Musée paléo-chrétien de Carthage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Musée paléo-chrétien de Carthage
Statuette de Ganymède, volée dans la nuit du 8 novembre 2013
Statuette de Ganymède, volée dans la nuit du 8 novembre 2013
Informations géographiques
Pays Drapeau de la Tunisie Tunisie
Ville Carthage
Informations générales
Collections
Romaine
Byzantine

Le musée paléo-chrétien de Carthage (المتحف المسيحي المبكر بقرطاج) est un petit musée installé suite aux fouilles effectuées dans les années 1970 et 1980, dans le cadre de la campagne internationale de l'Unesco destinée à sauver le site de Carthage de l'oubli et à mettre en œuvre une connaissance scientifique des vestiges susceptibles d'être exploités.

Il couvre les périodes romaine et paléochrétienne, particulièrement du Ve siècle jusqu'au début du VIIIe siècle après J.-C. L'œuvre emblématique du musée, la statuette de Ganymède avec Jupiter sous forme d'un aigle, est volée dans la nuit du 8 novembre 2013[1].

Histoire et site[modifier | modifier le code]

Les fouilles du site prennent place au moment de la campagne internationale de l'Unesco, entre 1975 et 1984, grâce à une équipe tuniso-américaine de l'Institut national d'archéologie et d'art, dirigée par Liliane Ennabli, de l'American Schools of Oriental Research et du Kelsey Museum de l'Université du Michigan dirigées par John H. Humphrey[2].

Sur le site actuel, à Carthage-Dermech, se trouvent un complexe ecclésiastique, avec basilique et baptistère visibles in situ, et le musée stricto sensu. Les archéologues ne sont pas parvenus aux niveaux les plus anciens, d'époque punique[2], afin de ne pas détruire les vestiges d'époque tardive découverts.

Le complexe a été bâti vers 400, et remanié après la reconquête byzantine faite au VIe siècle aux détriments des Vandales. Après la conquête arabe de 698, le site est abandonné et dépouillé de ses pierres.

Le musée est construit par les autorités tunisiennes avec le concours de l'organisation Earthwatch et se situe au croisement de deux rues romaines[2].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Éléments remarquables[modifier | modifier le code]

  • Mosaïque des auriges vainqueurs (fin du IVe siècle) : elle est trouvée dans une maison à péristyle qui lui donne son nom. Quatre auriges sont debout dans leurs chars, qui ne sont pas conservés, et sont prêts au départ, chacun tenant un fouet et les rênes. Chacun représente une équipe : Euphumos (bleu), Domninos (blanc), Euthumis (vert) et Kephalon (rouge). Les chevaux sont quant à eux perdus.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
  • Statuette de Ganymède (Ve siècle, manquante) : cette œuvre de marbre blanc, de 49 centimètres de long, est retrouvée en 17 fragments dans une citerne de la maison des auriges grecs. Elle est à peu près complète et représente Ganymède aux côtés de Zeus ayant pris l'apparence d'un aigle. Elle fut probablement brisée de façon accidentelle avant même sa mise en place.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Musée paléo-chrétien de Carthage. On a volé Ganymède ! », La Presse de Tunisie, 10 novembre 2013
  2. a, b et c Humphrey 1992, p. 165.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • John H. Humphrey, « Pied du versant est de Byrsa : l'évolution d'un quartier », dans Abdelmajid Ennabli, Pour sauver Carthage, exploration et conservation de la cité punique, romaine, byzantin, Paris/Tunis, UNESCO/INAA,‎ 1992 (ISBN 9789232027825), p. 165-176

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]