Musique néerlandaise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La musique néerlandaise a un riche passé dans la musique classique. Malgré les liens du pays avec la Bourgogne ou l'Espagne, la langue néerlandaise a été un vecteur d'unité parmi les musiciens. Bien que situés près de la Scandinavie, les Pays-Bas ont connu un destin différent concernant leur musique traditionnelle, influencée par l'Allemagne, plus proche. Les chansons traditionnelles sont représentées par le levenslied, un genre proche de la variété sentimentale dont André Hazes, Willy Alberti et Koos Alberts sont des représentants connus.

Des styles de musiques électroniques néerlandaises comme la techno, le hardcore, le hardstyle, le gabber, la trance ont également prises une place mondiale ; des disc-jockeys notables comme Tiësto, Armin van Buuren, Ferry Corsten, Sander van Doorn, Fedde le Grand, Hardwell, Afrojack et Angerfist, ont su conquérir les festivals et événements du genre. The Amsterdam Dance Event (ADE) is the world's leading electronic music conference and the biggest club festival for the many electronic sub-genres on the planet[Traduire passage].

La musique actuelle, également, a pris un essor tout particulier aux Pays-Bas avec des mouvements tels le nederpop chanté en anglais et en néerlandais avec des groupes tels Golden Earring et Shocking Blue, mais aussi dans les domaines du jazz ou de la musique électronique.

Musique classique[modifier | modifier le code]

Jan Pieterszoon Sweelinck.

Les Pays-Bas ont eu une culture classique dès le Moyen Âge avec la présence d'orgue, mais ce n'est qu'à la Renaissance qu'elle émerge avec l'École franco-flamande dont Jacob Obrecht en est la figure marquante. L'Antwerps liedboek témoigne de chansons flamandes dès 1544. Jan Pieterszoon Sweelinck était un compositeur, organiste et pédagogue baroque surnommé l'« Orpheus d'Amsterdam » du fait de sa qualité d'improvisateur. Réputé parmi ses pairs, il adapta nombre d'œuvres anglaises et vice versa et fut le maître des Écoles allemandes d'orgue. Son contemporain Jacob van Eyck fut un carillonneur réputé dans tout l'Europe. Alphons Diepenbrock fut un compositeur dont les œuvres mêlaient polyphonie renaissance et chromatisme wagnérien.

Willem Pijper est la figure emblématique de la période moderne avec des œuvres atonales dès 1919 comportant des accents émotifs telle la 3e Symphonie (1926), et monotonales à la fin de sa vie. Il fut aussi un grand pédagogue au sein des conservatoires d'Amsterdam et de Rotterdam. De la même période on peut citer les compositeurs Bernard Zweers, Bernard van Dieren, Matthijs Vermeulen, Hendrik Andriessen, Henriëtte Bosmans, Rudolf Escher. Ton de Leeuw est un compositeur microtonal dont l'œuvre maîtresse est l'opéra, Antigone. Les deux fils d'Hendrik Andriessen sont des compositeurs renommés, Jurriaan Andriessen et Louis Andriessen, un compositeur expérimentant le sérialisme (Series, 1958), le pastiche (Anachronie I, 1966-67), les bandes (Il Duce, 1973) et le minimalisme ou le jazz (De Staat) américains se démarquant du romantisme allemand. Ses autres pièces maîtresses sont De Materie (1984-88), et les opéras Rosa : A Horse Drama (1994) et Writing to Vermeer (1998). Les compositeurs les plus récents sont Klaas de Vries, Jacob Ter Veldhuis, Guus Janssen et Cornelis de Bondt.

Enfin, on se doit de citer le violoniste le plus célèbre du pays, dont la carrière a largement débordé les frontières : André Rieu.

Musique traditionnelle[modifier | modifier le code]

La musique traditionnelle se caractérise par une ligne de basse très marquée, à tel point qu'elle n'est pas secondaire et accompagnante, mais première et dominante notamment dans la musique à danser où malgré une mélodie rapide, les danseurs vont suivre sa ligne lente. Les sabots portés lors de ces danses ont en outre une fonction percussive étant donné qu'ils sont entièrement en bois. Ces danses campagnardes furent amenées en ville lors de l'urbanisation au XIXe siècle, mais leurs collectages en milieu rural n’intervinrent qu'au XXe siècle par Cobi Schreijer et Ate Doornbosch notamment. Dans les années 1970 il y eut de plus un roots revival (« retour aux sources ») avec des artistes tels Gerard van Maasakkers, Jos Koning, Dommelvolk, RK Veulpoepers BV, Fungus, Wolverloi, Pitchwheel, Törf, Folkcorn, Twee Violen en een Bas, Dubius, Mus, Folkcorn, Matzko et Wè-nun Henk. La région de Frise fut particulièrement touchée par cette vague avec des chants en frison par Irolt. Le folklore y est très vivant avec des festivals où se produisent des ensembles skotsploech.

Enfin la musique de fanfare est très vivace dans tout le pays ainsi qu'en témoigne la liste des fanfares des Pays-Bas.

Musique actuelle[modifier | modifier le code]

Han Bennink.

Le jazz a rencontré un certain succès auprès des Néerlandais. Le North Sea Jazz Festival attire nombres d'artistes internationaux[1]. Parmi les nationaux, Misha Mengelberg est un pianiste compositeur ayant côtoyé Derek Bailey, Peter Brötzmann, Evan Parker, Anthony Braxton et Eric Dolphy. En 1966 il joua au Newport Jazz Festival en s'associant avec Piet Noordijk et le batteur percussionniste Han Bennink. Ce dernier accompagna aussi nombre de musiciens américains tels Dexter Gordon, Sonny Rollins et Eric Dolphy ; il joua dans le trio de Peter Brötzmann et Fred Van Hove puis dans Clusone 3 (ou Clusone Trio). Il accompagna aussi Derek Bailey, Don Cherry et Alexander von Schlippenbach. Willem Breuker est un compositeur, arrangeur, saxophoniste et clarinettiste qui dirige depuis 1974 le Willem Breuker Kollektief. Moins connu, le Dutch Swing College Band est sans doute la plus ancienne formation jazz du pays. Le flûtiste Chris Hinze est une autre figure marquante ayant frayé avec la musique classique ou world. Dans le domaine du rock'n'roll, Peter Koelewijn fut le premier à chanter en néerlandais dès les années 1950. Puis ce fut le tour de Boudewijn de Groot dans les années 1960, et de Rob de Nijs dans les années 1970 suivi d'André Hazes dans les années 1980, puis Marco Borsato domina les années 1990 avec Jan Smit, Frans Bauer, Gerard Joling, Guus Meeuwis et René Froger.

Nombre de groupes de rock néerlandais suivirent la même veine, dont les Indorock (des membres de la communauté Indo de La Haye) des années 1950 furent les précurseurs avec The Tielman Brothers et Blue Diamonds. Les années 1960 virent le succès de Golden Earring, The Outsiders et Shocking Blue qui connurent en premier le succès dans le rock psychédélique bientôt suivis par The Cats, Tee Set, Cuby & the Blizzards, Brainbox et George Baker dans le rock progressif des années 1970 où Herman Brood devint une star, précédant Polle Eduard, Bots and Normaal, puis Doe Maar, Het Goede Doel et De Dijk dans les années 1980 suivit dans les années 1990 par le succès d'Acda en de Munnik, Bløf, Van Dik Hout, Kane, Gruppo Sportivo, Massada, Vitesse, Solution, The Nits et Focus. Les clubs Amsterdam's Paradiso et Melkweg ont longtemps été des plaques tournantes de première importance pour tous les groupes alternatifs ou undergrounds anglo-saxons. Le boerenrock (« rock fermier ») mêle rock et pop avec des éléments régionaux humoristiques parfois chantés en dialecte par les groupes BZB, WC Experience, Normaal, Jovink en de Voederbietels, Rowwen Hèze, Neet Oét Lottum, Mooi Wark, Twarres et Jitiizer.

Le mouvement punk a été initié aux Pays-Bas par Ivy Green et Tedje en de Flikkers dont les performances scéniques avaient autant un caractère politique que sexuel ou musical ; les groupes The Ex, De Kift et De Heideroosjes leur ont succédé. Le rock indies des années 1990 à 2000 est représenté par Bettie Serveert, Alamo Race Track, Johan, Spinvis, Gem, Bauer, Daryll-Ann, zZz, Voicst et Yuri Landman. Le metal est aussi bien représenté depuis 1990 dans le pays avec le metal symphonique joué par Within Temptation, The Gathering, After Forever et Epica. Le death metal a aussi ses représentants tels Gorefest, Pestilence, God Dethroned, Severe Torture et Vandenberg. Par ailleurs, le groupe américain Van Halen fut créé par le Néerlandais Edward Van Halen.

Le disco eut du succès avec Luv', Dolly Dots, Spargo et Time Bandits.

Musique électronique/dance[modifier | modifier le code]

Au début des années 1990, les disc-jockeys néerlandais développent leur style de musique électronique indépendant appelé gabber[2],[3]. Le style s'est développé en réponse à la commercialisation massive de la musique house et s'est principalement inspiré du style hardcore de Francfort et de New York. Ce type de musique, considéré comme un type de techno extrême, atteignait les 260 BPM. L'un des premiers extended plays gabbers s'intitulait Amsterdam waar lech dat dan? du groupe Euromasters[4]. À la fin des années 1990, le gabber était simplement nommé sous le terme « hardcore », puis scindé en deux genres distincts : le happy hardcore, puis le mainstream hardcore au début des années 2000. Parmi les artistes happy hardcore se trouvent Charly Lownoise & Mental Theo, Party Animals, Flamman & Abraxas, et Scooter.

La musique eurodance est représentée par 2 Unlimited, Alice DeeJay, Vengaboys, Two brothers on the 4th Floor etTwenty Four Seven. Les DJ de Trance néerlandaise sont Tiësto, Ferry Corsten et Armin van Buuren. Le Drum and bass est aussi populaire avec Noisia, Black Sun Empire et Unit Moebius. Le groupe Urban Dance Squad avec Rude Boy (qui jouera avec Junkie XL) mélange rock and roll, hip-hop et nu metal. Le rap néerlandais nederhop a été créé par Osdorp Posse qui chante en néerlandais depuis 1988. Pete Philly & Perquisite, Extince, Brainpower, Opgezwolle et Def Rhymz sont ses dignes successeurs.

Par ailleurs, des musiciens originaires des anciennes colonies néerlandaises tel Tala Mena Siwa et le Moluccan Moods Orchestra des Moluques ou William Souvenir et Carlo Jones dans le style kaseko du Suriname sont devenus populaires aussi.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Rotterdam North Sea Jazz Festival » (consulté le 22 août 2013).
  2. (en) Rueben Acciano, Western Europe,‎ 2005 (ISBN 1740599276, lire en ligne), p. 836.
  3. (en) Neal Bedford et Simon Sellars, The Netherlands,‎ 2007 (ISBN 1741042992, lire en ligne), p. 208.
  4. (es) Bill Brewster et Frank Broughton, La historia del DJ / The DJ's Story, Barcelone (Espagne),‎ 2007 (ISBN 978-84-96222-79-3, lire en ligne), p. 68

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Wim Bloemendaal, "Tilting at Windmills", in World Music, Vol. 1: Africa, Europe and the Middle East, Broughton, Simon and Ellingham, Mark with McConnachie, James and Duane, Orla (Ed.), Rough Guides Ltd, Penguin Books, 2000.(ISBN 1-85828-636-0)
  • (fr) Charles Van den Borren, Les Origines de la musique de clavier dans les Pays-Bas (Nord et Sud) jusque vers 1630, Georg Olms Verlag, 1977. ISBN 3487063182, 9783487063188
  • (nl) Musique traditionnelle