Mutuelle d'assurance des instituteurs de France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

MAIF

alt=Description de l'image Logo-MAIF.gif.
Création 17 mai 1934
Fondateurs Edmond Proust[1]
Forme juridique Société d'assurance mutuelle
Slogan Assureur militant
Siège social Drapeau de France 200 av Salvador Allende 79000 Niort (France)
Direction Dominique Mahe
Activité Assurance
Produits Assurance auto
Assurance habitation
Assurance décès invalidité
Assurance-vie
Complémentaire santé
Crédit
Prévoyance
Télésurveillance
Filiales Altima Assurances
Atlantis Seguros
Atlantis Vida
Filia-Maif
Parnasse Maif
Delta Immo
Delta Parc
Inter mutuelles assistance
Socram banque
Crédit Immobilier Direct
Effectif ~ 6 762
Site web www.maif.fr
Chiffre d’affaires € 3,1 milliards (2012)

La MAIF est une mutuelle d'assurance française dont le siège est situé à Niort, dans les Deux-Sèvres. Elle est membre d'EURESA, un GEIE (Groupement Européen d'intérêt économique) rassemblant 14 assureurs européens. Elle est régie par le statut des EPIC[réf. nécessaire].

Historique[modifier | modifier le code]

La mutuelle est fondée le 17 mai 1934, sous le sigle MAAIF pour Mutuelle d'Assurance Automobile des Instituteurs de France, à Fontenay-le-Comte (Vendée), par 156 instituteurs qui en représentaient 301 dont 13 institutrices, réunis au café des Marronniers. Dans une France perturbée par la crise de 1929 et tourmentée par des scandales financiers, les instituteurs font leurs comptes. Pour assurer leur automobile, ils versent à des sociétés capitalistes bien plus qu'ils ne reçoivent. Alors, ils inventent une "mutuelle 100 % complètement indépendante". Début juin, Edmond Proust est nommé président de la jeune mutuelle. En 1935, celle-ci s’installe à Niort. Depuis sa création, la MAIF a toujours été à l'écoute des évolutions de la société. Elle a même souvent anticipé ces mutations en offrant de nouveaux services ou en élargissant son sociétariat sans jamais renoncer au militantisme de ses origines.

Les grands principes des fondateurs sont :

  • Indépendance vis-à-vis des grands groupes financiers,
  • Distribution directe des contrats, sans intermédiaires commissionnés,
  • Solidarité entre adhérents (pas de réassurance[2]),
  • Responsabilité des adhérents,
  • Mise en avant, dans la charte et dans l’action de la mutuelle, de valeurs telles que le républicanisme et la laïcité[3].

En tant qu’entreprise mutualiste, elle repose sur le principe du profit collectif : suppression des profits individuels, redistribution des bénéfices par la ristourne. Pas d’actionnaires à rémunérer, l’organisation appartenant à l’ensemble des sociétaires (sur décision de l’assemblée générale, les excédents réalisés sont répartis entre les sociétaires sous la forme d’une ristourne ou affectés au renforcement de l’assise financière de la mutuelle). Dans un premier temps, la MAIF était réservée aux seuls instituteurs, puis a ouvert ses portes aux autres membres de l’Education Nationale, puis à ceux de la recherche, de la culture.

Depuis, la MAIF a élargi son champ d’action au-delà de l’automobile avec :

  • 1938 : Indemnisation du préjudice corporel.
  • 1942 : Pendant la guerre, les pionniers ne baissent pas les bras. 10 000 sociétaires (sur 35 000) continuent à payer leur cotisations auto, en pure perte. Ainsi, ils sauvent la mutuelle. En 1942, une assurance pour les bicyclettes est créée. D'abord prisonnier de guerre puis libéré, Edmond Proust entre en résistance. Il retrouvera sa place de président à la Libération.
  • 1947 : Création d'un groupement d'achats, la Coopérative des adhérents de la MAAIF (Camif). En proposant une liste de produits de qualité au meilleur prix, elle répond aux besoins des instituteurs. La puissance du collectif joue à plein. Dans cette France en reconstruction, celle des Trente Glorieuses, les enseignants s'équipent.
  • 1950 : Après-guerre, la MAAIF prend son essor et le sociétariat croît rapidement. Sa réussite inspire. Artisans et commerçants rêvent à leur tour de constituer leurs propres mutuelles d'assurance. À la clé, des prix imbattables pour un niveau de qualité décidé entre adhérents, en toute démocratie. La MAAIF va les aider en soutenant la création de la MAAF (1950), de la MACIF (1960) et de la MATMUT (1961). Cette histoire commune permet de nouer des liens forts au sein du Groupement des entreprises mutuelles d'assurance (Gema) qui compte aujourd'hui 45 membres. Enfin, de cette année 1950 jusqu'à 1970, sous l'impulsion des militants locaux, les sociétaires unissent leurs efforts pour écrire et illustrer le guide touristique propre à leur région.
  • 1952 : Regroupement des garanties auto en un seul contrat (auparavant il y en avait quatre : Assurance responsabilité civile auto, vol et incendie du véhicule, défense et recours, indemnisation du préjudice corporel).
  • 1959 : Est publié pour la première fois un bulletin d'information qui délivre un discours très politique pour enjoindre les sociétaires à assumer toutes leurs responsabilités d'assureurs-assurés.
  • 1962 : Multi-garanties habitation appelé RAQVAM (Risques Autres Que Véhicules à Moteur). Auparavant, plusieurs contrats couvraient l’habitation, la responsabilité civile…
  • 1966 : La démocratisation de l'automobile appelle au voyage. Les enseignants se lancent sur les routes. La MAAIF les accompagne avec la création de MAAIF assistance. L'assistance touristique est adjointe aux contrats auto et habitation sans supplément de cotisation. Hors de France, MAAIF Assistance s'appuie sur le réseau des sociétaires enseignant à l'étranger. Elle sera professionnalisée, puis mise en commun sous le nom Inter Mutuelles Assistance en 1981 en partenariat avec les deux autres mutuelles niortaises (MAAF, MACIF).
  • 1969 : La MAAIF devient la MAIF. La disparition d'un A (celui du mot "automobile") entérine l'élargissement du champ d'activité de la mutuelle. Désormais, deux contrats emblématiques, Vam (Véhicule à moteur) et Raqvam (Risque autres que véhicules à moteur) accompagnent l'essor de la société de consommation. Ces couteaux suisses de l'assurance offrent aux assurés une couverture optimale, où qu'ils se trouvent, quoi qu'ils fassent, quoi qu'ils possèdent. Cette nouveauté profite à de nouveaux sociétaires, avec l'ouverture aux MJC et autres structures d'éducation populaire.
  • 1972 : C'est l'année d'un triste record avec plus de 16 000 morts sur les routes. Il est alors urgent d'infléchir cette courbe. Ce sera la mission du comité interministériel à la Sécurité routière, créé en juillet. Cette mobilisation rejoint les préoccupations de la MAIF : le devoir de prudence s'impose aux sociétaires dans un esprit de responsabilité.
  • 1980 : L'association "Prévention MAIF" est créée. Ses bénévoles interviennent notamment en milieu scolaire pour dispenser une éducation aux risques routiers et domestiques dès le plus jeune âge.
  • 1984 : La voiture s'est banalisée. De plus en plus de familles s'équipent d'un deuxième véhicule et le trafic augmente sur les routes. La ceinture de sécurité est déjà obligatoire pour le conducteur. Ce dernier reste pourtant le plus mal assuré, surtout s'il est responsable de l'accident ou si aucun tiers n'est engagé. La loi Badinter ne comblera pas cette lacune. La MAIF invente alors Pacs, premier contrat à bien protéger le conducteur et les siens, dans toutes les situations. Cette innovation suscite une vague massive d'adhésions.
  • 1985 : "Parnasse-MAIF" fait fructifier l'épargne des sociétaires.
  • 1988 : À la MAIF, les enfants de sociétaires ont toujours été bien protégés… tant qu'ils étaient à la charge de leurs parents. Mais une fois leur autonomie financière acquise, ils devaient renoncer à la mutuelle si leur profession ne leur permettait pas d'adhérer. La mutuelle crée une filiale, la Filia-MAIF destinée alors à accueillir les enfants des sociétaires et les sociétaires qui en changeant de travail perdent leur statut Éducation Nationale (conditions ensuite étendues à « Tous ceux qui partagent les valeurs MAIF et sa conception du métier d'assureur quel que soit leur âge »). La MAIF, par le biais de Filia-MAIF, est désormais accessible à tous. En 1988, la MAIF inaugure également son serveur minitel.
  • 1989 : Dans les situations exceptionnelles comme les inondations, la grêle, les tempêtes, les avalanches, la MAIF est en première ligne. Grâce au progrès scientifique, des alertes peuvent être lancées et des populations épargnées. Est alors créée la "Fondation MAIF" qui contribue à améliorer la compréhension des risques, à s'en prémunir et à améliorer les éléments de sécurité. Reconnue d'utilité publique, elle intervient également dans le domaine routier et domestique.
  • 1992 : La construction européenne est un fait marquant de l'après-guerre. Après Maastricht, la commission de Bruxelles entreprend des réformes ; la MAIF devra défendre son mode de gouvernance qui confie le pouvoir aux sociétaires. Parallèlement, elle soutiendra la création d'assureurs coopératifs en Pologne, en Italie, en Belgique et en Espagne. Enfin, la MAIF participera à l'Europe des idées via EURESA, une plateforme d'échanges de bonnes pratiques.
  • 1999 : La MAIF inaugure son premier site Internet.
  • 2000 : La MAIF se lance dans la publicité télévisée avec la signature « MAIF Assureur militant » qui a été dévoilée lors de l'assemblée générale de juin à Paris. La toute première publicité de la mutuelle dans la presse présente également l'assureur militant au grand public et exprime sa différence avec le slogan "Nos valeurs les plus précieuses ne sont pas cotées en bourse".
  • 2001 : Diffusion de "l'assuré idéal", un spot télé au ton rebelle emblématique d'une campagne de communication en décalage total avec les codes en vigueur.
  • 2002 : En ce début de siècle, c'est la révolution du Web. Le cap des 500 millions d'internautes est franchi. La MAIF intègre ce nouveau média à son combat pour l'éducation : former des citoyens instruits et éclairés, c'est aider à construire une société plus juste et plus responsable. Un service d'assistance scolaire personnalisée et une palette de solutions éducatives sont mises en libre accès sur le Net. Des conférences ouvertes à tous sont lancées. Par ailleurs, pour faire face à l'ampleur de certains événements, la MAIF instaure progressivement des dispositifs adaptés tel que "Pegase" (Plan d'Entreprise de Gestion Adaptée à des Situations Exceptionnelles). C'est un dispositif mis en place après la catastrophe industrielle qui a touché l'usine AZF. Pegase permet de verser des fonds en urgence. Ce plan orchestre aussi la répartition du flux d'appels entre plusieurs plateformes et organise la prise en charge de l'impact psychologique d'un événement exceptionnel. Les inondations de décembre 2003 dans le sud de la France ont été la première occasion de tester ce dispositif à grande échelle.
  • 2005 : La loi pour l'égalité des droits et des chances est enfin une victoire pour les personnes handicapées. À la MAIF, elles bénéficient depuis longtemps d'une attention particulière et d'un droit renforcé à l'indemnisation. Cet engagement n'a pas cessé, avec le recours au braille ou à la langue des signes pour améliorer, le cas échéant, la relation avec les sociétaires. La MAIF organise aussi les Rencontres extra ordinaires, des animations en milieu scolaire qui invitent les élèves à changer de regard sur le handicap.
  • 2009 : Création du "Fonds MAIF" pour l'Éducation est un nouveau pas en avant : il récompense des projets éducatifs à dimension sociale, ancrés dans les territoires. Par ailleurs, grâce à une gestion prudente de "Parnasse-MAIF" depuis quatre années, le groupe sort pratiquement indemne de la terrible crise des subprimes. Cette crise confirme cependant la nécessité d'opérer sur les marchés de façon responsable. L'ONU édicte un appel en ce sens, auquel la MAIF est le premier assureur à répondre. La charte interne redéfinit les critères d'admissibilité de chacun de ses placements. Cette démarche volontariste est récompensée en 2013 par le prix de l'Investisseur responsable. En cette année 2009, la MAIF participe également à la création de la Sgam Sferen avec la Macif et la Matmut, afin de regrouper leurs moyens.
  • 2010 : Dans les publicités télévisées de la MAIF, les personnages filaires symbolisent le discours militant de la mutuelle, dans lequel le fond l'emporte sur la forme. À leur naissance, en 2004, ils sont muets. Ils ont désormais pris la parole et investi les salles de cinéma.
  • 2013 : Alors que le taux de chômage bat des records, la MAIF continue à créer des emplois qualifiés. La notion de responsabilité sociétale des entreprises a accompagné toute l'histoire de la mutuelle. L'humain n'est pas une variable d'ajustement. En cette année 2013, la contribution de la MAIF aux contrats de génération en témoigne. 225 étudiants sont recrutés pour élargir le service aux sociétaires. De même, la MAIF est très réactive face au plan social du voyagiste TUI France : menacés de perdre leur emploi, les salariés ont été invités à postuler sans attendre auprès de la mutuelle. Enfin, en 2013, le site Internet de la mutuelle a généré 10,5 millions de connexions. La MAIF ouvre ses premières pages sur les réseaux sociaux "Apprendre à porter secours" et "Éducation parents-profs". Un plus tard, plus de 100 000 personnes suivent l'évolution de ces contenus.
  • 2014 : Après avoir annoncé en avril son intention de quitter SFEREN[4], l'assemblée générale extraordinaire de la Maif vote officiellement le 29 mai 2014 le processus de désengagement[5] ; ce vote est soumis à l'aval de l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution qui dispose d'un délai de trois mois pour se prononcer[6].

Enfin, il faut noter qu'a été également créée la Société anonyme Serena, dont la MAIF est fondateur historique, pour commercialiser des prestations de service à domicile.

Organisation et gouvernance[modifier | modifier le code]

La MAIF en tant que mutuelle n'a ni capital social, ni actionnaire.

Ses clients appelés sociétaires, en adhérant à la mutuelle, acquièrent un droit de regard sur la politique et les stratégies de l'entreprise. Tous les 3 ans, ils participent à l'élection des délégués élus des sociétaires lors de l'assemblée générale selon le principe "1 sociétaire = 1 voix". Ce système de représentation des sociétaires réunit environ 760 élus répartis en 3 divisions et 30 groupements territoriaux. Ils représentent donc les sociétaires aux assemblées générales, ils se prononcent sur l'activité et les comptes de la MAIF, élisent les administrateurs et participent 2 fois par an aux réunions de groupements territoriaux.

Les correspondants départementaux, qui sont désignés par le conseil d'administration, constituent un lien permanent entre la mutuelle, ses sociétaires et son environnement socio-économique. Ils sont également missionnés de l'animation de la vie mutualiste et des actions de prévention que la MAIF met en place. Les délégués départementaux quant à eux sont choisis par le conseil d'administration pour épauler les correspondants dans le rayonnement de la MAIF au plan local.

Les mandataires mutualistes sont ceux qui cumulent les titres de délégués élus des sociétaires et de mandataires du conseil d'administration (à savoir, les délégués et correspondants départementaux). Ils sont environ 600 constituant ainsi l'équipe militante. Ils sont essentiellement enseignants (Actifs ou non) choisit parmi le cœur historique du sociétariat MAIF et sont porteurs des décisions et des orientations prises par le conseil d'administration.

Le conseil d'administration de la MAIF est composé de 24 membres, il délègue aux correspondants et délégués départementaux le pouvoir de le représenter localement auprès des sociétaires. Il est doté d'un règlement intérieur qui définit les droits et les devoirs de l'administrateur MAIF. Ce règlement est complété par le code de déontologie des administrateurs des mutuelles du Groupement des Entreprises Mutuelles d'Assurance (GEMA), syndicat professionnel auquel adhère la MAIF.

Prévention MAIF[modifier | modifier le code]

Prévention MAIF est une association loi 1901 créée en 1980. Sa mission est de développer, notamment en milieu scolaire, des actions d'éducation à la sécurité routière, aux risques de la vie courante et aux risques majeurs au bénéfice des enfants, des adolescents mais aussi des seniors, du milieu associatif, des collectivités locales, territoriales...

2000 bénévoles œuvrent au sein de 98 antennes départementales, réparties sur 117 sites, pour mener à bien les projets éducatifs et créer une documentation pédagogique sous forme de brochures, de films ou encore de logiciels à destination des enseignants.

Prévention MAIF est reconnue par un double agrément du ministère de l’Éducation Nationale :

  • Au titre d'association éducative complémentaire de l'enseignement public,
  • En tant qu'association nationale de jeunesse et d'éducation populaire.

Fondation MAIF[modifier | modifier le code]

Fondation MAIF est une fondation reconnue d'utilité publique. Fondée en 1989 par la MAIF, elle a pour vocation la recherche scientifique pour l'amélioration de la prévention des risques (personnes dépendantes à leur domicile, jeunes, dans la rue, sur le lieu de travail, la sécurité des personnes et de leurs biens...) visant à trouver des solutions à disposition des citoyens. Plus particulièrement, ces recherches s' intéressent aussi aux impacts et aux risques provoqués par le développement des nouvelles technologies. À ce titre, Fondation MAIF s'engage dans une démarche continue d'acquisition de connaissance sur les sujet émergents comme le climat, la mobilité, le logement et le vieillissement par exemple.[réf. nécessaire]

Elle diffuse les résultats des recherches soutenues auprès de la communauté scientifique, des prescripteurs, des décideurs et du grand public et réalise également des outils de sensibilisation aux risques. Tous ces rapports et les réalisations qui les accompagnent sont publiés sur le site de la fondation.

Fonds MAIF pour l'éducation[7][modifier | modifier le code]

Fonds MAIF pour l'éducation est un fonds de dotation créé en 2009 ayant pour objet de financer des actions d'intérêt général favorisant l'accès à l'éducation pour tous. Les actions soutenues concourent à l'atteinte d'un objectif à caractère social, culturel, solidaire ou citoyen et à destination de tout public. En 2012, les soutiens apportés par le Fonds MAIF pour l’Éducation se sont élevés à 270 000 euros. Depuis sa création, le Fonds MAIF pour l’Éducation a soutenu un peu plus de 70 initiatives. Un appel à projets doté d’une enveloppe de 53 500 euros récompense, chaque année, des associations d’intérêt général[8].

Filiales[9][modifier | modifier le code]

  • Filia MAIF : c'est une filiale de la MAIF destinée aux personnes dont la profession ne leur permet pas d'adhérer à la mutuelle directement ou encore aux enfants des sociétaires qui ne sont plus à la charge de leurs parents. Ils peuvent donc bénéficier des mêmes contrats que propose la MAIF à des tarifs similaires. Elle compte plus de 800 000 sociétaires avec un chiffre d'affaires en progression à 530 millions d'euros.
  • Parnasse MAIF : filiale spécialisée dans l'assurance-vie. Elle compte 342 000 adhérents avec 626 millions d'€ d'encaissements et 7.1 milliards d'euros d'actifs gérés.
  • Atlantis Seguros : c'est une filiale de la MAIF en Espagne distribuant de l'assurance-vie, de l'assurance non-vie, de l'assurance auto, habitation, prévoyance et disposant d'un service en langue Française.
  • MAIF Solutions Financières : filiale diffusant des produits bancaires, des produits d'épargne et des crédits
  • Crédit Immobilier Direct : il s'agit d'une filiale spécialisée en courtage d’opérations bancaires (assurance de prêt, crédit immobilier, rachat de crédits). Racheté en 2003 par le groupe MAIF, cet Intermédiaire en opérations de banque et en services de paiement est basé à Niort (79), tout comme sa maison mère.

Partenariats[modifier | modifier le code]

La liste ci-dessous concerne les principaux partenaires[10] :

  • SOCRAM Banque : Organisme de crédit à la consommation et banque de détail qui gère les financements pour l'achat ou la réparation de véhicules, ainsi que pour l'amélioration de l'habitat. La SOCRAM Banque est une filiale commune aux 10 mutuelles du groupe GEMA[11] (Groupement des Entreprsies Mutuelles d'Assurance), dont la MAIF, qui diffuse ses produits au travers des réseaux des mutuelles partenaires.
  • Mutuelle Générale de l'Éducation Nationale (MGEN) : pour se développer dans le secteur de la santé, la MAIF a mis en place un partenariat avec la MGEN qui gère par délégation de service public la sécurité sociale du personnel de l'Éducation Nationale, et propose des complémentaires santé ; elle distribue les garanties santé de MGEN Filia[12].
  • Inter Mutuelles Assistance (IMA) : IMA SA a été créée en 1980 sur les bases de MAIF Assistance, qui fut, en 1966, l'une des premières sociétés d'assistance rapatriement françaises. IMA SA déteint plus de 80% des voix d'IMA GIE, partenaire essentiel de l'offre MAIF, puisqu'il réalise la plupart des prestations d'assistance aux sociétaires en déplacement(Voyages, tourisme), partout dans le monde. Une filiale d'IMA met également en œuvre l'offre de téléprotection de la MAIF.
  • Mutuelle des Œuvres Corporatives de l’Éducation Nationale (MOCEN) : La MOCEN est une mutuelle de type complémentaire santé. Depuis 2013, la MOCEN à rejoint MGEN Filia qui accueille alors l'ensemble des adhérents de la gamme MOCEN Santé.
  • Bancassurance : la MAIF et la MACIF ont mis en place fin 2005 un partenariat avec le groupe Caisse d’épargne dans le domaine de la bancassurance.

Chiffres-clés[modifier | modifier le code]

En France, le groupe MAIF est[13] :

  • Le 5e assureur auto en nombre de véhicules (4 roues) assurés.
  • Le 5e assureur habitation en nombre de logement assurés.
  • Le 9e assureur tout dommages (En chiffre d'affaires).
  • Le 2e assureur sur le marché des garanties accidents de la vie (En chiffre d'affaires).

Fin 2011, le groupe comptait plus de 2,8 millions de sociétaires dont 145 000 associations et collectivités et près de 4,5 millions de contrats en assurance auto, habitation.

Le chiffre d'affaires du groupe, 3,099 milliards d'euros se découpe ainsi:

  • 2,46 milliards d'euros en non-vie ;
  • 644 millions en vie.

La MAIF compte aujourd’hui plus de 6 300 employés et plus de 600 militants (mandataires du conseil d’administration) répartis sur l’'ensemble du territoire.

Communication[modifier | modifier le code]

  • Télévision : Dans le cadre de ses campagnes de communication média, la MAIF diffuse depuis les années 2000 des publicités sur les chaînes de télévision. Depuis 2004, les personnages filaires sont le signe distinctif de ses publicités dans lesquelles des sociétaires viennent partager leur expérience de la MAIF. L'intégralité de ces publicité est accessible sur la chaîne YouTube de la MAIF.
  • Cinéma : Depuis 2010, la MAIF communique aussi au cinéma avec différents personnages qui défilent sur un fauteuil pour parler de la MAIF. Plusieurs de ces personnages sont devenu "cultes"[réf. nécessaire] avec des phrases comme "mon père est à la MAIF, mon frère est à la MAIF, mon kiné est à la MAIF".
  • Autres médias La MAIF décline également ses publicités en radio, presse, affichage et sur internet.
  • Médias sociaux : La MAIF a créé en 2012 un espace "Apprendre" sur les différents réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Google+ et YouTube) en partenariat avec la fédération nationale de protection civile (FNPC) dans le but de soutenir et de promouvoir l'apprentissage des gestes de premiers secours. La page Facebook compte plus de 48 000 fans (novembre 2013) tandis que certaines vidéos présentées sur la chaîne YouTube "Apprendre" ont été regardées plus de 90 000 fois (novembre 2013). Il s'agit d'une Websérie appelée "Tu fais quoi pour me sauver ?" animée ou il est possible de choisir la fin de l'histoire. Elle permet de traiter de façon ludique et humoristique du sujet des gestes qui sauvent.

Dans un autre registre, la MAIF appuie son engagement et son implication dans la vie scolaire par la création d'une autre plate-forme sur les médias sociaux appelée "Éducation Parents-Profs" sur Facebook, Twitter, Google+ et YouTube. Celle-ci est un espace dédié à l'échange et au dialogue entre les 3 acteurs majeurs de système éducatif : Les parents, les élèves et les enseignants.

Prix de l'investisseur responsable[modifier | modifier le code]

Cette distinction, créée par les sociétés Natixis et Amadeis, récompense l'investisseur français qui, à travers ses placements, s'est illustré par une démarche responsable au cours des douze mois précédent la remise du prix. Le jury y est composé de personnalités du monde financier, universitaire et associatif.

Lors de la 6e édition (2013), c'est la MAIF qui a reçu ce prix le 2 décembre à Paris, récompensant donc la politique d'investissement de la mutuelle, qui a accru très significativement l'intégration de critère de développement durable dans ses investissements (Dans toutes les classes d'actifs).

Un film pédagogique de 4min sur maif.fr explique la démarche menée par la MAIF en termes d’investissements responsables.

Syndicats professionnels[modifier | modifier le code]

Tout comme les deux autres sociétés composantes de SFEREN, elle adhère aux organisations sectorielles suivantes :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. www.deux-sevres.com Dévoilement des plaques nominatives sur les bâtiments de la Maison du Département 17 septembre 2010
  2. Il était entendu à l’origine qu’en cas de coup dur, la solidarité devra jouer et les assurés (qui sont leurs propres assureurs) paieront des suppléments de cotisation, bien qu’au fil des ans, la mutuelle a mis en avant sa prudence et sa rigueur de gestion, lui permettant selon elle d’assurer sa solidité financière
  3. En 2005 et à nouveau en novembre-décembre 2006, la MAIF organise une série de conférences sur la laïcité (en 2005 sur la loi de 1905, en 2006 sur l’école laïque. Voir Pierre Baracca, « Défense de la laïcité par la MAIF avec Henri Peña-Ruiz », ReSPUBLICA, no 492, 5 décembre 2006
  4. Sébastien Acedo, « La Maif quitterait la Sgam Sferen », sur www.argusdelassurance.com, Argus de l'Assurance,‎ 09 avril 2014, (consulté le 15 juin 2014) : « [...] des sources internes à Sferen ont indiqué à l’Argus de l’assurance une «sortie possible» de la Maif de la société de groupe d’assurance mutuelle (Sgam)[...] ».
  5. Sébastien Acedo, « La Maif vote son retrait de Sferen », sur www.argusdelassurance.com, L'argus de l'Assurance,‎ 02 juin 2014 (consulté le 15 juin 2014) : « Le processus de sortie de la Maif au sein de la Sgam Sferen suit son cours [...] »
  6. Sébastien Acedo, « La Maif se prononcera sur une sortie de Sferen le 29 mai », sur www.argusdelassurance.com, Argus de l'Assurance,‎ 16 mai 2014, (consulté le 15 juin 2014) : « [...] l’avis de l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), qui dispose d’un délai de trois mois pour se prononcer. ».
  7. Source sur fondsmaifpourleducation.fr
  8. Exemple d'initiative financée par le Fonds
  9. Filiales sur le site internet MAIF
  10. Liste des partenaires MAIF sur maif.fr
  11. Présidence du Groupe GEMA
  12. http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/industrie-financiere/20120523trib000699946/la-maif-approfondit-son-partenariat-avec-la-mgen.html
  13. Rapports Annuels publiés par la MAIF

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Martin, « Le risque automobile en France 1910-2010 », Risques. Les cahiers de l'Assurance,‎ septembre 2010 (lire en ligne).
  • Guy Brucy, « CHAUMET (Michel).-MAIF. L’histoire d’un défi », Histoire de l’éducation, no 85,‎ 2000 (lire en ligne).
  • Michel Chaumet, MAIF : L’histoire d’un défi, Paris, Le Cherche midi,‎ 1998 (ISBN 978-2862745770).

Articles de journaux[modifier | modifier le code]

  • Laurent Thevenin, « Dominique Mahé PDG militant de la Maif », Les Échos,‎ 18 juin 2014 (lire en ligne).
  • Maryline Baumard, « La schizophrénie de l'école française », Le Monde,‎ 7 décembre 2013 (lire en ligne).
  • Stéphane Urbajtel, « Le vrai pouvoir des mutuelles. Une ville sous dépendance. », L'Express,‎ 20 septembre 2007 (lire en ligne).
  • Stéphane Urbajtel, « Le vrai pouvoir des mutuelles. Comment elles ont façonné l'environnement local. », L'Express,‎ 20 septembre 2007 (lire en ligne).
  • Pascal Canfin, « La MAIF tente le pari du manager militant », Le Monde Initiatives, no 29,‎ avril 2004, p. 21 (ISSN 1630-5027).
  • Stéphane Urbajtel, « La chute de la maison Camif. », L'Expansion,‎ 1er décembre 2003 (lire en ligne).
  • Rédaction Stratégies, « La Maif lance sa première campagne grand public », Stratégies,‎ 22 septembre 2000 (lire en ligne).
  • Sophie Fay, « Les mutuelles affrontent sereinement la vive concurrence des groupes bancaires », Le Monde,‎ 4 juin 1997 (lire en ligne).
  • Rédaction Le Monde, « La MAIF étend ses assurances aux proches des instituteurs. », Le Monde,‎ 6 mai 1988 (lire en ligne).
  • Thierry Bréhier, « Mutualiste et capitaliste », Le Monde,‎ 18 décembre 1980 (lire en ligne).

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]