a 192 folios, chacun composé de quatre ou six portées. Les notes étant figurées en forme de losanges[3]. À la fin, se trouve une table des matières.

L'origine du manuscrit reste obscure. Même l'identité exacte de la dédicataire n'est pas claire. Cette Lady Nevell a vraisemblablement été élève ou employeur de W. Byrd. Se sont succédé plusieurs prétendantes pour le titre, parmi la famille Nevill. Cependant, des recherches récentes semblent désigner Elizabeth Nevill, l'épouse de Sir Henry Nevill de (en) Billingbear, Berkshire (vers 1518-1593) : les armes sur la page de titre ont été maintenant identifiées. Sir Henry et sa famille n'étaient pas catholiques, mais l'association du fils d'Henry avec Robert Devereux, 2e comte d'Essex, est une preuve que la famille était favorable à la tolérance religieuse.

La date du manuscrit en revanche ne laisse aucun doute, puisque John Baldwin écrit :

« fini et mis fin le 11 septembre en l'année de notre Seigneur Dieu 1591 & dans les 33 ans du règne de notre souveraine Dame Elizabeth par la grâce de Dieu Reine d'Angleterre etc, par moi, Jo[hn] Baldwine de Windsore. Laus Deo[4]. »

Baldwin était un fervent admirateur de Byrd : à la fin de la quatrième Galliard il a noté: mr. W. birde. memorabilis homo. Il a d'ailleurs écrit un poème louant W. Byrd, « qui possède le plus de compétences et de connaissances et excelle parmi ce temps »[5].

Elizabeth Nevill devait avoir été étroitement associée à Byrd, que ce soit comme élève ou comme employeur. Cependant le recueil est probablement un cadeau qui lui est destiné. Elle a vécu principalement à Hambleden dans Buckinghamshire, où, non loin de là, Byrd et ses frères avaient une maison. Il a été présenté à la reine Elizabeth par Sir Henry Nevill, et a passé ensuite dans différentes mains jusqu'à ce qu'il soit remis en 1668 à un descendant inconnu des Nevill. Le manuscrit a été conservé par la famille Nevill jusqu'à la fin du dix-huitième siècle, puis il est passé dans les mains de plusieurs collectionneurs jusqu'à ce qu'il redevienne la possession de William Nevill, premier Marquis d'Abergavenny. En 2006, en lieu et place de l'impôt sur les successions, il est entré dans les collections nationales et est conservé maintenant à la British Library.

Les pièces[modifier | modifier le code]

À l'exception des trois pièces explicitement consacrées à Lady Nevell (nos 1, 2 et 26), les compositions n'ont pas été faites spécialement pour le manuscrit, ni pour la dédicataire. Elles sont en revanche représentatives du travail de Byrd des dix ou quinze années précédentes.

La dixième Pavan est dédiée au catholique John, Lord Petre, tandis que le sixième l'est à Kinborough Good, la fille du Dr. James Good. Le manuscrit ne contient aucune œuvre d'inspiration liturgique. Les morceaux pouvant peut-être refléter les goûts musicaux de Nevill Elizabeth. La musique de danse est essentiellement représentée par les dix magnifiques, mais quelque peu sombres, Pavans & galliards. Le manuscrit ne présente pas de morceaux plus animés, tels courantes et voltas que l'on trouve dans le Fitzwilliam Virginal Book et une seule alman (n° 38).

La naïve battell aurait pu être écrite après la victoire de l'Armada en 1588, mais il s'agit plus probablement d'une allusion aux rébellions des irlandais de l'époque. La pièce est l'une des premières musiques descriptives. Byrd y fait montre d'un rare esprit ludique. La pièce se retrouve d'ailleurs dans le Elizabeth Roger's Virginal Book.

  1. My Ladye Nevells grownde [f° 1-7v]
Un ground, dont il n'existe pas d'autre manuscrit connu. Sa longueur est de 24 mesures et s'articule en six variations.
  1. Qui Passe : for my ladye Nevell [f° 8]
Figure dans le Ms. Forster sous le titre Kapassa.
  1. The Marche before the battell [f° 13v-18]
  2. The battell (The souldiers sommons ; The marche of footemen ; The marche of horsmen ; The trompetts ; The Irishe marche ; The bagpipe and the drone ; The flute and the droome ; The marche to the fighte ; The retreat ; The buriing of the dead ; The morris ; The souldiers daunce) [f° 18-31v]
  3. The galliarde for the victorie [f° 32-34]
  4. The barelye breake [f° 34-43]
  5. A Galliards Gygge [f° 43-45v]
  6. The Huntes upp [f° 46-52]
  7. Ut Re Mi Fa Sol La [f° 52v-58]
  8. The Firste Pavian [f° 58v-61]
  9. The Galliarde to the Firste Pavian [f° 61-62v]
  10. The Seconde Pavian [f° 63-64v]
  11. The Galliarde to the Seconde Pavian [f° 65-66v]
  12. The Third Pavian [f° 67-]
  13. The Galliarde to the Third Pavian [f° ]
  14. The Fourth Pavian [f° ]
  15. The Galliarde to the Fourth Pavian [f° ]
  16. The Fifte Pavian [f° ]
  17. The Galliarde to the Fifte Pavian [f° ]
  18. Pavana the Sixte: Kinbrugh Goodd [f° ]
  19. The Galliarde to the Sixte Pavian [f° ]
  20. The Seventh Pavian [f° ]
  21. The Eighte Pavian [f° ]
  22. The Passinge Mesures: the Nynthe Pavian [f° ]
  23. The Galliarde to the Nynthe Pavian [f° ]
  24. A Voluntarie: for my ladye nevell [f° ]
  25. Will Yow Walke the Woods soe Wylde [f° ]
  26. The Maydens Songe [f° ]
  27. A Lesson of Voluntarie [f° ]
  28. The Second Grownde [f° ]
  29. Have With Yow to Walsingame [f° ]
  30. All in a Garden Grine [f° ]
  31. Lord Willobies Welcome Home [f° ]
  32. The Carmans Whystle [f° ]
  33. Hughe Ashtons Grownde [f° ]
  34. A Fancie [f° ]
  35. Sellingers Rownde [f° ]
  36. Munsers Almaine [f° ]
  37. The Tennthe Pavian: Mr. W. Peter [f° ]
  38. The Galliarde to the Tennthe Pavian [f° ]
  39. A Fancie [f° ]
  40. A Voluntarie [f° ]

Édition[modifier | modifier le code]

  • My Ladye Nevells Booke of Virginal Music. Édité par Hilda Andrews, introduction de Blache Winogron. Dover, New York 1969. ISBN 0-486-22246-2

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Présentation multimédia exemplaire. Accessible aux anglicistes par les descriptions de chacune des pages (écrit et sonore), et aux non anglicistes, outre le manuscrit par des exemples musicaux assez nombreux.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Traduction partielle de l'article anglais de Wikipedia.

  1. Voyez : [1]
  2. Reproduction des armes de Lady Nevell
  3. Reproduction sur [2] ou [3]
  4. « finished & ended the leventh of September in the yeare of our Lord God 1591 & in the 33 yeare of the raigne of our sofferaine ladie Elizabeth by the grace of God queene of Englande etc, by me Jo. Baldwine of Windsore. Laus deo. »
  5. :« whose greate skill and knowledge, do the excelle all at this tyme
    and farre to strange countries, abroade his skill dothe shyne. »