Musée d'Angoulême

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Musée d'Angoulême
L'entrée du musée et la cathédrale
L'entrée du musée et la cathédrale
Informations géographiques
Pays Drapeau de la France France
Ville Angoulême
Adresse Square Girard II (rue Corneille)
16000 Angoulême
Coordonnées 45° 38′ 57″ N 0° 09′ 08″ E / 45.64917, 0.1522245° 38′ 57″ Nord 0° 09′ 08″ Est / 45.64917, 0.15222  
Informations générales
Date d’inauguration 1920
Collections Archéologie, beaux-arts, art Afrique Océanie
Informations visiteurs
Nb. de visiteurs/an 34 761[1] (2013)
Site web http://www.angouleme.fr/museeba

Géolocalisation sur la carte : Charente

(Voir situation sur carte : Charente)
Musée d'Angoulême

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Musée d'Angoulême

Le musée d'Angoulême (auparavant « musée des beaux-arts d'Angoulême ») est situé au cœur du centre historique d'Angoulême, à proximité immédiate de la cathédrale Saint-Pierre.

Labellisé « musée de France », il présente d'importantes collections archéologiques, ethnographiques et artistiques, et accueille également des conférences et des expositions temporaires.

Présentation[modifier | modifier le code]

Le musée des beaux-arts d'Angoulême est un des principaux musées de la capitale charentaise, avec le musée archéologique, le musée de la résistance et de la déportation et le musée du papier. C'est aussi le plus ancien et il a longtemps été appelé le Musée d'Angoulême. Aménagé dans l'ancien évêché depuis 1920 (après avoir été longtemps installé dans l'hôtel de ville), il est modernisé une première fois de 1979 à 1983 (ouverture de nouvelles salles) puis de nouveau de 2002 à 2008 (réaménagement du bâtiment). Le chantier est confié aux architectes Stéphane Barbotin-Larrieux et Paul Gresham[2].

L'entrée principale est déplacée, les visiteurs accédant désormais au musée par le square Girard II (du nom de l'évêque à l'origine de la construction de la cathédrale). L'accès aux collections est dorénavant gratuit.

Les principales pièces sont exposées sur trois niveaux, desservies par un escalier permettant, grâce à des baies vitrées, de voir et d'apprécier la cathédrale à des hauteurs différentes.

Rez-de-Chaussée[modifier | modifier le code]

Le casque d'Agris, casque gaulois en fer et bronze plaqué or

Le rez-de-chaussée accueille des collections archéologiques et paléontologiques, évocation de 500 000 ans d'histoire charentaise. Les différentes pièces, issues pour l'essentiel de campagnes de fouilles menées dans le département, sont disposées en huit pôles aux thématiques complémentaires.

Parmi les éléments emblématiques présentés au public figurent notamment des squelettes d'aurochs, des restes d'éléphant antique (elephas antiquus), des crânes d'hommes préhistoriques (Néandertaliens, Cro-Magnon) ainsi que des produits de leur industrie (bifaces, pointes de flèches...). Le monde celtique est également mis à l'honneur. Témoignent de cette période un casque gaulois en fer et bronze plaqué or, richement orné, datant du IVe siècle av. J.-C. trouvé à Agris, des armes, des objets cultuels ou d'usage domestique.

Le Moyen Âge, enfin, est aussi évoqué dans une dernière thématique, à travers une évocation des grands chantiers d'églises (floraison de l'art roman) ainsi que des fortifications (édification des châteaux-forts). Des collections lapidaires provenant de la cathédrale (chapiteaux, sculptures) permettent d'apprécier le travail des artistes médiévaux.

Premier étage[modifier | modifier le code]

Collections d'art africain et océanien

Le premier étage est consacré aux collections d'art premier (art africain et océanien pour l'essentiel). La plupart de ces 3 000 pièces inestimables ont été offertes au musée par le Dr Jules Lhomme en 1934, d'autres legs étant venus s'ajouter à cette base d'œuvres d'art depuis lors[3].

On peut ainsi notamment admirer des statuettes blolo-bla (art baoulé, Côte d'Ivoire), un masque simogui (art toma, Guinée et Libéria), un masque guéré (Côte d'Ivoire), un cimier sogoni kun, dit aussi tyi wara (Mali), une statuette lobi (Burkina Faso et Ghana) un buste de guerrier kanak (Nouvelle-Calédonie), des fétiches, des bijoux, des instruments de musique, des objets rituels, des terres cuites et des vêtements.

La chapelle de l'évêché a été conservée. Ce modeste oratoire présente une voûte sur croisée d'ogive et une série de vitraux aux tons vifs.

Second étage[modifier | modifier le code]

La Consternation de Priam et de sa famille après le combat d'Achille et d'Hector, 1804

Le second étage est consacré à la peinture, à la sculpture et aux armes. Constituées à partir d'un premier legs du peintre François Rainguet en 1838, les collections comprennent désormais des toiles remarquables, certaines issues des réserves du Louvre, qui couvrent la période allant du XVIe au XXe siècle. On citera pour la peinture ancienne : La Consternation de Priam et de sa famille après le combat d'Achille et d'Hector, d'Étienne-Barthélémy Garnier[N 1],[4], Young et sa fille' de Pierre-Auguste Vafflard.

On trouve aussi des œuvres de peintres charentais, Léonard Jarraud, Henry Daras... et du sculpteur Raoul Verlet.

D'autres collections ne sont pas exposées (numismatiques, arts graphiques[N 2] et photographiques, ATP, costumes).

Panorama : l'entrée du musée, la cathédrale, le clocher et l'escalier

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ce grand tableau, est un peu à l'étroit dans une sorte de fosse, intelligemment agencée.
  2. Pour des raisons de conservation, selon les principes de la muséologie, les collections d'art graphiques sont le plus souvent présentées occasionnellement.

Références[modifier | modifier le code]

  1. "Palmarès des musées 2013", L'Oeil, été 2013, n°659, p.47
  2. Histoire du Musée d'Angoulême
  3. La collection d'art africain et océanien du musée
  4. Musée des Beaux-Arts, « Explication du tableau la Consternation de Priam et de sa famille après le combat d'Achille et d'Hector », Site Aliénor,‎ 2007 (consulté le 22 juillet 2010)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]