Musée national des beaux-arts d'Alger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Musée national des beaux-arts d'Alger
Informations géographiques
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Ville Alger
Adresse 178, Place Dar Essalem El Hamma – Belouizdad - Alger
Coordonnées 36° 44′ 53″ N 3° 04′ 34″ E / 36.748, 3.07636° 44′ 53″ Nord 3° 04′ 34″ Est / 36.748, 3.076  
Informations générales
Collections Cabinet des estampes
Mobilier
Photos
Céramique
Sculptures
Objets d'art
Peintures
Arts graphiques
Nombre d’œuvres 8 000 en exposition
dont 1 500 Cabinet d'estampes et 800 sculptures
Superficie 4 000 m2 à laquelle s’ajoute autant de jardins
Informations visiteurs
Site web www.musee-beauxarts.dz/

Géolocalisation sur la carte : Algérie

(Voir situation sur carte : Algérie)
Musée national des beaux-arts d'Alger

Géolocalisation sur la carte : Alger

(Voir situation sur carte : Alger)
Musée national des beaux-arts d'Alger

Le musée national des beaux-arts d'Alger est, avec ses 8 000 œuvres, le plus grand musée d'art d'Afrique et du monde arabe. Sa collection regroupe des œuvres peintes, des dessins, gravures et estampes anciennes, des sculptures, de mobilier ancien et d’art décoratif, céramique, verrerie, ainsi qu'une collection de numismatique.

Histoire du musée[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

Le musée des beaux-arts d'Alger est né de la volonté des politiques. À l'origine c'est dans les locaux délabrés de la Société des beaux-arts créée par Hyppolite Lazerges en 1875 que la municipalité d'Alger conservait ses œuvres d'art. Ce n'est qu'en 1897 qu'elle se dote d'un vrai musée, consacré aux collections antiques et musulmanes, même si celui-ci est aménagé dans les bâtiments d'une École Normale. En 1908, un ancien casernement de l'armée situé à l'emplacement actuel de l'Hôtel Safir est consacré à l'art. Il a été inauguré le 30 mai 1908 et cette création était réclamée depuis longtemps car la salle des beaux-arts qui servait de Musée était très mal disposée et ne pouvait suffire à contenir les œuvres acquises par la Municipalité[1]. Ce nouveau musée municipal est dirigé jusqu'en 1910 par Charles de Galland, mais il est vétuste et peu fonctionnel. La qualité du musée n’était pas suffisante que les voyageurs et l’Algérois dédaignent et ignorent le musée dit « municipal » dans un local défavorable, vétuste, peu accessible, encore plus mal entouré que mal éclairé[2]. Ainsi, le musée municipal d’Alger ferme ses portes après vingt ans de fonctionnement entre 1908 et 1928. Un Musée national des beaux-arts reprend son fonds en l’enrichissant de nouvelles acquisitions.

La naissance du musée des beaux arts[modifier | modifier le code]

Avec l'ouverture de la « villa Abd-el-Tif », un véritable besoin dans ce domaine se fait sentir et le projet est confié à un architecte peu connu Paul Guion. Le site est choisi, au Hamma, en face du Jardin d'Essai et non loin de la "Villa Abd-el-Tif", sur la colline aux sangliers. Paul Guion opte pour un monumentalisme symétrique et rectiligne dont les éléments architectoniques puisés dans l'art méditerranéen vont trouver écho dans l'admirable mobilier conçu et dessiné par Louis Fernez, professeur à l'École des beaux-arts d'Alger et dont certaines pièces sont commandées à l'ensemblier Francis Jourdain. Commencés en 1928, les travaux étaient rapidement achevés, grâce à des crédits libéralement consentis. Quant à l'architecture du musée, elle a été bien admirée par son emplacement idéal et son style associant « les données passées et actuelles ». Ce style architectural propre symbolise la construction de l’image d’un pays jeune et moderne, mais aussi soucieux de ses traditions. L’immense taille du nouveau musée est digne notre considération : 35 salles de peintures, une galerie de sculptures, une galerie de moulages, une bibliothèque et un cabinet d’estampes. Le bâtiment divisé en trois étages : au rez-de-chaussée se trouve la salle des moulages, au premier la salle de sculpture moderne et à l’étage supérieur, les galeries de peinture.

Musée des Beaux-Arts vu depuis le Jardin d'Essai du Hamma.

Le Musée des beaux-arts d'Alger, inauguré le 5 mai 1930, ne sera ouvert au public qu'en avril 1931. C'était le centenaire de l'Algérie qui promut ce projet du Musée national des beaux-arts d'Alger. Fêtant ses colonies, célébrant ses victoires de la Grande guerre, la France de la IIIe République ne peut ignorer le premier centenaire de sa présence en Algérie. Préparée dès 1923 sous l’égide du Gouverner Général Steeg, une magnifique prélude à l’Exposition de Vincennes est mise au point par une loi de 1928 qui crée un Conseil Supérieur et un Commissariat Général du Centenaire. Il s’agissait de montrer ce que la France a réalisé en Algérie depuis son installation, les résultats obtenus, les progrès accomplis. Un budget primitivement établi à 134 millions est ramené à 82 millions et en métropole, toutes les bonnes volontés s’attellent à répandre la bonne parole de l’Algérie française[3]. Parmi ces activités festives, les projets muséaux étaient promus le plus considérablement ; à côté des grands monuments commémoratifs sont également inaugurés le Musée des beaux-arts, le musée de Bardo, le musée Forestier et le musée Franchet d’Espérey à Alger (Musée historique de l’Armée et fêtes militaires, installé dans les locaux militaires de la Casba, non loin des premiers remparts d’Alger)[4]. Différemment des autres musées qui se sont inaugurés nouvellement, on a révisé à nouveau les structures et le statut pour le Musée des beaux-arts avec ses nouvelles missions.

Acquisitions et donations[modifier | modifier le code]

Depuis que ce musée est devenu national, il s’est considérablement enrichi. Les crédits qui lui ont été octroyés à la faveur de la célébration du Centenaire de l’Algérie, ont permis de nombreux et important achats. En envoyant les anciennes collections du musée municipal à Constantine pour l'inauguration de son Musée des beaux-arts, les collections pour le nouveau musée national d'Alger ont commencé à être constituées dès 1927; c'est l'historien de l'art Jean Alazard, alors doyen de la faculté de Lettres d'Alger qui fut chargé de cette mission. Sur la proposition d'Alazard, une commission spéciale présidée par Paul Léon et dont les principaux membres étaient Mouillé, sous-directeur des Beaux-Arts, Jean Guiffrey et Paul Jamot, conservateurs du Louvre, Raymond Kœchlin, président du Conseil des musées nationaux, Charles Masson et Robert Rey, conservateurs du Luxembourg a décidé l'achat définitif. Fait unique dans l'histoire du musée, les crédits alloués pour l'Exposition du Centenaire vont permettre l'entrée de 498 œuvres en deux années: acquisitions éclectiques qui font une large place à la sculpture contemporaine et aux grands noms de l'histoire de l'art.

Très vite, le Musée des beaux-arts devient en pleine prospérité, accru par des dons et des achats sagaces et les catalogues du début démontrent l’apogée de l’art français de l’époque et cela reflète l’objectif de ce projet muséal de diffuser de l’art et de la culture français. On peut voir de quels soins et de quelles compétences tous ces achats furent entourés. Ils consistent en chefs-d’œuvre des grands orientalistes comme Alexandre-Gabriel Decamps, Eugène Delacroix, Eugène Fromentin, Théodore Chassériau et des plus célèbres représentants de l’art moderne : Gustave Courbet, Théodore Rousseau, Camille Pissarro, Edgar Degas, Eugène Boudin, Auguste Renoir, Alfred Sisley, Armand Guillaumin et des artistes encore plus contemporains tels Albert Marquet, Suzanne Valadon, Maurice Denis et Henri Matisse. Les catalogues du musée du début démontrent l'apogée de l'art français de l'époque et ils reflètent l’objectif de cette institution de diffuser de l’art et de la culture français. Le fait qu'il y existait la section historique constituée de beaux dépôts du Musée de Versailles fait la preuve du caractère didactique et patriotique du musée.

Pour cet aménagement de la collection, on ne peut pas négliger les rôles des collectionneurs locaux. Avec les acquisitions nouvelles par l’achat, le musée a aussi reçu de nombreux dons. On relève parmi les donateurs d’anciens mécènes comme Marius de Buzon ou Jean Désiré Bascoules, de grands colons comme Lucien Borgeaud, des chevaliers d’industrie comme Louis Billiard ou un amateur comme Laurent Schiaffino[5]. Parmi eux, le célèbre Frédéric Lung dut sa renommée non seulement à l’intérêt qu’il porta très tôt aux peintres de la villa Abd el-Tif mais aussi à la riche collection d’œuvres modernes et impressionnistes qu’il constitua. Sa veuve léguera quelques pièces au Musée des beaux-arts d’Alger, notamment le plâtre d’atelier de Charles Despiau, L’homme prêt à l’action. Tous les anciens pensionnaires de la villa Abd-el-Tif étaient largement représentés soit groupés dans des salles spéciales, soit répartis dans les galeries. Ces représentations permirent les visiteurs de suivre ainsi l’évolution des principaux artistes originaires d’Alger ou installés depuis longtemps à cette ville[6]. Ainsi,malgré les difficultés de l’heure, le Musée des beaux-arts devient en pleine prospérité, accru par des dons et des achats sagaces. De 1930 à 1960 trois grandes périodes d'acquisition vont doter le musée d'un fond inestimable. Quelques "locaux" feront également leur entrée au musée à cette période-là : Azouaou Mammeri, Mohammed Racim, Mohamed Temmam, Bachir Yellès (1949), Abdelhalim Hemche.

À Alger européanisé, le Musée des beaux-arts d'Alger fonctionne en tant qu’un des mécanismes principaux constituant le terrain de la culture dans laquelle les cultivés ne se sentaient point dépaysés mais dont l’ambiance soumises aux particularismes locaux, allait les détacher rapidement de la métropole. Le musée était beaucoup plus admiré de l’élite qu’il n’était fréquenté par la foule[7]. Contrairement aux grands musées de la métropole qui se servaient comme le champ pédagogique pour les élèves de l'école des beaux-arts, les élèves de l’École des beaux-arts d'Alger ne se rendent pas plus souvent dans les salles de peinture et de sculpture du musée. Cette carence est due sans doute à l’éloignement où est le Musée du centre de la ville[8], mais elle explique également que ce musée n'était pas destiné aux mêmes objectifs que ceux des musées de la métropole.

Le musée des beaux arts à l'indépendance de l'Algérie[modifier | modifier le code]

Le Musée ayant été plastiqué par l'OAS à la veille de l'Indépendance, quelque 300 de ses œuvres sont transférées en avril 1962 à Paris et déposées au Musée du Louvre. Jean de Maisonseul, nommé en novembre 1962 conservateur du Musée (qui devient musée national des beaux-arts d'Alger) au titre de la coopération, à la demande du ministère algérien de l'Éducation nationale, en assure la réouverture en juillet 1963 et mène de longues négociations qui aboutissent en décembre 1968 à la restitution des 157 peintures et 136 dessins - « bien que dès le début André Malraux, alors Ministre de la Culture, ait reconnu que ces œuvres appartenaient à l'Algérie », précisera-t-il. Maisonseul, conservateur jusqu'en 1970, entreprend simultanément par sa politique d'acquisition de remédier à la pauvreté du fonds d'art algérien, introduisant notamment au Musée des œuvres de Baya, Benanteur, Guermaz, Khadda, Martinez. Un important ensemble d'œuvres d'art contemporain offertes par les États lors de l'accession de l'Algérie à l'indépendance va s'y ajouter.

Collections de peinture[modifier | modifier le code]

Art européen[modifier | modifier le code]

XIVe, XVe et XVIe siècles sont représentés par des œuvres où se manifestent deux grands courants: l'école italienne et l'école du nord, hollandaise et flamande. Les XVIIe et XVIIIe siècles sont représentés par les écoles française, italienne et hollandaise. Les XIXe et XXe siècles sont exclusivement français. Voici quelques œuvres parmi les plus représentatives.

Art allemand

Liste non exhaustive

Art suisse

Liste non exhaustive

Art espagnol

Liste non exhaustive

  • Alonso Cano (1601–1667), Scène d'extase religieuse.
Art flamand

Liste non exhaustive

Art italien

Liste non exhaustive

Art français

Liste non exhaustive

  • XVe siècle :
    • Triptyque de l'École d'Amiens, Le Christ chez Marie Madeleine.
  • XVIe siècle :
  • École d'Alger :
    • Alfred Chataud (1833-1908), Mauresque à la Cruche
    • Armand Assus (1992-1977), Rue du chêne, le couloir bleu, le port de Rotterdam, le narguilé, interieur, crayon : portrait du peintre Hacène Benaboura
    • Étienne Dinet(1861-1929) Petites filles jouant et dansant,Départ à la Mecque, Vielles Femmes ,Raoucha
    • Émile Claro (1897-1977), Rue de la Casbah d'Alger - et la plus importante collection au monde (quasi intégrale) des primés de la Villa Abd-el-Tif
    • Jean-Aimé-Roger Durand, (1914-2001), Les Hangars, Paysage de Guyotville, Paysage La Bridja, Paysage de Delly-Ibrahim, Quartier perdu
    • Joseph Sintès (1829-1913) (nombreux dessins gouaches et acquarelles), Le Port d'Alger
    • Louis Bénisti (1903-1995), La Fête orientale, Le Port d'Alger, Paysage du Sahel, Buste de René-Jean Clot
    • Maurice Bouviolle (1893-1971) Femmes juives de Ghardaïa, Mauresques d'Alger
    • Oscar Spielmann (1902-1975), Mauresque riant
Autres artistes 

Liste non exhaustive

Art contemporain[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive

Art algérien[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive

Collection de sculptures[modifier | modifier le code]

Quelques unes des 800 sculptures conservées au musée.

Liste non exhaustive

Cabinet d'estampes[modifier | modifier le code]

Les richesses du cabinet d'estampes avoisinent les 1500 œuvres. Sont conservés des dessins, gravures, sanguines, aquarelles, esquisses, lithographies, enluminures, miniatures et calligraphies.

Dessins[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive

Gravures[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive

Sanguines[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive

Aquarelles et Esquisses[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive

Lithographies[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive

Enluminures et miniatures[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive

Calligraphies[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive

Autres collections[modifier | modifier le code]

  • Céramique
  • Arts décoratifs
  • Photos
  • Mobilier

Conservateurs du musée[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Afrique du Nord Illustrée, 1908, 9 mai, p. 5: « Le Musée municipal d’Alger ».
  2. Afrique du Nord Illustrée, 1926, 12 juin, p. 8, Jean Alazard: « L’art et les artistes ».
  3. HODEIR Catherine et Jean-Michel Pierre, L’Exposition Coloniale: 1931, Bruxelles, Complexe, 1991, p. 29.
  4. Ibid., p. 33.
  5. CADUC Eveline, « Une capitale culturelle » in PLANCHE Jean-Louis et JORDI Jean-Jacques (éd.), Alger 1860-1939: le modèle ambigu du triomphe colonial, Paris, édition Autrement, 1999, p. 82.
  6. L’Echo d’Alger, 1930, 26 mai, p. 2 : « Au Musée national des beaux-arts ».
  7. Afrique du Nord Illustrée, 1935, 20 avril, p. 3-5, Robert Randau : « Les récents enrichissements du Musée National des Beaux-Arts ».
  8. Afrique du Nord Illustrée, 1935, 20 avril, p. 3-5, Robert Randau: « Les récents enrichissements du Musée National des Beaux-Arts ».
  9. Petite huile offerte dar Rochegrosse, dans Marion Vidal-Bué L'Algérianiste, juin 2009, n°126
  10. Documentation et archives du Musée Rodin, 2001

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Alazard, « Le Musée des Beaux-Arts d'Alger », Bulletin des musées de France, no 2e année N° 9,‎
  • Jean Alazard, Catalogue des peintures et sculptures exposées dans les galeries du musée national des beaux-arts d'Alger, Paris, Librairie Henri Laurens,‎
  • Max-Pol Fouchet et Jean Alazard, Catalogue des dessins, gravures, moulages etc. et supplément au catalogue des peintures et sculptures du musée national des beaux-arts d'Alger, Librairie Henri Laurens, Paris, 1939
  • Jean de Maisonseul, Guide du Musée National des Beaux-Arts d'Alger (sans mention du nom de l'auteur), Alger, Ministère de l'éducation nationale, 1970, p. 19 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Musées d'Algérie, l'Art Populaire et Contemporain, Collection Art et Culture, Ministère de L'Information et la Culture, SNED, Alger, 1973
  • Dalila Mahammed Orfali, Chefs-d'œuvre du Musée National des Beaux-Arts d'Alger, Musée National des Beaux-Arts d'Alger, Alger, septembre 1999
  • Iconographie de la Ville d'Alger, Ministère de la Communication & Musée National des Beaux Arts, Alger, 2001
  • Marion Vidal-Bué, L'Algérie des peintres, 1830–1960, Éditions Paris-Méditerranée, Paris, et Edif 2000, Alger, 2002

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]