Musique finlandaise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La musique finlandaise est apparentée aux autres musiques scandinaves (norvégienne et suédoise) et baltiques (lituanienne, partageant une culture assez proche, mais aussi à la musique russe, en vertu de l'annexion de pays à la Russie au XIXe siècle.

La musique traditionnelle carélienne, telle qu'elle s'exprime par le Kalevala est considérée comme l'expression la plus pure des mythes et croyances finnois, et la moins influencée par la culture germanique. Cette musique traditionnelle finnoise vit un renouveau depuis quelques décennies, et est devenue une branche de la musique populaire. Les peuples du nord de la Finlande, les Sami, ont en outre leur propre tradition musicale.

La musique classique a trouvé en Sibelius un compositeur attaché aux valeurs nationales ayant pourtant une envergure internationale.

La musique contemporaine populaire inclut une scène renommée de rock et de metal, phénomène musical partagé avec les autres pays nordiques, mais aussi un attrait particulier pour le schlager ou le tango.


Musique traditionnelle[modifier | modifier le code]

Bubnu saami

Il y a deux traditions principales dans la musique folklorique finlandaise :

La musique des Saamis se distingue par le chant a cappella joik (prononcé « yoïk »), clamé lentement du fond de la gorge, en faisant transparaître de la colère ou de la douleur. Les missionnaires chrétiens et les prêtres les ont qualifiés de « chansons du diable ». On y trouve aussi les chants lavlu et vuelie. De nos jours, les joiks sont fréquemment accompagnés par des instruments.

Instruments de musique[modifier | modifier le code]

Vents :

Kantele

Cordes :

Percussions :

Sibelius

Musique classique[modifier | modifier le code]

Les premiers concerts classiques datent du XVIIIe siècle à Turku ; Erik Tulindberg y composa six quartets fameux. Après l'annexion russe de 1809, Viipuri et Helsinki devinrent des centres culturels et le premier opéra finnois fut écrit par le compositeur allemand Fredrik Pacius en 1852, de même que l'hymne national Maamme en 1863.

Le compositeur Jean Sibelius est certainement la plus grande figure de la musique classique finlandaise, et un symbole de cette culture, notamment avec la symphonie Kullervo et les poèmes symphoniques Tapiola et Finlandia qui eurent leur importance lors du mouvement pour l'indépendance.

D'autres compositeurs appartiennent au romantisme finnois : Heino Kaski, Yrjö Kilpinen, Leevi Madetoja et Toivo Kuula.

Le XXe siècle devait voir s'affirmer l'opéra finlandais : Leevi Madetoja avec Pohjalaisia, et Aarre Merikanto avec Juha furent des succès dans les années 1920, suivis par Uuno Klami, Einar Englund et Erik Bergman. Les années 1940 avec Joonas Kokkonen et Usko Meriläinen devaient voir des innovations musicales marquantes.

Aulis Sallinen renouvelle le genre en 1970 avec Ratsumies et Punainen viiva ; Magnus Lindberg lui emboîte le pas ainsi que Einojuhani Rautavaara, Kaija Saariaho et Jouni Kaipainen.

Il y a aussi un grand nombre de chefs d'orchestres talentueux, tels que Esa-Pekka Salonen, Jukka-Pekka Saraste, Susanna Mälkki et Leif Segerstam.

Musique actuelle[modifier | modifier le code]

La musique populaire est très variée en Finlande. L'iskelmä (« hit ») est une variante locale du schlager apparue dès les années 1930 avec Georg Malmstén, Olavi Virta et Tapio Rautavaara. Après guerre, Laila Kinnunen, Annikki Tähti, Brita Koivunen et Vieno Kekkonen eurent du succès en reprenant des tangos.

Le tango finlandais satumaa fut un style musical particulièrement populaire et original en Finlande durant les années 1940 et 1950, à la croisée entre le tango argentin pour la musique, et la musique traditionnelle russe pour les paroles et le chant. Les trois plus fameux représentants du tango finlandais sont Olavi Virta, Eino Grön, Reijo Taipale. On rencontre d'autres danses modernes tels le humppa ou le jenkka.

Les iskelmä furent réellement à l'honneur à partir des années 1970 avec Katri Helena, Danny (Ilkka Lipsanen), Fredi, Eino Grön, Erkki Junkkarinen, Frederik, Marion Rung, Tapani Kansa, Kirka, Matti & Teppo, Jari Sillanpää, et Kikka Sirén.

Les chanteurs pop de variétés Maija Vilkkumaa, Anssi Kela, Irina, Anna Eriksson, Hanna Pakarinen, Antti Tuisku, Scandinavian music group et PMMP chantent principalement en finnois.

Les musiciens finlandais de jazz les plus célèbres sont Edward Vesala, Alexi Tuomarila, Heikki Sarmanto, Eero Koivistoinen, Sakari Kukko du groupe Piirpauke, Joonas Haavisto, Jarmo Savolainen, Markku Ounaskari, Joona Toivanen, Jukkis Uotila, Samuli Mikkonen, Iro Haarla, Juhani Aaltonen, Pekka Pohjola, Verneri Pohjola, Iiro Rantala, Black Motor et Jukka Tolonen.

Suomirock est le mot qui signifie musique rock finlandaise d'après la musique rock arrivée en Finlande dans les années 1950. Dès les années 1970, des groupes tels Blues Section, Wigwam, Tasavallan Presidentti et Hurriganes acquièrent un succès dans les pays nordiques.

Le mouvement punk a vu le succès de Pelle Miljoona, Terveet Kädet, Eppu Normaali, Dingo et dans une moindre mesure Hassisen Kone, Sielun Veljet, Kauko Röyhkä et Hanoi Rocks.

Dans le même temps, Hector, Juice Leskinen, Dave Lindholm chantent en finnois.

Les scènes rock et metal finlandaises sont extrêmement actives (le pays compte par exemple plus de 2 000 groupes de metal). Les principaux représentants sont  : Nightwish, Amorphis, Waltari, Stratovarius, Sentenced, Sonata Arctica, Children of Bodom, Ensiferum, Charon, Korpiklaani, Finntroll, HIM, et The 69 Eyes. La scène finlandaise gagne en popularité aux États-Unis depuis la fin des années 1990, avec notamment le groupe de metal symphonique Apocalyptica, un quartet de violoncellistes, ayant connu un succès dans le monde avec un disque de reprises du groupe Metallica et en 2007, le groupe Nightwish qui a battu tous les records jamais établis en Finlande. Le groupe Lordi, avatar de la tendance musicale hard rock/heavy metal, a gagné la compétition musicale de l'Eurovision 2006, avec la chanson « Hard Rock Hallelujah ». Du côté industriel, on peut aussi noter Turmion Kätilöt et Ruoska.

Pour la musique pop-rock, The Rasmus est le groupe phare, notamment avec l'album « Dead Letters » (huit disques d'or et cinq de platine) ; le tube « In The Shadows » s'est positionné parmi les meilleures ventes dans onze pays, et le clip vidéo fut le clip le plus diffusé sur MTV Europe durant l'année 2005. Sunrise Avenue a également connu quelques succès à l'international depuis 2006.

Vers 2000, HIM a rencontré un succès international en tant que groupe de rock alternatif, inspirant les groupes Entwine, Lullacry, et Poisonblack. Dans la communauté de la musique électronique, Jori Hulkkonen et Jimi Tenor ont une réputation internationale depuis une décennie.

Références[modifier | modifier le code]

  • (en) Cronshaw, Andrew. "New Runes", in World Music, Vol. 1: Africa, Europe and the Middle East, Broughton, Simon and Ellingham, Mark with McConnachie, James and Duane, Orla (Ed.), Rough Guides Ltd, Penguin Books, 2000. ISBN 1-85828-636-0

Liens externes[modifier | modifier le code]