Mvett

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le mvett ou mvet ou mver désigne un instrument de musique à cordes connu depuis l'ancienne Égypte, et, avec la majuscule, un ensemble de récits guerriers qui se jouent accompagnés de cet instrument, formant la culture Ekang.

Né durant l'exode du peuple Ekang ( Beti-Fang-Bulu) que l'on retrouve aujourd'hui éparpillé entre Gabon, Cameroun, Congo-Brazzaville, Guinée équatoriale et sur l'île de São Tomé, des chants mvetts étaient déclamés aux combattants pour les exciter avant les batailles. Au-delà de l'usage qui en était fait en temps de guerre, l'art du Mvett englobe tous les aspects de la culture Fang, que ce soit la poésie, la philosophie ou les connaissances scientifiques du monde, ce qui amène les Fangs à dire du Mvett qu'il s'agit d'un art total.

Légende et histoire[modifier | modifier le code]

Selon la légende de la création du Mvett, Oyono Ada Ngone, est un sage, un notable Ekang, vivant pendant la longue migration appelée « Obane » vers le XVe siècle. Le peuple Ekang revenant du nord, et se dirigeant vers le sud (Cameroun, Congo, Gabon, Guinée équatoriale, Sao Tomé), est alors en butte aux attaques meurtrières des tribus qui le pourchasse et avec qui il est en guerre. Lors d'une de ces attaques, Oyono Ada tombe dans le coma mais son peuple ne l'abandonne pas. On traîne son corps inerte vers le sud. Cependant, l'espoir et la foi en l'avenir est perdu. Durant son coma, Oyono Ada voit un esprit supérieur venir vers lui et lui parler. L'esprit lui remet « en esprit » un instrument de musique qui est censé réveiller le peuple et lui redonner espoir, par des chants et des histoires fabuleuses. C'est ainsi qu'est né le Mvett. Lorsque Oyono Ada Ngone se réveille, il explique sa rencontre étrange avec l'esprit, et entreprend de fabriquer l'instrument. Cela fait, il en gratte les cordes et la magie agit aussitôt. Le peuple retrouve sa force et son espoir en l'avenir.

Philosophie et spiritualité[modifier | modifier le code]

« Mvett » vient du verbe « a vet », qui signifie « s'étirer ou s'élever ». Il s'agit d'abord d'une élévation spirituelle individuelle ou collective. En cela, le Mvett est une philosophie et une spiritualité qui conduit au dépassement de soi et permet de transcender la mort pour ouvrir à chacun le chemin de l'immortalité.

Les récits narrés à l'aide de l'instrument Mvett se déroulent dans un monde totalement différent du nôtre, appelé Emominlang. Ce monde du Mvett voit s'affronter deux camps :

  • le peuple d'Engong qui a conquis l'immortalité et vit tout au sud du monde du Mvett ;
  • le peuple d'Oku qui désigne le reste du genre humain et qui est toujours mortel. Les hommes les plus puissants d'Oku veulent arracher leur secret aux hommes d'Engong.

Les conflits entre Oku et Engong se règlent généralement au terme de batailles très violentes, toujours remportées par le camp d'Engong. Les combats dans le Mvett se font à l'arme blanche (sauf très rares cas particuliers) mais les meilleurs guerriers disposent d'un impressionnant arsenal de sortilèges.

Le monde du Mvett permet également des interactions très fréquentes entre le monde des morts et celui des vivants. Les premiers interveniennent très souvent dans les affaires des seconds lorsqu'ils leur demandent de l'aide ou, tout simplement, pour assouvir leur vengeance.

Le monde du Mvett s'articule autour de quatre grandes zones géographiques :

  • Nkourou Megnoung Eko Mbegne. Il s'agit de la région située tout au nord du monde du Mvett ;
  • Etone Abandzic Mekok Engone. C'est la région est. C'est là que naquirent la vie et ses grands mystères ainsi que les êtres humains. D'après L'Encyclopédie du Mvett II de Grégoire Biyogo, c'est dans cette région qu'Oyono Ada Ngone entendit la voix d'Eyo et qu'il eut la révélation suprême. Cette région est également très riche en cours d'eau ;
  • Edoune Nzok Amvene Obame. Il s'agit d'une région située à l'ouest. C'est un territoire riche en hommes puissants, mais apparemment plus calme que d'autres car nombre de guerriers d'Engong sont les neveux d'hommes de cette région ;
  • Engong Nzok Mebeghe Me Mba. Située à l'extrême sud du principal continent, cette région est occupée par les immortels qui y ont créé leur pays. Il est habité par la descendance du patriarche Ekang Nna. Peuple belliqueux par excellence, les hommes d'Engong sont de valeureux guerriers experts au sabre et en sorcellerie. C'est cette maîtrise inégalée des arts occultes qui permet aux hommes d'Engong de s'affranchir de la mort.

Si les principaux événements se déroulent sur le continent, des choses peuvent aussi se passer ailleurs. Ainsi, un célèbre récit a placé une grande réunion de sorciers sur la Lune. À cette réunion assistait d'ailleurs un personnage venu d'une autre planète. Il s'agissait d'Ella Minko M'Obiang.

L'arrivée des Européens en Afrique et leur entrée en contact avec les fangs s'est également ressenti dans les récits. Ainsi, il est parfois question de la terre d'origine des Européens, située au delà des mers.

Instrument[modifier | modifier le code]

Facture[modifier | modifier le code]

Le mvett est un cordophone, une petite harpe-cithare sur bâton de palmier-raphia, ou de bambou, de 110 à 130 cm de long avec un à quatre résonateurs en calebasse, un haut chevalet vertical placé en son milieu, divisant en deux la longueur des quatre à cinq cordes en boyaux.

Jeu[modifier | modifier le code]

Proche de l'arc musical, l'instrument est tenu horizontalement sur la poitrine qui ferme ou ouvre le résonateur central en demi-calebasse ouverte, par un simple mouvement avant-arrière des bras, tandis que les deux mains égrènent les mélodies des deux côtés des cordes.

Cet instrument est utilisé en solo ou pour accompagner les chants des Fangs, notamment au Gabon et au Cameroun.

Les conteurs et les récits[modifier | modifier le code]

  • Ebang Elie Mintem, du clan Oyek (XIXe siècle). Il fonda l'école "Ngwèza)- Guinée équatoriale
  • Menguiri m'Edang, du clan Essokè (XIXe siècle). Il peaufina le style "Angonemane"- Guinée équatoriale
  • Ndong Eyoh Ossè, du clan Essimbira (XIXe/XXe siècle)- Guinée équatoriale
  • Bitom Bidzo'o, du clan Yenguin (XIXe siècle)- Gabon
  • Elô Sima Mba, du clan Yenguin (XXe siècle)- Gabon
  • Zwè Nguema Ndong, du Village Anguia, du clan Yenguin (XXe siècle). Il révéla le nom indicible de Dieu aux Fang. Récit célèbre : Zong Mindzi mi Obame - Gabon
  • Essono Obiang Engone Elougou Minlame, du village Minbangminga, du clan Esseng (XXe siècle). Il reçut le Mvett après l'âge de 50 ans. Il devint soudain aveugle le soir de son initiation directe - Guinée équatoriale
  • Osome Meva'a, du village Nkoalfendek, du clan Ngôe (XXe siècle). Il a donné le récit Mone Blum - Cameroun
  • Madame Assome Ngon'Ella, (XXe siècle). La seule femme à avoir atteint le rang de Grande maîtresse du Mvett - Cameroun
  • Akué Obiang "Vidivic", du village Awoua, du clan Ebè (XXe siècle). Ses récits sont Abiè, Biang Duma - Gabon
  • Edou Ada, du clan Ebè (XXe siècle)- Gabon
  • Akoué Ebô, du village Yama (XXe siècle). Il fut assassiné alors qu'il s'apprêtait à enregistrer un récit - Cameroun
  • Nsone Ndong, du village Nkang, du clan Odzip (XXe siècle) - Gabon
  • Ndong Ndoutoume Medzoa, du village Engongôm, du clan Yenguin (XXe siècle). Publia trois tomes sur le Mvett dont Le Mvett, l'Homme, la mort et l'immortalité - Gabon
  • Ndong Engouang, du village Nzoagone, du clan Yenguin (XXe siècle) - Gabon
  • Evouna Ngui, du village Nbwema, du clan Odzip (XXe siècle) - Gabon
  • Mvome Ekoh, du clan Essatoukh (XXe siècle). Ses récits : Aloum Ndong Minko et Ngâne. Il mourut très jeune vers l'âge de 25-27 ans. Son initiation n'aurait pas été achevée. Il est pourrtant considéré comme « le virtuose » par excellence parmi les conteurs de Mvett du XXe siècle - Gabon.
  • Eyi Nkoa Assè dit « Eyi moan Ndong », du clan Ndong/ Bekweign, (XXe siècle). Se présenta comme l'intermédiaire entre les Immortels et les conteurs de Mvett Vivant - Guinée équatoriale
  • Ayingone Ondo. (XXe siècle) Femme conteur, initiée de façon indirecte - Gabon
  • Ndong Essone, du village Andome, du clan Yengui (XXe siècle) - Gabon
  • Etougou Ndong Essone, du village Andome, du clan Yenguin (XXe siècle). Considéré aujourd'hui comme le porte flambeau des conteurs de Mvett - Gabon
  • Ekoh Bikoro, du clan Essatoukh (XXe siècle). Père de Mvom'Ekoh qu'il n'a pas initié - Gabon
  • Owono Mba, du clan Bekwè, originaire de Guinée équatoriale mais réside au Gabon depuis une quarantaine d'années
  • Nkoghe Nguema, du clan Essissis, du village Etsame-Ayong ([Medouneu])

Influences[modifier | modifier le code]

L'influence du Mvett aujourd'hui sur le plan philosophique, esthétique et artistique sont immenses. Sur le plan du questionnement philosophique, de nombreux auteurs comme Bonaventure Mve Ondo, Marcien Towa, Grégoire Biyogo, Eno Belinga ou Steeve-Elvis Ella s'inspirent du Mvett pour alimenter des réflexions sur la transcendance, l'altérité et la finitude de l'homme.

Musicalement, des musiciens tels que Medjo Mesome, Pierre-Claver Zeng, Alexis Abessolo, André Pépé Nze et Prospère Ze sont parvenus à donner au Mvett une modernité inédite dans des registres très variés. Le Rap et plus largement le Hip-Hop se nourrissent abondamment du Mvett. Très tôt des rappeurs comme Medang Lawana du groupe gabonais Siya Posse Sy, NGT et son concept FunkyMvett ainsi que le rappeur Lord Ekomy Ndong du groupe Movaizhaleine ont su imposer l'univers et le décor du Mvett dans leur musique. Il faut y ajouter toute une scène poétique liée au slam très prisée des nouvelles générations.

Le domaine de la littérature est aussi concerné. Avec son émission radiophonique « L'Aventure Mystérieuse » sur Africa no 1, Patrick Nguema Ndong réinvente magistralement le Mvett. Des romanciers tels qu'Éric-Joël Bekale et Marc Mve Bekale construisent également des procédures narratives inspirées du Mvett et particulièrement du maître Tsira Ndong Ndoutoume.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Grégoire Biyogo, L'encyclopédie du Mvett, Menaibuc,‎ 2002 — 3 tomes
  • Tsira Ndong Ndoutoume, Le Mvett, L'homme, la mort et l'immortalité, L'Harmattan,‎ 1993 (ISBN 2-7384-1558-X)
  • Pascal Boyer, Barricades Mystérieuses et Pièges à Pensée : introduction à l'analyse des Épopées Fang, Société d'ethnologie,‎ 1988
  • (en) Pierre Alexandre, Introduction to a Fang Oral Art Genre: Gabon and Cameroon mvet, School of Oriental and African Studies,‎ 1974

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]