Musée du pays de Hanau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Musée du Pays de Hanau)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hanau (homonymie).
Musée du pays de Hanau
Le complexe de l'ancienne halle aux blés et de l'ancienne chapelle castrale abrite désormais le Musée du Pays de Hanau.
Le complexe de l'ancienne halle aux blés et de l'ancienne chapelle castrale abrite désormais le Musée du Pays de Hanau.
Informations géographiques
Pays Drapeau de la France France
Ville Bouxwiller
Adresse 3 Place du Château, 67330 Bouxwiller
Coordonnées 48° 49′ 30″ N 7° 29′ 00″ E / 48.824898, 7.48343248° 49′ 30″ Nord 7° 29′ 00″ Est / 48.824898, 7.483432  
Informations générales
Date d’inauguration 1933 / réouverture après rénovation en 2013
Superficie 800 m²
Informations visiteurs
Nb. de visiteurs/an ouvert au public depuis le 29 juin 2013
Site web http://www.museedupaysdehanau.eu/

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Musée du pays de Hanau

Le Musée du pays de Hanau se situe sur le territoire de la commune de Bouxwiller, dans le département du Bas-Rhin. Jusqu'à la fin octobre 2011, son appellation fut Musée de Bouxwiller en pays de Hanau. Le nom fut simplifié sur une demande de la direction des Musées de France en concertation avec la municipalité et avec l'Association des Amis du Musée.

Bref historique[modifier | modifier le code]

Le musée a été créé en 1933 sous l'impulsion de Gauthier Thieling, un professeur exerçant au collège de Bouxwiller avec le soutien de Charles Gall, le maire de l'époque. Pour le bon fonctionnement et le financement de cette nouvelle institution locale a été créée dans la foulée l'« Association des Amis du Musée » (présidée depuis 2013 par Robert Bittendiebel). Le but du musée est de présenter au public l'histoire de Bouxwiller et du comté de Hanau-Lichtenberg.

De 2010 à juin 2013, le musée a été fermé au public afin de pouvoir déménager l'exposition du premier étage de la Chancellerie vers la Halle aux Blés. Il s'agissait aussi durant cette longue période d'inventorier les réserves et de préparer la nouvelle présentation dans un plus large espace d'exposition. Ce nouveau musée d'envergure régionale, installé dans un complexe architectural inscrit aux Monuments historiques, bénéficie de l'appellation Musée de France et espère une fréquentation de 10 000 visiteurs par an. Le coût de ce projet s'est chiffré à un montant de 4 514 000 € (dont 65 % de subventions et 133 000 € de mécénat). Le musée présente près de 400 pièces et en possède plus de 9 000 dans ses réserves (dons de particuliers) [1].

Description[modifier | modifier le code]

Après deux années de rénovation, le musée propose sur une surface de 800 m² étalée sur trois niveaux, un aperçu de l’histoire de Bouxwiller lorsque la bourgade était la résidence seigneuriale et la capitale du Comté de Hanau-Lichtenberg. L'exposition met aussi en avant les arts et les traditions populaires du pays de Hanau (légendes, mobilier polychrome, intérieur paysan, salle de séjour bourgeoise, céramiques, costumes, objets traditionnels) ainsi que la richesse géologique (fossiles) de la colline du Bastberg classée Réserve naturelle régionale.

Le musée possède trois tableaux commandés en 1639 à Rome par le Maréchal d'Estrées pour la galerie de l'Hôtel de la Ferté-Senneterre à Paris :

  • Giacinto Gimignani (1611-1681) "La rencontre de Renaud et Armide dans la forêt enchantée"
  • Pierre Mignard (1612-1695) "Godefroy de Bouillon soigné par l'ange"
  • Charles Errard (1601/10-1689) "Renaud quittant Armide"

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Simone Giedinger, « Dans les coulisses des musées; au musée de Bouxwiller », Dernières Nouvelles d'Alsace,‎ 22 août 2010, p. 1-2 Pages locales de l'édition de Saverne,
    Guénolé Baron, « La mémoire du pays de Hanau : Bouxwiller, Inauguration du musée », Dernières Nouvelles d'Alsace,‎ 30 juin 2013, p. 48 Pages locales de l'édition de Saverne