Muscle lisse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les muscles lisses sont des muscles composés de cellules musculaires fusiformes uninuclées. Ils sont situés dans la paroi des organes creux (par exemple la vessie), formant une couche appelée musculeuse. Ces fibres musculaires se contractent lentement et indépendamment de la volonté, sous le contrôle du système nerveux autonome.

Description[modifier | modifier le code]

Chaque cellule, qui a des extrémités pointues et bifides, ne possède qu'un seul noyau bien visible, en général central et allongé, et situé dans la partie la plus large de la cellule. Elles sont délimitées par le sarcolemme, combinaison de la membrane plasmique et d'une lame basale externe. Le cytoplasme (appelé sarcoplasme pour les cellules musculaires) apparaît assez homogène. Cependant, on distingue à l'intérieur des myofibrilles (=myofilaments) orientés selon le grand axe de la cellule. Les myofilaments sont composés des deux protéines contractiles : les fins d'actine et les épais de myosine. Des myofilaments fins entourent un myofilament épais, et la contraction a lieu en présence d'ATP. Le réticulum sarcoplasmique n'a pas la régularité de celui des fibres striées.

Les cellules baignent dans une substance hyaline comportant des cloisons pellucides. Elles sont organisées en faisceaux formant différentes couches et entourés de tissu conjonctif lâche (fibres dites anastomosées irrégulières). Ces fibres constituent des unités fonctionnelles contractiles disposées parallèlement les unes aux autres. Les cellules qui les constituent sont placées de telle sorte que la partie renflée (médiane) d'une cellule vient en contact avec les extrémités effilées des cellules adjacentes. La zone de jonction constitue le nexus (où les membranes plasmiques des cellules s'unissent).

Les muscles lisses multiunitaires sont innervés comme les muscles striés (une synapse par cellules).

Tandis que les muscles lisses unitaires (comme les viscères) n'ont une innervation que pour quelques cellules, les autres cellules étant douées d'automaticité, le transmettant et possédant un potentiel de membrane instable, oscillant. L'innervation du système nerveux végétatif sert à moduler la contraction musculaire automatique.

Les muscles lisses sont sous le contrôle du système nerveux autonome parasympathique dont le neurotransmetteur est l'acétylcholine[réf. nécessaire] et orthosympathique viscéral dont les neurotransmetteurs sont l'acétylcholine (au niveau de la jonction neuro-neuronale) et la noradrénaline (à la jonction avec le muscle lisse).

Localisation[modifier | modifier le code]

Les cellules musculaires lisses se retrouvent dans les tuniques :

  • des parois vasculaires : dans la paroi des artères où ils sont impliqués dans la tonicité artérielle et la vasomotricité
  • des voies digestives : dans les parois du tube digestif, au niveau de la musculeuse, constituée d'une couche musculaire externe longitudinale (dont la contraction raccourcit un segment du tube digestif) et d'une couche musculaire circulaire interne (qui diminue le diamètre de la lumière; les sphincters ne sont que des épaississements de cette circulaire interne) où ils assurent la progression du bol intestinal par péristaltisme
  • des voies respiratoires : par exemple dans les bronches
  • des voies urinaires : par exemple dans la vessie
  • des voies génitales : par exemple dans l'utérus

[réf. nécessaire]

Fonction[modifier | modifier le code]

Le muscle lisse a pour fonction d'aider au transport de différents milieux à l'intérieur de l'organisme. Ces différents milieux sont:

Le monoxyde d'azote endogène est un médiateur qui a pour effet de les relâcher. Une forte concentration de ce gaz peut produire une intoxication.[réf. nécessaire]

Articles connexes[modifier | modifier le code]