Music in Twelve Parts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Music in Twelve Parts
Genre musique contemporaine
Musique Philip Glass
Durée approximative environ 3h30 (version intégrale)
Dates de composition avril 1971-avril 1974
Création 1er juin 1974
The Town Hall à New York

Music in Twelve Parts est une œuvre musicale de Philip Glass composée entre 1971 et 1974 pour un ensemble concertant et voix. Cette composition est devenue une œuvre essentielle de la musique minimaliste[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Music in Twelve Parts était initialement constituée du seul premier mouvement d'une durée de 20 minutes, structuré en 12 voix de contrepoints harmoniques constituant les Parts. Lors de l'exécution de cette pièce le 16 avril 1971 à l'Université Yale, Philip Glass reçoit le commentaire d'une personne dans l'audience qui se demande quelles sont les 11 autres parties de l'œuvre. Amusé par l'incompréhension de l'auditrice, Philip Glass décide de composer les 11 autres sections durant les trois années suivantes et d'en donner ponctuellement l'exécution, dans leur ordre d'écriture, au 10, Bleecker Street à New York ou dans une galerie d'art contemporain de SoHo[1].

La première mondiale de l'œuvre complète a lieu le 1er juin 1974 au Town Hall de New York[1].

Structure[modifier | modifier le code]

Music in Twelve Parts est écrite pour six claviers, trois instruments à vent et trois voix. Elle est constituée de 12 sections :

  1. Part 1 (~ 18')
  2. Part 2 (~ 19')
  3. Part 3 (~ 13')
  4. Part 4 (~ 17')
  5. Part 5 (~ 23')
  6. Part 6 (~ 14')
  7. Part 7 (~ 20')
  8. Part 8 (~18')
  9. Part 9 (~12')
  10. Part 10 (~17')
  11. Part 11 (~14')
  12. Part 12 (~18')

L'exécution intégrale de l'œuvre dure environ 3 h 30 min à 4 h, mais peut lors de certaines représentations durer jusqu'à 6 heures. Glass recommande des intervalles adaptés lors de sa représentation.

Enregistrements[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Potter (2000), p.311-315