Muwashshah

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le muwashshah (de l'arabe موشحة double ceinture en cuir enrichie de paillettes ou d'incrustations de pierres précieuses) désigne un poème à forme fixe arabe ou hébreu de cinq (au maximum sept) strophes à rimes variées. Le genre fut inventé en al-Ándalus, en Espagne médiévale musulmane, par le poète aveugle de Cabra, Muqaddam ibn Mu'afa al-Qabrí, au XIe siècle. Jusqu'ici la poésie orientale, qasida et ghazal, était monorimique, c'est-à-dire elle ne connaissait ni rimes variées ni strophes[1]. Ce genre de composition fut aussi imité et continué par les poètes judéo-espagnols, comme Juda Halevi. De nos jours encore, on retrouve le muwashshah, chanté dans le répertoire de la nouba.

Muwashshah est parfois transcrit en mouachah, en muwassah ou en moaxaja (sa forme hispanisée).


La structure poétique du muwashshah et l'importance de la khardja[modifier | modifier le code]

Les muwashshahs sont soit des chansons panégyriques ou des chansons d'amour. Leur schéma de rimes est le suivant:

(aa) bbbaa cccaa dddaa eeeaa fffAA[2]

Une autre particularité du muwashshah réside dans les vers finaux (AA) de la dernière strophe, appelés khardja. Pendant que tous les autres vers du muwashshah sont écrits en arabe ou hébreu standard, ses vers finaux, la khardja, est composée dans une des deux langues vulgaires d'Al-Andalus, soit en dialecte hispano-arabe, soit dans les dialectes romans dits mozarabe, écrit en aljamiado.

Les soixante-huit khardjas retrouvées, composées en ancien espagnol et écrites en caractères hébraïques ou arabes (en aljamiado), sont d'une grande importance pour la philologie romane[3]. Datant du XIe siècle, elles représentent d'une part les plus vieux textes intégraux connus en langues ibéro-romanes, et d'autre part elles constituent les plus anciens témoignages de poésie écrite dans une langue romane, antérieure à celle des troubadours[4].

Un exemple: muwashshah arabe en adaptation espagnole[modifier | modifier le code]

L'arabisant espagnol Emilio García Gómez[5] a traduit ce muwashshah (cette 'moaxaja') de l'arabe en espagnol moderne, tout en respectant le schéma métrique. Il s'agit d'une chanson d'amour du XIe siècle (poème n° 190 du manuscrit 'Uddat al-jalis)[6] :


Lunas nuevas salen entre cielos de seda: (a)
guían a los hombres, aun cuando eje no tengan(a)


Sólo con los rubios se deleitan mis ojos: (b)
ramos son de plata que echan hojas de oro. (b)
¡Si besar pudiera de esas perlas el chorro! (b)
¿Y por qué mi amigo a besarme se niega (a)
si es su boca dulce y la sed me atormenta? (a)


Es, entre jazmines, su carillo amapola. (c)
Rayas de jaloque y de algalia la adornan (c)
Si también añado cornalina, no importa (c)
No obra bien si espanta su galán la gacela, (a)
cuando de censores las hablillas acepta. (a)


¿Con mi amigo Áhmad _ hay, decid, quien compita? (d):
Único en belleza, de gacela es cual cría. (d)
Hiere su mirada todo aquel a quien mira. (d)
¡Cuántos corazones bien traspasa con flechas (a),
que empenacha su ojo con pestañas espesas? (a)


Mientras del amigo yo encontrábame al lado (e)
y le ponderaba mi dolencia y maltrato, (e)
ya que él es el médico que pudiera curarlos, (e)
vió el espía que, sin que nos diéramos cuenta, (a)
vínose a nostros, y le entró la verguenza. (a)


Cuánta hermosa moza, que de amor desatina, (f)
ve sus labios rojos, que besar bien querría, (f)
y su lindo cuello, y a su madre los pinta: (f)
¡Mammà, 'ay habibe! so l-ymmella saqrella, (A)
el-quello albo e bokélla hamrella. (A)


Les deux vers finaux sont exprimés en ancien espagnol (dit mozarabe). Dans le manuscrit original, cette khardja est écrite - comme le reste du poème - en caractères arabes. Le fait d'écrire en caractères arabes un texte qui est exprimé en langue romane, s'appelle écrire en aljamiado.

Voici la traduction de la khardja en espagnol moderne:

¡Madre, qué amigo! Bajo la guedejuela rubita,
el cuello blanco y la boquita rojuella[7].

et en français:

Ma mère, quel ami! Sous sa blonde chevelure,
Le cou blanc et la petite bouche rouge[8].

Du muwashshah s'est développé en Al-Andalus une forme de poème et de chant similaire, le zadjal.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Otto Zwartjes : Love Songs from al-Andalus. History, Structure and Meaning of the Kharja (Medieval Iberian Peninsula), Leiden: Brill 1997, ISBN 978-9004106949, p.373.
  2. schéma du muwashshah dans: Reinhold Kontzi: Zwei romanische Lieder aus dem islamischen Spanien. (Zwei mozarabische Hargas); in: Romania cantat. Gerhard Rohlfs zum 85. Geburtstag gewidmet. Band II Interpretationen. Tübingen: Narr 1980, ISBN 3878085095.
  3. Frederico Corriente: Poesía dialectal árabe y romance en Alandalus: cejeles y xarajat de muwassahat. Madrid: Gredos 1998, ISBN 978-84-2491-887-3.
  4. Álvaro Galmés de Fuentes: Las jarchas mozárabes y la tradición lírica romanica. In: Pedro M. Piñero Ramírez (ed.): Lírica popular, lírica tradicional : lecciones en homenaje a Don Emilio García Gómez. Universidad de Sevilla 1998, ISBN 84-472-0434-0, p. 28-53 extraits Google-books
  5. : Las jarchas de la serie árabe en su marco. Madrid 1965, 2. Aufl. Seix Barral, Barcelone 1975; jarcha n° 14 en su moaxaja, pp. 176-77.
  6. Alan Jones (ed.): The 'Uddat al-Jalis of Ali ibn Bishri - An Anthology of Andalusian Arabic Muwashshahat, Gibb Memorial Trust (England) 1992, ISBN 978-0906094402
  7. Álvaro Galmés de Fuentes: Las jarchas mozárabes. Forma y significado. Barcelona: Crítica, 1994, ISBN 84-7423-667-3, pp. 32 et 188
  8. Alma Wood Rivera: Las jarchas mozárabes: Una compilación de lecturas. 1969. Khardja, jarcha n°.35

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Saadane Benbabaali: Poétique du muwashshah dans l'Occident musulman médiéval, thèse de 3e cycle, sous la direction de R. Arié, Paris 3, 1987.
  • Saadane Benbabaali et Beihdja Rahal, La joie des âmes dans la splendeur des paradis andalous,ANEP, Alger, 2010
  • Saadane Benbabaali et Beihdja Rahal, La Plume, la Voix et le Plectre,Barzakh, Alger, 2008
  • Federico Corriente: Poesía dialectal árabe y romance en Alandalús : cejeles y xarajat de muwassahat, Madrid, Gredos, 1998, ISBN 8424918878.
  • Hoa Hoï Vuong et Patrick Mégarbané, traducteurs : Le Chant d'al-Andalus, Une Anthologie de la Poésie arabe d'Espagne, édition bilingue, 2011, Actes Sud, collection Sindbad.
  • Álvaro Galmés de Fuentes: Las jarchas mozárabes. Forma y significado. Barcelona: Crítica, 1994, ISBN 84-7423-667-3
  • Emilio García Gómez: Las jarchas de la serie árabe en su marco. Madrid 1965, 2. Aufl. Seix Barral, Barcelone 1975
  • Henk Heijkoop and Otto Zwartjes: Muwaššaḥ, Zajal, Kharja. Bibliography of Strophic Poetry and Music from al-Ándalus and Their Influence in East and West, Leiden: Brill, 2004, ISBN 90-04-13822-6, extraits Google-books
  • Alan Jones: Romance Kharjas in Andalusian Arabic Muwassah Poetry. A Palaeographical Analysis. London: Ithaca, Oxford University 1988, ISBN 0863720854.
  • Alan Jones and Richard Hitchcock: Studies on the Muwasssah and the Kharja : proceedings of the Exeter international colloquium. Reading: Published by Ithaca for the Board of the Faculty of Oriental Studies, Oxford University 1991, ISBN 0863721508.
  • Alan Jones (ed.): The 'Uddat al-Jalis of Ali ibn Bishri - An Anthology of Andalusian Arabic Muwashshahat, Gibb Memorial Trust (England) 1992, ISBN 978-0906094402
  • Otto Zwartjes: Love Songs from al-Andalus. History, Structure and Meaning of the Kharja (Medieval Iberian Peninsula), Leiden: Brill 1997, ISBN 978-9004106949, extraits Google-books
  • Nicolas, Michel : Les Sources du muwaššaḥ andalou & Traité sur le zağal : Du chant mésopotamien au chant arabo-andalou, Editions Publibook Université 2010, ISBN 9782748354829, extraits Google-books

Liens externes[modifier | modifier le code]

[modifier | modifier le code]