Musée des beaux-arts et d'archéologie Joseph-Déchelette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Musée de Beaux-arts et d'Archéologie Joseph Déchelette
Image illustrative de l'article Musée des beaux-arts et d'archéologie Joseph-Déchelette
Informations géographiques
Pays Drapeau de la France France
Ville Roanne
Adresse 22, rue Anatole-France
42300 Roanne
Coordonnées 46° 02′ 06″ N 4° 04′ 11″ E / 46.03496, 4.069787 ()46° 02′ 06″ Nord 4° 04′ 11″ Est / 46.03496, 4.069787 ()  
Informations générales
Date d’inauguration 1923
Collections Antiquités égyptiennes
Peintures et sculptures
Céramique XVIe au XXe siècle
Préhistoire
histoire naturelle...
Informations visiteurs
Site web site du musée

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Musée de Beaux-arts et d'Archéologie Joseph Déchelette

Le musée de Beaux-arts et d'Archéologie Joseph Déchelette est le musée municipal de Roanne. Il a été fondé en 1844 à Roanne par Joseph-Antoine-Fleury-Léonard Mulsant. Après plusieurs déménagements, il est aujourd'hui situé dans un hôtel particulier construit entre 1787 et 1789. Il porte le nom de l'archéologue Joseph Déchelette, qui en fut à la fois un célèbre conservateur, un grand scientifique, un généreux donateur et le propriétaire des lieux actuels. Maintes fois réaménagé, le musée présente aujourd'hui des collections d'archéologie régionale, de peinture, de céramiques du XVIe au XXe siècle, d'art africain et égyptien.

Archéologie et civilisation égyptiennes[modifier | modifier le code]

Cette collection est profondément liée à Joseph Déchelette. À la fin du XIXe siècle, un véritable engouement se développe pour l'Égypte antique dans toute l'Europe. Joseph Déchelette profita d'un voyage d'affaires en Égypte en 1893 pour acheter un important lot d'antiquités égyptiennes. Parmi ces 250 pièces, se trouvait le sarcophage et la momie de Nesyamon. À cette époque, les momies étaient vendues à des Européens fortunés comme des souvenirs. Revenu à Roanne, Joseph Déchelette présenta sa collection, dont la momie, dans le musée municipal, pour la culture et la curiosité des Roannais. À sa mort, il légua sa collection à la Ville de Roanne. Par la suite, ce fonds fut enrichi de différents dons (dont celui de Philip Whiteway), achats et dépôts. Aujourd'hui, il s'agit de la deuxième collection d'Egyptologie en Rhône-Alpes, après celle du Musée des Beaux-Arts de Lyon.

La collection comprend des objets d'époques et de cultures variées. Les pièces les plus importantes sont évidemment la momie rapportée par Déchelette, son sarcophage, et les autres pièces liées aux rites funéraires de l'Ancienne Égypte : deux masques de momie d'époque gréco-romaine, le sarcophage de Tjesisetperet, plusieurs fragments de sarcophages, ouchebtis et amulettes, vases canopes. Un appui-tête funéraire de l'Ancien empire, IVème dynastie, complète cette présentation.

D'autres pièces continuent cette présentation : stèles votives du Moyen Empire en pierre, parfois polychromées, statuettes de divinités en bronze datant de la Basse époque,et des objets évoquant la vie quotidienne, tels que des pots à Khôl et onguents, un miroir ou encore des épingles à cheveux.

Seule une petite partie de la collection est actuellement présentée au public.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Archéologie régionale (gauloise et gallo-romaine)[modifier | modifier le code]

C'est une des collections principales du musée, grâce au travail scientifique et aux dons de grands savants locaux (dont toujours Fleury Mulsant et Déchelette). Par son travail, pendant 40 ans, Joseph Déchelette a considérablement fait évoluer l'archéologie au niveau local. D'une recherche du bel objet, celle-ci est devenue une discipline scientifique, basée tout autant sur l'observation et sur l'étude que sur la possession. Les collections du musée permettent de suivre l'évolution de la céramique de la Préhistoire aux débuts de l'époque médiévale, à la fois céramiques pour le commerce, pour le stockage et la conseravtion des denrées, pour la cuisine et pour l'usage quotidien. Plus réduits, mais bien étudiés, les verres et les métaux sont eux aussi les témoins quotidiens des civilisations gauloises et gallo-romaines.

Faïences modernes et révolutionnaires[modifier | modifier le code]

La faïence est particulièrement importante à Roanne, car des ateliers de céramiques sont attestés dans la ville de façon continue depuis l'Antiquité. Les collections du musée, du XVIe au XIXe siècle, permettent de suivre l'évolution stylistique et technique à Roanne, mais aussi dans les autres grands centres de faïences (Italie, Nevers, Rouen...).

Au niveau local, Roanne se remarque par les céramiques patronymiques. Un individu fait indiquer son nom sous l'effigie de son saint protecteur. Il marque ainsi son existence de façon pérenne, témoigne en même temps sa foi, son aisance et sa conscience de soi. Cet objet était conservé précieusement toute la vie, il était même probablement transmis aux descendants. Aujourd'hui, ces assiettes constituent un témoignage direct de nos ancêtres.

L'hôtel de Valence de Minardière[modifier | modifier le code]

Le Musée occupe l'hôtel de Valence de Minardière, hôtel particulier construit entre 1787 et 1789 pour François Claude de Valence de Minardière (1764-1829).

Ce bâtiment fait l’objet d’un inscription au titre des monuments historiques depuis le 10 avril 1981[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]