Musée national San Matteo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Musée national San Matteo
Le couvent hébergeant le musée sur le lungarno Mediceo
Le couvent hébergeant le musée sur le lungarno Mediceo
Informations géographiques
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Toscane
Ville Pise
Monument Couvent San Matteo in Soarta
Coordonnées 43° 42′ 52″ N 10° 24′ 27″ E / 43.71453333, 10.4076138943° 42′ 52″ Nord 10° 24′ 27″ Est / 43.71453333, 10.40761389  
Informations générales
Nom local Museo Nazional di San Matteo
Type Musée national
Date d’inauguration 1949
Collections crucifix monumentaux, sculptures en pierre et en bois, peintures, céramique islamique, majolique pisane
Provenance des collections Legs de l'évêque Sebastiano Zucchetti
Genre des collections art sacré, Primitifs italiens
Époque des collections du XIIe au XVIe siècle
Informations visiteurs
Site web Notice du Ministère des Biens culturels

Géolocalisation sur la carte : Toscane

(Voir situation sur carte : Toscane)
Musée national San Matteo

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Musée national San Matteo

Le Musée national San Matteo (en italien : Museo Nazional di San Matteo) est un des musées de Pise.

Il est installé dans l'ancien couvent médiéval de San Matteo in Soarta, sur le lungarno Mediceo, sur la rive droite de l'Arno.

Le musée propose un ensemble complet d'œuvres de grands maîtres pisans et toscans du XIIe siècle au XVIIe siècle, ainsi qu'une riche section archéologique et de céramique. Le nombre et la qualité de ses œuvres en font l'un des plus importants musées européens dans le domaine de l'art médiéval. Extraordinaire en particulier est la collection de peintures pisanes des XIIe siècle/XIIIe siècle. Ces œuvres de plus en plus étudiées par les historiens d'art les ont amené à reconnaître en la peinture pisane, le foyer majeur de la peinture italienne jusqu'au début du Duecento.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'ensemble de la riche collection de Primitifs italiens du religieux Sebastiano Zucchetti (évêque de Cortone du 27 avril 1705 à septembre 1714) donné au musée de l'Œuvre du Duomo, hébergé et complété à partir de 1796, est ensuite intégré dans l'école de dessin de la ville puis à l'académie des beaux-arts, avant de devenir le fonds du musée civique de la ville. Celui-ci prend le statut de musée national en 1949 et est définitivement installé dans le couvent San Matteo.

Collections[modifier | modifier le code]

Section archéologique (salles 1-6)[modifier | modifier le code]

Section des céramiques du XIIIe siècle au XVIIe siècle (salles 7-12)[modifier | modifier le code]

D'un grand intérêt est la section sur la fabrication de la céramique à Pise (salles 7 à 11). Au XIe siècle, la république maritime de Pise alors à son apogée est alimentée par la céramique d'origine islamique. Elle va construire les premiers ateliers toscans, réussissant même vers 1250, à l'aide d'un vernis à base d'étain, à créer une majolique archaïque pisane, qui se caractérise par ses couleurs brun et vert. Au XIVe siècle, ces céramiques seront exportées sur tout le pourtour méditerranéen.

Les salles exposent ainsi de nombreuses pièces étrangères (bassins islamiques) et des réalisations locales. Ces dernières proviennent pour la plupart des murs extérieurs des édifices religieux, où elles ont été remplacées par des copies.

La salle 12 expose les pièces de la collection Tongiorgi, certaines étant notamment décorées «a stecca» (stries en baguettes).

Sculpture pisane du XIIe siècle (salle 13)[modifier | modifier le code]

L'ancien presbytère de l'église de San Matteo (auj. salle 13) présente des œuvres locales, témoignant de la pénétration en Italie du style byzantin :

  • le linteau avec des Histoires de saint Pierre (XIIe siècle)
  • le Christ Pantokrator (Christ bénissant) (datée de 1202, 1204 dans la chronologie pisane) autrefois sur la lunette de l'église San Michele degli Scalzi
  • les fragments de la chaire de San Michele in Borgo
  • une Vierge à l'enfant avec des anges et un abbé, œuvre de Francesco Lupo, un disciple de Giovanni Pisano, provenant également de San Michele in Borgo.

Elles côtoient des d’œuvres gothiques, comme les sculptures de la façade de Santa Maria della Spina.

Art byzantin (salle 14)[modifier | modifier le code]

Elle conserve des œuvres greco-byzantines, entre autres une icône sur panneau et une croix en cristal de roche du XIVe siècle.

Collection de numismatique (salle 15)[modifier | modifier le code]

La collection de numismatique couvre huit siècles, du XIIe siècle jusqu'au XIXe siècle. Elle comprend également des poids marchands et des sceaux de la ville de Pise ainsi que d'autres états italiens. Parmi les pièces, les Augustali de Frédéric II de Souabe sont considérées comme les pièces médiévales italiennes les plus élégantes. Leur grand nombre trouvé à Pise (comme les Tarì de Manfred de Sicile) constitue une preuve importante du soutien de la ville à la cause gibeline au XIIIe siècle siècle et ensuite de sa fidélité à la maison impériale souabe.

Peinture du XIIe siècle, XIIIe siècle (salles 16-18)[modifier | modifier le code]

Une des salles des croix peintes.
salle 16 des grands crucifix peints 

Œuvres attribuées aux Berlinghieri :

Œuvres attribuées à Giunta Pisano :

Œuvres attribuées à Enrico di Tedice :

  • Déposition
  • Crucifix

Œuvres attribuées au Maître de San Martino :

  • Madonna di San Martino, la madone éponyme, autre œuvre majeure (du 3e quart) du XIIIe siècle
  • Sainte Anne et la vierge enfant, et deux anges (inv. 1585)
  • Vierge à l'enfant, anges, saint Martin et le pauvre, saint Jean l'évangéliste
salle 17
salle 18

La salle présente la célèbre Bible de Calci (datée de 1168) ainsi que d'autres enluminures.

Sculpture du Camposanto (salle 19)[modifier | modifier le code]

Peinture du Trecento (salle 20)[modifier | modifier le code]

La salle 20 présente les œuvres du Trecento. Les principales œuvres de la salle sont le grand Polyptyque de sainte Catherine de Simone Martini (1319-1320) et le Polyptyque de San Domenico de Francesco Traini. Parmi les autres œuvres:

Andrea Pisano et Nino Pisano (salle 21)[modifier | modifier le code]

La salle 21 est dédiée à Andrea Pisano et à ses fils Nino et Tommaso.

Andrea Pisano

Andrea et Nino

Nino Pisano

  • Madonna dei Vetturini, venerata da coloro che viaggiano, da cui il nome.

Du Trecento au Quattrocento (salles 22-24)[modifier | modifier le code]

salle 22

La salle s'ouvre par les œuvres de deux élèves pisans de Francesco Traini :
Francesco da Volterra

  • Polyptyque avec deux saints

Cecco di Pietro

  • Pièta
  • Polyptyque de la Crucifixion
  • des fragments de prédelle du Polyptyque d'Agnano

Domenico Veneziano

  • Madonna e angeli musicanti

Barnaba da Modena

Martino di Bartolomeo et Giovanni di Pietro, les trois polyptyques datés et signés:

Jacopo di Michele dit il Gera

  • Madonne e santi

Taddeo di Bartolo

  • Polyptyque de San Michele in Borgo

La salle 23 bénéficie des beaux arcs bilobées de l'ancien couvent, et expose notamment les sculptures de Francesco di Valdambrino, élève des Pisano :

  • Annunciation, provenant de l'église San Francesco à Pise
  • Vergini annunciate

La salle 24 est dédiée à l'école pisane de peinture de la fin du XIVe siècle, début du XVe siècle. Parmi les artistes représentés figurent notamment Getto di Jacopo et Turino Vanni. Le Crucifix de la Dogana (1437) offre la représentation picturale la plus ancienne du Duomo de Pise.

Quattrocento (salles 25-28)[modifier | modifier le code]

La salle 25 consacrée à la première Renaissance (1420-1500) est surtout connue pour conserver :

mais présente aussi :

La salle 26 est dédiée au florentin Benozzo Gozzoli, avec une Crucifixion et deux Madones, le sinopie des fresques de San Domenico.

Si la salle 27 expose les sculptures de Luca della Robbia, Andrea Guardi et Giovanni Buglioni, ainsi que deux œuvres de Domenico Ghirlandaio, la salle suivante présente un triptyque de l'école flamande avec Sainte Catherina et quelques réalisations de l'atelier de Ghirlandaio (Saint Sebastien).

Peinture du XVIe siècle au XVIIIe siècle (salles 29-32)[modifier | modifier le code]

Les salles 29 à 32 réunissent les œuvres de : Santi di Tito, Il Cigoli, Jacopo Vignali, Le Passignano, Le Sodoma, Rutilio Manetti, Francesco Curradi, Matteo Rosselli, Giovanni Bilivert, Giuseppe Melani et Giovanni Battista Tempesti.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [SUPINO 1894] (it) I. B. Supino, Catalogo del Museo Civico di Pisa, Pisa,‎ 1894
  • [BELLINI PIETRI 1906] (it) A. Bellini Pietri (A cura di), Catalogo del Museo Civico di Pisa, Pisa,‎ 1906
  • [SIREN 1914] (it) O. Sirén, « Maestri Primitivi. Antichi dipinti nel Museo civico di Pisa, », Rassegna d'Arte, Pisa, vol. XIV,‎ 1914
  • [VIGNI 1950] (it) G. Vigni, Pintura del Due e Trecento nel Museo Civico di Pisa, Pisa,‎ 1950
  • [CARLI 1958] (it) E. Carli, Pittura Medievale pisana, Milano,‎ 1958
  • [BURRESI-CALECA 2005] (it) M. Burresi et A. Caleca, Cimabue a Pisa : la pittura pisana del duecento da Giunta a Giotto, Pacini Editore SpA,‎ 2005 (ISBN 88-7781-665-1)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :