Musique vietnamienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La musique vietnamienne est une synthèse originale des influences chinoise, indienne, indonésienne, occidentale et bouddhique.

Elle est pentatonique et est marquée par l'improvisation et l'intonation de la langue vietnamienne, ainsi que par une certaine mélancolie dans les choix harmoniques (accords mineurs) et les thèmes chantés. Il existe par ailleurs des différences marquées entre le Nord et le Sud, et entre les zones montagneuses et les plaines côtières. S'il existe encore une musique savante, la musique folklorique est particulièrement développée dans tous le pays.

Musique traditionnelle[modifier | modifier le code]

La musique traditionnelle est extrêmement diverse selon les régions du pays. Il s'agit d'une musique modale avec deux modes (dieu) principaux :

  • Bac, (« nord ») est de caractère joyeux.
  • Nam, (« sud ») est de caractère triste.

Lors de l'exécution d'une pièce, une longue introduction instrumentale (dao ou rao) permet à l'auditeur de se familiariser avec le mode avant de jouer les morceaux principaux, à la manière de l'alap du râga indien.

Le bouddhisme vietnamien a une musique vocale très riche née au XIXe siècle, en bénéficiant de l'influence de la musique de cour. On distingue trois traditions réservées aux rituels : celle du Nord, celle du Centre avec trois styles de prière (la psalmodie tùng, le cantique de louanges tæn et la sollicitation th‹nh ; un ensemble instrumental les accompagne, notamment lors de la cérémonie Khai Kinh ou « ouverture des textes sacrés » et celle du Sud.

Nhac cung dinh[modifier | modifier le code]

Le nhac cung dinh est la musique de Cour (quan nhạc, nha nhai ou nhạc dai noi) de Huê joués sur deux ensembles disparates jusqu'au XXe siècle :

Dai nhạc[modifier | modifier le code]

Le dai nhạc (« grande musique ») pratiquait la liturgie bouddhiste depuis le XIIIe siècle avec de 9 à 24 instruments.

Nhã nhạc[modifier | modifier le code]

Le nhã nhạc (« musique élégante ») ou tieu nhạc (« petite musique »), avec de 9 à 14 instruments, basée sur huit répertoires différents fixés par Luong Dang depuis le XVe siècle. Pouvait jouer des musiques autres que celles de cour.

Ensemble traditionnel.
  • Musiques rituelles :
    • Giao nhạc, musique de l'Esplanade du ciel exécutée à l'occasion du sacrifice au Ciel et à la Terre.
    • Mieu nhạc, musique des temples, exécutée au temple de Confucius et aux temples des Souverains.
    • Ngu tu nhạc, musique des cinq sacrifices.
    • Cuu nhut nguyêt giao trung nhạc, musique pour le secours au Soleil et à la Lune en cas d'éclipse.
    • Dai trieu nhạc, musique des grandes audiences.
    • Thuong trieu nhạc, musique des simples audiences.
  • Musiques de divertissement :
    • Dai yen cuu tâu nhạc, musique des grands banquets.
      Joueur de vièle
    • Cung trung chi nhạc, musique de divertissement du palais.

Hát chầu văn[modifier | modifier le code]

Le hát chầu văn ou hát văn ou chầu văn est une musique spirituelle jouée pour invoquer les esprits durant les cérémonies de possession du culte dong bong. Très rythmée, elle recherche la transe, et est chantée par l'un des musiciens qui l'accompagnent à la vièle dan nhi ou au luth dan nguyet. Avant 1986, le gouvernement vietnamien le réprimait ainsi que les autres formes d'expression religieuse. Depuis, le genre a été revitalisé par des musiciens comme Phạm Văn Tỵ.

Nhạc le[modifier | modifier le code]

Le nhạc le est une musique cérémonielle liée à la cour de Huê. D'origine chinoise, elle a influencé le dai tai tu en devenant populaire.

Ensemble de nhạc dân tộc cải biên

Nhạc dân tộc cải biên[modifier | modifier le code]

Le nhạc dân tộc cải biên est une forme de musique traditionnelle apparue après la création du Conservatoire de musique d’Hanoï en 1956. La musique traditionnelle est transcrite selon la notation musicale occidentale, tandis que des instruments et des éléments de l'harmonie occidentale sont ajoutés. Le nhạc tộc cải biên est souvent critiqué par les puristes pour cette approche du son vietnamien.

Ca trù[modifier | modifier le code]

Ca trù
Article détaillé : Ca trù.

Le ca trù (ou hát ả đào) est une forme de musique du nord du pays, avec un répertoire composé de chants cultuels, de rivalité ou de divertissement. Il n'y a pas de mélodie fixe car elle varie en fonction de la langue à tons. Cette musique populaire qui aurait été créée par Ả Đào, une chanteuse qui aurait charmé « l'ennemi » avec sa voix tandis qu'elle frappe une planchette de bois avec une baguette, accompagnée par un luth ou un tambour et souvent dansé aussi. La plupart des chanteurs du genre restent des jeunes femmes. Dans les années 1980, le genre a été revitalisé par le relâchement de la répression gouvernementale.

Ca huê[modifier | modifier le code]

Le ca huê est une ancienne forme de musique de chambre aristocratique liée au divertissement au centre du pays. Le dan huê ou nhạc huế en est la musique, datant du XVIIe siècle. Il est interprété par une chanteuse accompagnée d'un ensemble de trois ou cinq instruments à cordes (luths, cithare et vièles : Ngu Tuyêt : les cinq parfaits) jouant sur les modes bac et nam.

Dan tai tu[modifier | modifier le code]

Le dan tai tu ou nhạc tài tử est l'équivalent des précédents pour le sud du pays depuis le XIXe siècle. Musique de divertissement destinée aux « amateurs », elle use des mêmes modes mais en y instillant des nuances de caractère sentimental, correspondantes à des états émotionnels. Principalement instrumentale et improvisée, elle se joue avec les cordes dàn tranh, ty ba, dan kim, dan tam, dan co et les percussions song lang.

Musique d'opéra et de théâtre[modifier | modifier le code]

Le théâtre vietnamien est fortement influencé par l'opéra chinois. Les principaux genres sont le hát tuồng, le hát chèo et le Hát cải lương. Ces formes ne sont plus très populaires. Le genre roi nuoc a récemment regagné la faveur du public.

Hát chèo[modifier | modifier le code]

Le hát chèo (« chant comique ») est un théâtre populaire apparu au Xe siècle dans le delta du fleuve Rouge, au nord du pays, il est considéré comme la plus ancienne forme d'opéra vietnamien existante. Les histoires sont souvent des légendes populaires. La musique est jouée à l'aide de flûtes, de cordes (dan nguyêt, dàn tranh, nhi, liu et ho) et de percussions, par les phuong, des troupes semi-professionnelles, mais le gouvernement a entrepris de sauvegarder ce patrimoine considéré alors comme de seconde zone.

Hát tuồng[modifier | modifier le code]

Le hát tuong ou hát bôi, est un théâtre classique de cour importé de Chine au XIVe siècle. Il servait initialement à divertir la noblesse et l'armée avant d'être adapté pour des troupes itinérantes au XIXe siècle, devenant très proche de l'opéra chinois. Les histoires sont souvent historiques. Comme le cheo, le genre utilise des personnages types reconnaissables par leurs maquillages et leurs costumes. Les six musiciens jouent des cordes, des vents et le tambour de bataille.

Múa rối nước

Hát Cải lương[modifier | modifier le code]

Comparé au tuồng et au chèo, le cải lương est un opéra rénové reste encore populaire. Il apparaît au XIIe siècle et traite de thèmes à la fois historiques et contemporains. Il a été adapté au début du XXe siècle, aux innovations modernes et à l'influence française, et peut par exemple inclure des guitares électriques. L'accompagnement est joué par un nhac tai tu notamment. C'est une forme complexe et partiellement improvisée de musique de chambre proche du dan tai tu, musique des « amateurs », du sud du pays.

Múa rối nước[modifier | modifier le code]

Les múa rối nước (marionnettes sur eau) sont une forme d'art originale apparue au Viêt Nam au Xe siècle. Le spectacle prend place sur une mare derrière un rideau en bambou peint, avec des marionnettes actionnées par des mécanismes complexes de perches et de fils. La musique est principalement constituée de percussions.

Hẩm

Musique folklorique[modifier | modifier le code]

Il existe un grand nombre de musiques régionales en vertu de la diversité géographique et ethnique du pays.

Le ngâm tho est la poésie chantée folklorique incorporée dans le théâtre et devenue une forme urbaine de musique de chambre depuis 1950. Il s'agit d'improvisation collective non mesurée et accompagnée par des instruments. Le répertoire le plus populaire est formé par le ngam kieu de Nguyen Du, une épopée de 3 000 vers dont on joue des nuits durant des extraits (lay).

Le quan họ ou quan họ bắc ninh est populaire à Hà Bắc et dans tout le pays. De nombreuses variations existent, en particulier dans les provinces du Nord. Chanté a cappella, il est improvisé et joué lors de rituels.

Les chants de travail ho sont des chants à répons employés dans bien des professions pénibles.

Hát xẩm

Les chants populaires ly sont des chants d'amour, de nostalgie ou de divertissement.

Les chants ru sont des berceuses.

Les chants nhac dam ma sont des lamentations funéraires accompagnées d'un petit orchestre (hautbois, flûte, vièles et percussion).

Les ensembles nhac ngu am (« musique des cinq sons ») se chargent de certains rituels religieux cao-dai. L'ensemble civil van composé de 4 vièles et une percussion peut aussi jouer en dehors de ces occasions. L'ensemble militaire vo, composé d'un hautbois et de percussions joue dans les processions et pour les funérailles.

Le xẩm ou hát xẩm (xẩm chantant), populaire au nord du pays, remontant au XIVe siècle, est en danger de disparition ; il est joué habituellement par des mendiant itinérant aveugles.

Instruments de musique[modifier | modifier le code]

Dan nguyêt

Vents :

Cordes :

Percussions :

Dan tranh

Musique actuelle[modifier | modifier le code]

Principalement basée dans les communautés vietnamiennes des pays d'Amérique du Nord, d’Europe ou d'Australie, la musique vietnamienne a rarement connu un succès de retentissement mondial. Néanmoins, les collaborations entre artistes vietnamiens et européens ne sont pas inexistantes, tels les duos entre Marc Lavoine et Phạm Quỳnh Anh ou la chanson-légende Chú Mèo Ngủ Quên de Trịnh Thanh Duyên et Awaken.

La musique pop a longtemps été dominée par les compositeurs Diệp Minh Tuyền, Thanh Tùng et surtout Pham Duy, Trịnh Công Sơn et Văn Cao. Le rock vietnamien est aussi en pleine évolution.

Les principaux compositeurs actuels sont :

Hồ Ngọc Hà

Les groupes et chanteurs actuels sont :

Références[modifier | modifier le code]

  • (en) Blackburn, Philip. Ancient Rock Music. 2000. In Broughton, Simon and Ellingham, Mark with McConnachie, James and Duane, Orla (Ed.), World Music, Vol. 2: Latin & North America, Caribbean, India, Asia and Pacific, pp 262-269. Rough Guides Ltd, Penguin Books. ISBN 1-85828-636-0

Liens externes[modifier | modifier le code]