Musique des États-Unis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La musique des États-Unis n'a pas un long passé mais elle est riche de styles variés qui se sont diffusés dans le monde entier. Les vagues d'immigration successives qui ont formé la culture des États-Unis ont importé avec elles des styles de musiques propres à leurs pays d'origine. Ces styles et ces pratiques musicales, contraintes par des conditions matérielles ou sociales particulières, se sont adaptés à des instruments nouveaux. Ce phénomène a donné naissance à différents styles de musique au XIXe siècle et surtout au XXe siècle : blues, jazz, ragtime, rock, salsa, ou encore rap.

Musique classique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Musique classique des États-Unis.

Musique traditionnelle[modifier | modifier le code]

Le negro spiritual et le gospel[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Negro spiritual et Gospel.

La musique bluegrass[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bluegrass.

Née dans les collines et les vallées des Appalaches, dans l'est des États-Unis, cette musique syncopée d'origine rurale qui se caractérise par l'emploi d'instruments à cordes trouve un public croissant parmi les citadins.

Musique populaire[modifier | modifier le code]

Tin Pan Alley[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tin Pan Alley.

Broadway[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Comédie musicale.

Le ragtime[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ragtime.

Le ragtime, musique syncopée, conçue pour le piano, fait partie de la genèse du jazz.

Le jazz[modifier | modifier le code]

Article détaillé : jazz.

La Nouvelle-Orléans :

Le jazz est considéré par certains comme étant le style de musique le plus notable qui soit né aux États-Unis. La Nouvelle-Orléans, en Louisiane, s'est acquis la réputation d'en être le berceau.

Kansas City :

Dans les années 1920 et 1930, la ville de Kansas City, dans le Missouri, était un haut lieu du jazz - Count Basie, Charlie Parker, Mary Lou Williams et d'autres grands noms s'y sont produits.

New-York :

La musique country[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Musique country.

Longtemps épicentre de la country music, Nashville, dans le Tennessee, est associé au célèbre spectale country du Grand Ole Opry, qui est retransmis en direct à la radio. Aucune autre émission au monde n'a tenu l'affiche aussi longtemps que celle-ci. Little Jimmy Dickens est un habitué du Grand Ole Opry.

Le blues[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Blues.

On peut dire que le blues à douze mesures est la seule forme musicale qui ait été créée aux États-Unis, et c'est au Mississippi qu'on en attribue généralement la paternité. De fait, cet État a produit beaucoup de grands musiciens de blues, dont Charley Patton, Robert Johnson, Howlin' Wolf, Muddy Waters et B.B. King. La plupart d'entre eux étaient originaires du delta du Mississippi, cette vaste plaine inondable qui longe le fleuve éponyme sur plus de trois cents kilomètres, de Memphis dans le Tennessee à Vicksburg, dans le sud du Mississippi.

Le rhythm and blues, la soul et le funk[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Rhythm and blues, musique soul et Funk.

Detroit : La ville de Détroit, dans le Michigan, est le site des Supremes, Temptations, Stevie Wonder, Marvin Gaye, Aretha Franklin et à d'autres chanteurs de soul qui ont enregistré pour la maison de disques Motown.

Le rock'n'roll et la pop[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Rock 'n' roll et Pop.

Dans le rock, on trouve notamment Elvis Presley, dit « The King of Rock'n'roll ». Mort en 1977, Presley est le plus grand vendeur de disques à ce jour avec plus d'un milliard de disques vendus dans le monde[1].

Dans la pop, il y a notamment Michael Jackson , « The King of Pop », devenu « roi de la pop » grâce à son album Thriller qui bat les records de vente d'album avec plus de 65 millions d'exemplaires vendu à ce jour (2013)[2],[3].

La musique folk[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Musique folk.

La plupart des pays ont une musique qui leur est propre. En Europe et aux États-Unis, cette musique populaire est souvent classée dans la catégorie de la musique « folk ». Elle reste vivante au fil des générations grâce au bouche à oreille, les partitions écrites jouant un rôle secondaire. Souvent, l'origine des chansons et des airs de musique instrumentale est inconnue, et chaque morceau de musique existe sous diverses versions, en fonction de l'oreille, de la voix, du doigté et de la sensibilité de son interprète. De nombreux festivals consacrés à ce genre musical ont lieu un peu partout aux États-Unis. Le plus grand est celui qui est organisé par l'institut Smithsonian à Washington, D.C., au National Mall.

Rap, hip-hop, techno, house et dance[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Rap, Hip-hop, Techno, Dance et House music.

Autant de musiques urbaines liées à la danse.

Musique des minorités[modifier | modifier le code]

La musique des Indiens d'Amérique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Musique amérindienne.

La musique cadienne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Musique cadienne.

Le peuple cadien vint s'installer dans la région après avoir été expulsé du Canada dans les années 1750 avec sa musique et sa culture résolument francophones zydeco.

La musique noire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Musique afro-américaine.

La musique latine[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Musique latine.

Chaque nouveau groupe ethnique qui arrive aux États-Unis apporte avec lui ses traditions musicales, lesquelles évoluent tandis qu'elles prennent racines dans un nouveau sol. Les Hispaniques constituent aujourd'hui le groupe minoritaire le plus important aux États-Unis et ils pratiquent de nombreuses traditions musicales.

La musique mariachi[modifier | modifier le code]

Aux sons de la trompette, du violon, de la guitare, de la vihuela et du guitarrón, la musique mariachi, originaire du Mexique, est à l'honneur dans bien des endroits du sud-ouest des États-Unis. Le restaurant La Fonda de Los Camperos, est ce qui se rapproche le plus d'un temple de la mariachi : c'est là qu'est né, en 1969, le concept du restaurant-théâtre qui a fait tache d'huile dans d'autres villes, dont Tucson (Arizona), Santa-Fe (Nouveau-Mexique) et San Antonio (Texas).

La salsa[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Salsa.

La salsa, cette musique rythmée que les émigrés cubains et portoricains ont apportée à New York, fait danser le public dans les discothèques.

La musique hawaïenne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Musique hawaïenne.

Depuis son adhésion politique, l'île d'Hawaï présente un particularisme ethnomusicologique au sein des États-Unis. Bien avant cela, la musique hawaïenne avait déjà grandement influencé celle du continent.

Instruments de musique[modifier | modifier le code]

Vents :

Cordes :

Percussions :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Richie Unterberger, Music USA : The Rough Guide, Rough Guides Ltd., London, 1999 (ISBN 1-8582-8421-X)