Muse (Birmanie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Muse.
Muse
Administration
Pays Drapeau de la Birmanie Birmanie
État État Shan
Géographie
Coordonnées 23° 58′ 45″ N 97° 54′ 17″ E / 23.97917, 97.90472 ()23° 58′ 45″ Nord 97° 54′ 17″ Est / 23.97917, 97.90472 ()  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Myanmar

Voir sur la carte Birmanie administrative
City locator 14.svg
Muse

Muse est une ville de Birmanie située dans le nord de l'État Shan, sur la Shweli, à la frontière chinoise. Elle est reliée par un pont à Ruili, dans la province chinoise du Yunnan (Ruili porte aussi le nom de Shweli en birman)[1],[2],[3].

Le vieux pont transfrontalier, surnommé « Gun Bridge » par les habitants en raison des livraisons d'armes chinoises au régime birman[1],[2], a été remplacé en 2005 par un pont parallèle plus large[3].

Transports[modifier | modifier le code]

Muse est relié à Mandalay par l'« autoroute » asiatique 14 (AH14), qui passe par Hwensi, Lashio et Kyaukme[4]. La vieille route de Birmanie la relie à Bhamo et à l'État de Kachin par Namkham[5]. La route entre Muse et Mandalay reprend une partie du tracé de la Route de Birmanie. Elle a été reconstruite et adaptée pour le trafic lourd en 1998, grâce à une concession accordée à l'entreprise Asia World Company, dirigée par le fils de l'ancien trafiquant d'opium et seigneur de la guerre Lo Hsing Han. Le trajet prend désormais deux jours de moins, même une semaine de moins au moment de la saison des pluies : plus que 12 à 16 heures[6]. Une partie du trajet peut aussi être fait en train, entre Mandalay et Lashio[7].

Économie[modifier | modifier le code]

Le commerce transfrontalier avec la République populaire de Chine fut interdit par Ne Win après le coup d'État militaire de 1962, mais il a été à nouveau autorisé après des négociations en 1988. Il est depuis en constante augmentation. Pour l'année fiscale s'achevant le 31 mars 2008, il a augmenté de 60 %, constituant 24 % du commerce de la Birmanie, seulement surpassé par celui avec la Thaïlande[8].

La Birmanie exporte principalement des matières premières telles que des produits agricoles, du poisson, du bois, des gemmes et des minerais, et importe des biens de consommation, de l'électronique, des machines et des produits alimentaires transformés[8],[9],[10]. La zone commerciale de Muse, inaugurée en avril 2006, est avec ses 150 hectares la plus grande du genre en Birmanie ; elle traite 70 % du commerce transfrontalier avec la Chine. Depuis 2001, une foire commerciale annuelle a lieu au mois de décembre, alternativement à Muse et Ruili. L'Inde, le Bangladesh et la Thaïlande y participent[11],[12].

En 2007, la milice locale, sous les ordres de l'armée birmane, a saisi pratiquement sans compensation 4000 hectares dans la région, y compris des plantations de thé et d'orangers et des exploitations familiales, afin de produire du biodiesel à partir de Jatropha curcas[13],[14].

Le 8 mai 2008, l'armée a confisqué à Muse le chargement de 20 camions de biscuits et d'autres biens destinés aux victimes du Cyclone Nargis[15].

Une coentreprise a été fondée en 2009 entre la Birmanie et la Chine pour construire un gazoduc et un oléoduc entre le golfe du Bengale et Kunming en passant par Mandalay et Muse[16].

Drogues[modifier | modifier le code]

La Chine a récemment construit une clôture de 4 km de long près de Ruili pour stopper le trafic de drogues et deux autres sont en cours de construction[8]. La toxicomanie est un problème majeur dans la région[17],[18]. La récolte d'opium a augmenté depuis que Lo Hsing Han a reconstruit son narco-empire en servant d'intermédiaire dans les accords de cessez-le feu entre le chef du renseignement militaire birman Khin Nyunt et les rebelles du Kokang et de l'état Wa après leur révolte contre le Parti communiste de Birmanie (PCB) en 1989[19]. Le Programme alimentaire mondial a accordé une aide alimentaire d'urgence aux anciens cultivateurs de pavot en 2004-2005, tandis que la pression montait pour l'abandon de cette culture[20].

Le jeu, l'usage des drogues et la prostitution étaient florissants à Ruili, mais moins à Muse. Les autorités chinoises ont lancé une offensive contre l'importation d'héroïne, mais pas contre les produits chimiques permettant de fabriquer le yaba, une méthamphétamine désormais appréciée aussi par les chinois en territoire birman[21]. L'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (UNODC) et de nombreuses organisations comme l'Asian Harm Reduction Network (AHRN) et des moines bouddhistes sont impliquées dans la lutte contre le VIH parmi les usagers[22],[23].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Burma Road », National Geographic Magazine, July 1995 (consulté le 2008-10-25)
  2. a et b (en) Stephen Mansfield, « Myanmar's Chinese Connection », The Japan Times, May 13, 1999 (consulté le 2008-10-25)
  3. a et b (en) David Fullbrook, « Inland China's route to prosperity », Asia Times Sep 30, 2006 (consulté le 2008-10-25)
  4. (en) « Asian Highway in Myanmar », unescap.org (consulté le 2009-01-01)
  5. (en) Win Nyunt Lwin, « Historic road links wilderness and culture » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Myanmar Times October 4–10 , 2004. Consulté le 2009-01-01
  6. (en) Toshihiro Kudo, « Dictatorship, disorder and decline in Myanmar, Chapter 6 - Myanmar’s economic relations with China: who benefits and who pays? », Australian National University,‎ 2008 (consulté le 2009-01-01)
  7. (en) « Train travel in Myanmar(Burma) », seat61.com (consulté le 2009-01-01)
  8. a, b et c (en) Wai Moe, « China Builds Fence on Part of Burma’s Kachin Border », The Irrawaddy December 23, 2008 (consulté le 2008-12-25)
  9. (en) « Myanmar to export 200,000 tons of maize grain to China next year », China View 2008-12-25 (consulté le 2009-01-01)
  10. (en) Sann Oo, « Too many eels create slippery export issue », Myanmar Times July 30 - August 5, 2007 (consulté le 2009-01-01)
  11. (en) « Growing Sino-Myanmar trade contributes much to regional development and transport improvement Myanmar-China Trade Fair opened in Muse, Shan State (North) » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), New Light of Myanmar 20 December 2006. Consulté le 2008-12-31
  12. (en) « Sino-Myanmar border fair to promote bilateral trade », China Daily 2007-12-10 (consulté le 2008-12-31)
  13. (en) Khun Sam, « Militia Seizes Land in Shan State for Physic Nut Crops », The Irrawaddy June 11, 2007 (consulté le 2008-12-31)
  14. (en) « Myanmar to produce bio-diesel from jatropha curcas », MRTV3 (consulté le 2009-01-01)
  15. (en) « Aid to Burma: only on the regime’s terms », Shan Women’s Action Network Newsletter,October 2008 (consulté le 2009-01-01)
  16. (en) Eric Watkins, « Myanmar awards China pipeline rights », Oil&Gas Journal,‎ 2008-11-20 (consulté le 2009-01-01)
  17. (en) « Strategic Programme Framework: Union of Myanmar 2004-2007 », Office des Nations unies contre la drogue et le crime (consulté le 2009-01-01)
  18. (en) « Community-run rehab centers in the north », Shan Herald Agency for News (SHAN) (consulté le 2009-01-01)
  19. (en) Bertil Lintner, « The Golden Triangle Opium Trade: An Overview », Asia Pacific Media Services, March 2000 (consulté le 2009-01-04)
  20. (en) « EMOP 10345.0: Emergency Food Assistance to Ex-Poppy Farmers in Northern Shan State, Myanmar », WFP (consulté le 2009-01-01)
  21. (en) Anthony LoBaido, « The land of child warriors », WorldNetDaily.com March 02, 2000 (consulté le 2009-01-04)
  22. (en) « Fund for HIV/AIDS in Myanmar (FHAM) », Asian Harm Reduction Network (AHRN) (consulté le 2009-01-01)
  23. (en) « HIV/AIDS education and training in Yunnan, China and the Shan State, Burma - By The Sangha Metta Project, November 2000 », buddhanet.net (consulté le 2009-01-01)