Musée international d'horlogerie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Musée international d'horlogerie
Image illustrative de l'article Musée international d'horlogerie
Informations géographiques
Pays Suisse
Ville La Chaux-de-Fonds
Adresse Rue des Musées 29
CH-2301 La Chaux-de-Fonds
Coordonnées 47° 06′ 03″ N 6° 49′ 48″ E / 47.1008, 6.830147° 06′ 03″ Nord 6° 49′ 48″ Est / 47.1008, 6.8301  
Informations générales
Date d’inauguration 1974
Collections Horlogerie
Informations visiteurs
Site web http://www.mih.ch

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Musée international d'horlogerie

Le musée international d'horlogerie (abrégé MIH) est un musée situé à La Chaux-de-Fonds, en Suisse. Il est consacré à l'horlogerie et donc à l'étude du temps et des instruments destinés à la mesure du temps. Le musée appartient et est géré par la ville même de La Chaux-de-Fonds et est classé comme bien culturel suisse d'importance nationale.

Introduction[modifier | modifier le code]

Historiquement, la ville de la Chaux-de-Fonds est considérée comme un des endroits les plus importants de l'industrie horlogère suisse et mondiale et abrite une des écoles d'horlogerie du pays. Le musée est né de la collection d'étude de l'école et est aujourd'hui considéré comme un des musées d'horlogerie les plus importants au monde.

En 1865, l'Ecole d'horlogerie de La Chaux-de-Fonds prit conscience de la nécessité de constituer une collection d'horloges anciennes. Ce dessein aboutit, en 1902, à l'ouverture d'un petit musée dans le bâtiment de l'Ecole. En raison de son développement, le musée fut agrandi à trois reprises, en 1907, 1952 et 1967.

Quelques années plus tard, il apparut que les locaux n'étaient plus adaptés à une mise en valeur permanente et fonctionnelle de l'ensemble de la collection. Aussi, la Commission du musée proposa à la Ville de La Chaux-de-Fonds la création d'une fondation dans le but de promouvoir la construction d'un nouvel édifice. Inauguré en 1974, sous l'appellation Musée international d'horlogerie, celui-ci se caractérisait par une conception et des techniques à l'avant-garde de l'architecture et de la muséographie. Quelques décennies plus tard, le lieu reste aussi fascinant tant par sa construction que par ces œuvres.

Bâtiment[modifier | modifier le code]

Réalisée de 1972 à 1974, l'œuvre du zurichois Pierre Zoelly et du Chaux-de-Fonnier Georges-J. Haefeli occupe un volume souterrain de 20'000 m3, creusé dans le flanc d'un pente couvert d'un parc. La structure en béton épousant la déclivité du site a engendré un aménagement souterrain à trois niveaux qui correspondent aux principales zones du musée : la salle réservée aux expositions temporaires et aux assemblées, la salle destinée aux œuvres de l'époque ancienne, la salle consacrée aux techniques de fabrication et de décoration ainsi qu'aux pièces du vingtième siècle.

Les surfaces ouvertes les unes sur les autres forment un espace subtilement découpé non seulement par le jeu des niveaux mais aussi par celui des éclairages accentué par la lumière naturelle. En effet le musée s'ouvre sur l'extérieur par les larges vitrages de l'entrée, de la galerie astronomique et des ateliers de restauration. Ces vitres, comme celles du pavillon administratif et de la galerie du beffroi, sont intégrées dans des murs et avant-toits de forme incurvée surgissant avec force dans le parc.

Le travail des deux architectes fut récompensé par le Prix de l'architecture béton 1977. Cette distinction fut suivie, en 1978, par le Prix européen du musée de l'année 1977 qui rendit notamment hommage à l'œuvre des muséographes Serge Tcherdyne, Pierre Bataillard et Mario Galloponi. Élégance des matériaux, poésie de l'atmosphère, sobriété de la présentation caractérisent l'aménagement intérieur. Les éclairages indirects mettent en valeur les jeux de perspective. Les vitrines sphériques et cylindriques, dont la forme répond à la rondeur des cadrans, n'obstruent pas l'espace.

Collections[modifier | modifier le code]

Les collections du Musée international d'horlogerie comprennent horloges de gros et moyen volume, montres mécaniques et électroniques, chronomètres de marine et de bord, instruments de mesure non mécaniques, automates, oeuvres peintes.

Parmi les grandes pièces de l'exposition, on peut en particulier voir:

  • Une des rares reconstructions de l'Astrarium de Giovanni Dondi dont le mouvement imaginé au XIVe siècle déjà comprend un mécanisme montrant les mouvements du soleil, de la lune et des planètes ;
  • Une rétrospective complète de l'histoire de la Pendule neuchâteloise ;
  • Plusieurs horloges des maîtres Breguet, Janvier, Le Roy, Robin, etc. ;
  • Un des premiers chronomètres de marine fabriqué par Ferdinand Berthoud ;
  • Une collection d'appareillages anciens permettant de fabriquer des pièces et composants pour l'horlogerie ;
  • Une pendule à musique de Pierre Jaquet-Droz ;
  • Une collection de Pendules de fabricants comme Strasser & Rhodes, Sigmund Riefler, Zenith et Fedchenko ;
  • Des horloges de clocher et des horloges comtoises issues de Franche-Comté ;
  • La première montre de poche attestée waterproof/étanche de West End Watch Co. appelée "L'Imperméable" ;
  • La montre dite La Prolétaire de Georges-Frédéric Roskopf
  • Des automates, entre-autres de Pierre Jaquet-Droz
  • Trois fresques monumentales de Hans Erni, La conquête du temps, exécutées en 1958 pour le Pavillon suisse de l'Exposition universelle de Bruxelles


Références[modifier | modifier le code]

  • Baillod Gil, "Le rôle central du MIH", in watch around, n.012, automne 2011-hiver 2012, pp. 72-75
  • Bosshart, Nicole, "Musée international d'horlogerie - La Chaux-de-Fonds", in Bujard, Jacques; Tissot, Laurent (2008), Le pays de Neuchâtel et son patrimoine, Chézard-St-Martin, Editions de la Chatière, pp. 351-354 (ISBN 978-2-940239-16-0).
  • Cardinal, Catherine; Piguet, Jean Michel (2002), Catalogue d'œuvres choisies du Musée international d'horlogerie, La Chaux-de-Fonds: Institut l'homme et le temps, p. 384, (ISBN 2-940088-10-1).
  • de Limoge, Andre (1974), Collections du Musée International d'Horlogerie, La Chaux-de-Fonds, Suisse - Une sélection parmi 3100 objets, La Chaux-de-Fonds: Institut l'homme et le temps, p. 151.
  • Mercier, François; Cardinale, Catherine (1993), Musées d'horlogerie - La Chaux-de-Fonds - Le Locle, Zurich: Institut suisse pour l'étude de l'art., p. 128, (ISBN 3-908184-34-7).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Site officiel