Muttahida Qaumi Movement

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mouvement Muttahida Qaumi

Description de cette image, également commentée ci-après

Logo officiel

Présentation
Fondation 1984
Dirigeant Altaf Hussain
Fondateur Altaf Hussain
Représentation
Députés
23 / 342
Sénateurs
7 / 104
Représentation régionale
Députés du Penjab
0 / 371
Députés du Sind
51 / 168
Députés de Khyber Pakhtunkhwa
0 / 124
Députés du Balouchistan
0 / 65
Orientations
Idéologie sécularisme, libéralisme
Couleurs rouge, vert et blanc
Informations
Siège Karachi, Pakistan
Site web www.mqm.org

Le Muttahida Qaumi Movement ou MQM (en ourdou : متحدہ قومی موومنٹ ; en français : Mouvement national uni) est un parti politique pakistanais d’inspiration libérale et séculière. Il représente surtout la population mohajir (immigrée) urbaine de langue ourdou. C’est le quatrième plus important parti du Pakistan, et il trouve principalement ses électeurs dans la province du Sind et surtout à Karachi, plus grande ville du pays, où il est largement majoritaire.

Jusqu’au 26 juillet 1997 il s’était appelé Mohajir Qaumi Movement (Mouvement national des immigrés). Il a changé son nom dans le but de pouvoir représenter toute la population pakistanaise mais son électorat reste surtout communautarisé. Il est impliqué dans de nombreuses polémiques de violences liées à la criminalité de Karachi[1].

Idéologie[modifier | modifier le code]

Il s’agit d’un parti politique ethnique visant à représenter la population mohajir (immigrée) urbaine de langue ourdou (plusieurs millions de musulmans) qui s’était réfugiée au Pakistan en provenance de l’Inde après la partition de 1947. Le MQM défend les droits des Mohajirs au Pakistan, vise à améliorer leur statut socio-économique et à leur assurer plus de pouvoir sur le plan politique. Son opposition radicale aux islamistes, vaut aux responsables du parti d’être la cible de violentes attaques.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

Le Mohajir Qaumi Movement (Mouvement national des immigrés) est fondé en 1984 par Altaf Hussain dans le but de représenter les mohajirs, population immigrée d'Inde et de langue ourdou[1]. Son fondateur avait créé le la All Pakistan Muhajir Student Organization, organisation étudiante représentant également les mohajirs. Le mouvement vise a améliorer la situation de cette population, minoritaire à l'échelle nationale mais largement majoritaire à Karachi, la plus grande ville du pays.

Implications dans les violences des années 1990[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Criminalité à Karachi.

À partir de 1992, le parti connait de nombreuses dissidences et progressivement plusieurs factions apparaissent, dont les deux principales sont la MQM-A dirigée par Altaf Hussain et la MQM-Haqiqi fondée par Afaq Ahmed et Aamir Khan[1].

Ces divisions ont conduit à une forte augmentation de la criminalité à Karachi alors que les partisans des différentes factions sont souvent armés. Des groupes nationalistes sindhis ont également été impliqués. En réaction, l'armée pakistanaise soutenue par le gouvernement de Nawaz Sharif mène des opérations militaires dans la ville du 19 juin 1992 au 16 août 1994, qui ont été critiquées car elles auraient surtout visé la faction d'Altaf Hussain dans le but alléger d'affaiblir le parti[1]. Toutefois, en 1994 et 1995, ces violences politiques atteignent leur paroxysme avec plus de 1 800 morts durant cette dernière année[1]. Les principaux fondateurs du parti, Altaf Hussain et Imran Farooq, sont exilé à Londres depuis 1992 et 1999 respectivement. Le , Imran Farooq, membre fondateur du parti, est poignardé à Londres où il était en exil[2] mais Altaf Hussain dirige toujours son parti depuis l'étranger.

Élections de 2002 et soutien à Musharraf[modifier | modifier le code]

Aux élections législatives du 20 octobre 2002, le MQM a recueilli 3,1 % des voix et 13 sièges sur 272 à l’Assemblée nationale (qui compte en tout 342 sièges, dont 60 réservés pour les femmes et 10 pour les minorités religieuses). Aux élections municipales d’août 2005, le MQM a présenté des listes sous la dénomination Haq Parast Group car les partis sont officiellement bannis pour ce type d’élection. Il avait déjà obtenu des sièges par le passé à des élections législatives sous cette appellation. Syed Mustafa Kamal a été maire de 2005 à 2010.

Élections de 2008 et participation au gouvernement[modifier | modifier le code]

Altaf Hussain dirige son parti depuis 1984.

Après les élections législatives de 2008, le parti réalise la meilleure performance de son histoire avec 25 sièges obtenus à l’Assemblée nationale. Il a notamment réuni environ 75 % des voix à Karachi. Le parti est depuis membre de la coalition parlementaire dirigée par le Parti du peuple pakistanais et composée également du Parti national Awami et de le Jamiat Ulema-e-Islam. À la suite de ces mêmes élections, il est le deuxième parti de l’Assemblée provinciale du Sind et forme une coalition avec le Parti du peuple pakistanais.

En 2010, la violence et la campagne d’assassinats ciblés frappant Karachi s’intensifient en frappant beaucoup de membres de partis politiques, et surtout ceux du MQM. À la suite de l’assassinat du député provincial Raza Haider le 2 août, des violences éclatent dans la ville et auraient fait environ 80 morts. Le 17 octobre 2010, alors que des élections partielles sont tenues pour remplacer le député, de nouvelles violences éclatent et plus de 30 personnes sont tuées dans plusieurs fusillades. Le MQM a alors menacer de quitter la coalition gouvernementale afin de protester contre l’échec des autorités de protéger les habitants de Karachi.

Le 2 janvier 2011, après des mois de tensions avec le gouvernement fédéral, le MQM et ses 25 députés quittent la coalition, plaçant le gouvernement en minorité à la chambre basse[3]. Le parti invoque alors la hausse du prix des carburants décidée par le gouvernement. Après plusieurs journées de crise politique, le gouvernement revient sur sa décision de hausse des prix des carburants, et le MQM rejoint la coalition parlementaire le 7 janvier alors que le Premier ministre Youssouf Raza Gilani s’est rendu à Karachi pour rencontrer les dirigeants du MQM dans leur quartier général.

Le 27 juin 2011, les dirigeants du MQM annoncent que le parti quitte définitivement la coalition gouvernementale, indiquant que les dirigeants du PPP ne les respectent pas. Il quitte également la coalition dans le Sind et les ministres du MQM démissionnent, ainsi que le gouverneur de la province du Sind. Le parti se rapproche ensuite du principal parti d’opposition, la Ligue musulmane du Pakistan (N). Pourtant, cette fois, le parti ne menace pas la majorité du gouvernement puisque ce dernier intègre désormais la Ligue musulmane du Pakistan (Q).

Élections de 2013[modifier | modifier le code]

Lors des élections du 10 mai 2013, le parti réussi à tenir relativement ses positions dans ses fiefs politiques, à Karachi et Hyderabad, mais perd toutefois deux sièges de députés fédéraux et trois provinciaux. Ces élections voient également l’émergence d'un parti critique envers le MQM, le Mouvement du Pakistan pour la Justice qui remporte un député à Karachi et ses partisans manifestant en accusant le MQM de fraudes électorales[4],[5].

Représentation parlementaire[modifier | modifier le code]

Syed Mustafa Kamal, maire MQM de Karachi de 2005 à 2010.
Élections % de suffrages
(échelle nationale)
Nombre de sièges à
l'Assemblée nationale
Nombre de sièges à
l'Assemblée provinciale du Sind.
Législatives de 1988 ? 11 ?
Législatives de 1990 5,5 % 15 ?
Législatives de 1993 Boycott Boycott Boycott
Législatives de 1997 4,0 % 12 ?
Législatives de 2002 3,1 % 13 ?
Législatives de 2008 7,4 % 25 51
Législatives de 2013 5,4 % 23 48

Personnalités marquantes du parti[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (en) Pakistan: Information on Mohajir/Muttahida Qaumi Movement-Altaf (MQM-A) sur Refworld, le 9 février 2004
  2. « Un responsable politique pakistanais poignardé à Londres », Le Monde, 17 mai 2010.
  3. (en) « MQM bombshell rocks coalition » (« Le MQM ébranle la coalition »), Dawn.com. Consulté le 3 janvier 2011.
  4. (en) Day 2 of dharnas: Protesters defy ban to voice their anger sur The Express Tribune, le 14 mai 2013.
  5. (en) Pakistan MQM's Altaf Hussain attracts UK police interest sur BBC News, le 16 mai 2013.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]