Musa ibn Musa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pour l’empereur du Mali, voir Moussa II

Musa II, également appelé Musa ibn Musa ou Muza II ( - Tudela 862) est l'un des personnages les plus remarquables de la famille des Banu Qasi. Il était le fils de Musa ibn Fortún et d’Oneca.

Il épousa sa nièce Assona, fille de son demi-frère Eneko Arista de Pampelune.

Il resta, en général, fidèle à Cordoue, siège du pouvoir central même si, en de nombreuses occasions, il tourna le dos au gouverneur de Saragosse et à l’émir de Cordoue.

En 840, il vivait au château d’Arnedo. Cette année-là, il s’opposa à la nomination par l’émir de Cordoue d’Al Kulaby comme gouverneur de Tudela.

Allié à son demi-frère chrétien, le roi de Pampelune Eneko Arista, et au comte de Sobrarbe également chrétien, il fut sur le point d’annexer à son profit le gouvernorat de Huesca en 840, ce qui lui aurait procuré en pratique toute la moyenne vallée de l’Èbre.

Par sa soumission à Abd ar-Rahman II, celui-ci le reconnut wali d’Arnedo en 843. L’année suivante, il se souleva de nouveau, mais obtint le pardon de l’émir.

En 852, Abd ar-Rahman II le nomma wali de Tudela et, plus tard, le nouvel émir Muhammad Ier le nomma wali de Saragosse. Ainsi, il contrôlait une grande partie de la Marche Supérieure, si bien qu’il s’auto-proclama "tertius regem in Spania"("troisième roi d’Espagne").

Le pouvoir central de Cordoue dut utiliser la dynastie des Banu Tuyibí pour s’opposer à Musa ibn Musa, afin de réussir à le réduire.

Il combattit son gendre[1] Izraq ibn Muntil à Guadalajara, et mourut en arrivant à Tudela au cours de l’année 862.

Descendance[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • L'article de référence sur les Banu Qasi est dû à Alberto Cañada Juste, "Los Banu Qasi (714-924)", téléchargeable en ligne : [1]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Alberto Cañada Juste ibid p 35 écrit au contraire qu'il lui confie son armée au cours de cette campagne parce qu'il était tombé malade
  2. Dates et compléments sur Oria d'après l'arbre généalogique en p. 87 de la source d'Alberto Cañada Juste
  3. Christian Settipani, La Noblesse du Midi Carolingien, Oxford, Linacre College, Unit for Prosopographical Research, coll. « Prosopographica et Genealogica »,‎ 2004, 388 p. (ISBN 1-900934-04-3), p. 114

Références[modifier | modifier le code]