Musée des beaux-arts de Bilbao

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Musée des beaux-arts de Bilbao
Cour du Musée des Beaux Arts, avec le Monument dédié au musicien Arriaga de Paco Durrio[1].
Cour du Musée des Beaux Arts, avec le Monument dédié au musicien Arriaga de Paco Durrio[1].
Informations géographiques
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Ville Flag of Bilbao.svgBilbao
Coordonnées 43° 15′ 55″ N 2° 56′ 17″ O / 43.265278, -2.938056 ()43° 15′ 55″ Nord 2° 56′ 17″ Ouest / 43.265278, -2.938056 ()  
Informations générales
Date d’inauguration 1914
Informations visiteurs
Site web http://www.museobilbao.com/

Le Musée des beaux-arts de Bilbao est situé dans la ville de Bilbao, dans la province basque de Biscaye (nord de l'Espagne), et il est actuellement un des principaux musées de peinture et sculpture du pays. Son histoire est singulière car il est né grâce au parrainage de collectionneurs locaux, dans une ville avec une tradition artistique plutôt courte et sans une grande collection de la noblesse ou ecclésiastique.

Historique[modifier | modifier le code]

Le Musée des beaux-arts de Bilbao a été créé en 1908 et a été inauguré en 1914 avec des fonds artistiques légués par le chef d'entreprise et philanthrope Laureano de Jado. Ce premier Musée des Beaux Arts a été fondé en 1939 avec le Musée d'Art Moderne fondé en 1924, et l'institution résultante a ouvert les portes de son siège actuel en 1945. Des contributions des institutions locales, individus privés et des acquisitions elles-mêmes du musée ont aidé à former le profil essentiel de la collection et ont orienté leur croissance ultérieure. La nécessité de former une collection représentative en commençant presque à zéro, a permis d'affiner le critère de sélection.

Après des débuts modestes dans l'École Arts et Métiers du quartier d'Atxuri, l'institution a été transférée dans un bâtiment dans le parc Casilda Iturrizar, poumon vert de la ville. Vaguement inspiré du musée du Prado, le bâtiment suit des lignes néoclassiques combinant la pierre et la brique rouge. Il a été projeté par les architectes Fernando Urrutia et Gonzalo Cárdenas, et en 1962 a été déclaré Monument National.

Durant les années 1960-1970 on érige un second bâtiment, relié au premier par une galerie. Il s'agit d'une construction plus audacieuse, aux lignes minimalistes et matériaux modernes comme le métal et le verre, influencée par l'architecture Ludwig Mies van der Rohe. L'extension a été projetée par les architectes Álvaro Liban et Ricardo Beascoa. Une partie de son rez-de-chaussée a été laissée ouverte comme porche, bien qu'à l'occasion de travaux de modernisation des années 90, cet espace ait été fermé et préparé comme salle d'expositions. Cette restauration et extension du musée a été projetée par l'architecte Luis María Uriarte, s'ouvrant au public en novembre 2001.

En mai 2009, le maire de Bilbao Iñaki Azkuna a publiquement commenté l'occasion d'entreprendre une autre extension. Devant les limitations urbaines pour étendre le bâtiment une fois de plus, on propose l'option de chercher un second siège, auquel on transférerait les fonds d'art les plus récents, qui restent stockés pour une grande partie.

Collection permanente[modifier | modifier le code]

Notable pour la longue période qu'elle couvre (à partir du XIIe siècle à nos jours) et par la variété extraordinaire d'œuvres d'art acquises depuis son début, la collection du Musée des Beaux Arts de Bilbao dispose actuellement de plus de six mille œuvres, y compris des peintures, des sculptures, dessins, gravures et objets d'arts décoratifs.

Portrait de Martín Zapater, peint par Goya.

La collection picturale est bien sûr la plus célèbre, avec des peintures espagnoles abondantes depuis Bartolomé Bermejo, au XVe siècle, jusqu'à Miquel Barceló. Il faut souligner El Greco, Zurbarán, Ribera et Goya, avec plusieurs œuvres chacun, dont beaucoup ont été incluses dans des expositions internationales. Il y a en outre des exemplaires de Luis de Morales, Alonso Sánchez, Murillo, Valdés Leal, Pedro Orrente, Juan Ribalta, Juan de Arellano et Luis Paret. Les fonds du XIXe et XXe sont relativement inégaux, avec des exemples de Leonardo Alenza, Antonio María Esquivel, Federico de Madrazo, Marià Fortuny, Joaquin Sorolla et auteurs modernes comme María Blanchard, Pablo Gargallo, José Luis Gutiérrez Solana, Daniel Vázquez Díaz, Óscar Domínguez, Antoni Tàpies, Pablo Serrano, Manuel Millares Sall… Malheureusement, on ne trouve pas d'exemples de Dalí ni de Miró, et Picasso n'a qu'un pastel juvénile. Ces manques ont été palliés en 2008 (au moins temporairement) grâce au réservoir de la Colección Arte XX.

Les fonds de peinture étrangère sont variés et incluent des œuvres importantes. Il faut souligner La Piedad de Van Dyck, Pan tocando la flauta de Jacob Jordaens, une Adoración de los magos attribuée à Giovanni Battista Crespi (nommé Cerano), Lot y sus hijas d'Orazio Gentileschi, Job y sus hijos muertos de Domenico Piola, un paysage de Bernardo Bellotto, un portrait féminin de Louis-Michel van Loo et un Ecce Homo de Raphaël Mengs. La peinture flamande des XVe et XVIe siècles compte avec un vaste fonds, dans lequel il faut souligner une Piedad d'Ambrosius Benson, Sagrada Familia de Jan Gossaert, El Rapto de Europa de Maarten de Vos et un portrait du roi Philippe II d'Espagne peint par Antonio Moro, qui a appartenu aux Spencer, la famille de Diana princesse de Galles.

L'art étranger des XIXe et XXe siècles compte une collection majeure, d'une rareté dans des musées de la Péninsule jusqu'à ce qu'on ait ouvert le Musée Thyssen-Bornemisza. La toile Lavanderas de Arlés était le seul échantillon de Gauguin jusqu'alors. Le musée abrite en outre une curieuse gravure de Paul Cézanne (Los bañistas) et des peintures d'auteurs cotés comme Paul Sérusier (Bodegón), Mary Cassatt (Maternité), Henri Le Sidaner (Canal de Brujas), James Ensor (La Virgen y la mundana), Jean Metzinger, Robert Delaunay, Oskar Kokoschka et Karel Appel. Il compte en outre une grande toile de Francis Bacon (Figura tendida ante un espejo) et un tapis conçu par Fernand Léger.

Enfin, l'art basque des XIXe et XXe siècles y trouve une place enviable, dont ce musée possède sa meilleure collection, depuis Eduardo Zamacois y Zabala[2] et Zabala et Paco Durrio jusqu'à José Luis Zumeta[3], en passant par Zuloaga, Valentin de Zubiaurre[4], Jorge Oteiza, Eduardo Chillida, Mari Puri Herrero[5] et de nombreux autres.

Le musée abrite également divers bronzes gréco-romains, céramiques de Manisses et Talavera de la Reina, quelques meubles, tapis, etc. Une mention particulière pour une œuvre sur papier, avec des gravures de Rembrandt.

Un prêt exceptionnel : la Colección Arte XX[modifier | modifier le code]

Les collections du musée temporairement complétées sont appelées la Colección Arte XX, une collection privée composée de 48 tableaux et de 15 sculptures, majoritairement d'auteurs du XXe siècle bien qu'elle inclue aussi celles du XIXe siècle et de l'époque actuelle. Cette sélection reste exposée dans le musée pendant cinq ans (2008-2013) prolongeables.

Dans cette collection on peut trouver des œuvres d'auteurs espagnols du XXe siècle aussi importants que Picasso, Joaquin Sorolla, Anglada Camarasa, Miró, Dalí, Eduardo Chillida, Pablo Palazuelo, Antonio Saura, Miquel Barceló et Antoni Tàpies, et du panorama international comme Kandinsky, Giorgio de Chirico, Max Ernst, Francis Picabia, Georges Braque, Fernand Léger, Jean Metzinger, Anish Kapoor, Marc Chagall, Paul Klee et Wifredo Lam, entre autres. Il s'agit de la collection particulière la plus importante créée dans le Pays basque dans les dernières décennies. Étant donnés les problèmes économiques de leur propriétaire, une quarantaine de pièces ont été acquises en 2009 par Caixa la Galice[6] mais seront maintenues visibles dans le musée comme décidé initialement [1].

Œuvres notables[modifier | modifier le code]

Lavandières à Arles, de Paul Gauguin.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Francisco Durrio (Né à Valladolid en 1868, décédé à Paris en 1940), est un sculpteur et céramiste espagnol.
  2. Eduardo Zamacois y Zabala. (Bilbao, 2 juillet 1841 - Madrid, 12 janvier 1871). Peintre espagnol.
  3. José Luis Zumeta Etxeberria, Usurbil, Guipuscoa le 19 avril 1939, est un peintre espagnol de style définissable comme abstrait.
  4. Valentin de Zubiaurre Aguirrezábal (Madrid, 22 août 1879 - 24 janvier 1963), peintre espagnol. Sourd-muet de naissance, tout comme son frère Ramón de Zubiaurre, peintre, plus jeune de trois ans.
  5. Mari Puri Herrero (n. Bilbao, 1942) est un peintre et graveur basque. Il est un des artistes vivants les plus célèbres de la scène basque, toujours en activité après plus de quarante ans de carrière.
  6. Caixa la Galice est le plus grand organisme financier de la Galice et l'un des dix plus grands d'Espagne. Avec un réseau supérieur à 800 bureaux dans toutes les communautés autonomes espagnoles et une présence active dans la banque virtuelle, l'organisme galicien est présent dans onze pays d'Europe et d'Amérique.
  7. Euzko Gudarostea ("Armée basque" en basque, en accord avec l'orthographe utilisée dans les années 1930) a été la dénomination utilisée par l'armée du Gouvernement basque pendant la Guerre civile espagnole.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]