Musée ethnologique de Berlin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Musée ethnologique
Image illustrative de l'article Musée ethnologique de Berlin
Informations géographiques
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Adresse Ethnologisches Museum
Anschrift
Arnimallee 27
14195 Berlin
Coordonnées 52° 27′ 24″ N 13° 17′ 31″ E / 52.45666667, 13.2919444452° 27′ 24″ Nord 13° 17′ 31″ Est / 52.45666667, 13.29194444  
Informations générales
Date d’inauguration 1886
Collections Ethnologique
Nombre d’œuvres + 500000
Informations visiteurs
Site web [1]
Carte postale du musée en 1908
Intérieur du musée (2006)

Le Musée ethnologique (en allemand : Ethnologisches Museum) de Berlin fait partie du complexe des Musées de Dahlem, situé à l'ouest de la capitale. Il partage les bâtiments actuels avec le Musée d'art asiatique et le Musée des cultures européennes, en travaux jusqu'en 2011. Les trois institutions font partie des Musées nationaux de Berlin.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les cabinets de curiosités des rois de Prusse comptaient déjà de nombreux objets provenant de cultures extra-européennes. Leurs fonds ont ensuite été enrichis dans le sillage des expéditions coloniales allemandes. En 1829, ils sont réunis dans une première « collection ethnographique », puis présentés en 1850 au Nouveau Musée (Neues Museum) de l'île aux Musées, avant que ne soit fondé, en 1873, un véritable musée d'ethnographie, d'abord connu sous le nom de Museum für Völkerkunde, puis rebaptisé Ethnologisches Museum en 1999.

Le département d'archéologie américaine précolombienne (Abteilung Amerikanische Archäologie)[modifier | modifier le code]

Ce département présente les cultures de l'Amérique centrale, de l'Amérique du Sud et de la Mésoamérique de 2000 avant J.-C. jusqu'à l'arrivée des Espagnols, au milieu du XVIe siècle. On y voit des sculptures de pierre de Bilbao (vers 900 après J.-C), œuvres de la culture cotzumalguapa. Les vitrines suivantes sont consacrées à la culture maya, avec d'inestimables personnages en dorite (900-400 av. J.-C). Une grande section est dédiée à la culture aztèque avec, notamment, de magnifiques sculptures en pierre*. La « Chambre d'or » rassemble des objets de culte et des parures en or, chefs-d'œuvre de l'orfèvrerie précolombienne. Des salles exposent des offrandes funéraires et des pièces de textile du Pérou ancien, qui disposait déjà, en 1000 av. J.-C., d'une culture très évoluée.

Indiens d'Amérique du Nord (Indianer Nordamerikas)[modifier | modifier le code]

Statuette péruvienne

L'exposition est organisée en cinq sections régionales : la prairie et les plaines, le Sud-Ouest, la Californie, la côte nord-ouest et l'Arctique. Elle présente des objets des nombreuses cultures indiennes mais aussi des œuvres d'art et des objets contemporains.

Le département de l'Océanie (Abteilung Südsee)[modifier | modifier le code]

D'une richesse et d'une diversité inouïes, les collections océanienne et australienne sont organisées de manière géographique. Parmi les œuvres majeures, citons les collections de Sepik, du golfe de Papouasie-Nouvelle-Guinée et de Nouvelle-Irlande, la divinité Sope de Nukuoro, le manteau de plumes du roi Kamehameha d'Hawaii, les éventails 0 Atea des îles Marquises et l'habit cérémoniel de deuil de Tahiti. Les objets de grande taille de la section consacrée à la maison et au bateau sont particulièrement impressionnants. Des îles Palau (Micronésie occidentale), on peut voir la maison du club des hommes de Belau et les catamarans de Tonga, Samoa, Tuvalu, Kiribati et d'Australie.

Le département africain (Abteilung Afrika)[modifier | modifier le code]

L'exposition s'ouvre sur de très riches collections d'Afrique occidentale avec, notamment, les statuettes en terre cuite de la cour d'Ife et des reliefs en bronze et en laiton du royaume du Bénin (actuel Nigeria). De superbes masques et sculptures royales du Cameroun ainsi que les fragments de palais en bois du Gabon et les reliquaires Fang et Kota, marquent le passage à l'Afrique centrale. De cette région, on retiendra notamment les figurines magiques à l'effigie des ancêtres et les masques utilisés lors des cérémonies initiatiques. Le voyage se termine avec l'Afrique orientale.

Le département de l'Extrême-Orient (Abteilung Ostasien)[modifier | modifier le code]

Il concerne les arts populaires d'Extrême-Orient qui s'organisent en deux grandes sections, le Japon et la Chine. Parmi les objets chinois, on remarquera les lampes destinées aux fêtes du Nouvel An, des représentations de la déesse Guayin, un temple familial, des outils agricoles et des modèles de navires.

Le département d'ethnomusicologie (Abteilung Musikethnologie)[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Avec un très riche fonds de 100 000 prises de son archivées, cette collection est unique en son genre. On peut sélectionner des documents sonores depuis le terminal « planisphère musical » (MusikWeltkarte). Des instruments de musique sont également exposés.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Viola König (dir.), Ethnologisches Museum Berlin, Prestel, München, 2004, 152 p. (ISBN 978-3791329956)

Article connexe[modifier | modifier le code]